LE SCAN POLITIQUE – Emmanuel Macron a choisi le village de l’Indre du président de l’Association des maires ruraux de France pour échanger avec les élus locaux dans le cadre du grand débat national. À Gargilesse-Dampierre, Vanik Berberian espère «de vrais échanges» avec le chef de l’État.

Vanik Berberian , maire centriste de Gargilesse-Dampierre et président de l’Association des maires ruraux de France, souhaite profiter de la visite d’Emmanuel Macron dans sa commune jeudi, pour vanter les atouts des collectivités rurales. Il a notamment prévu d’insister sur le dynamisme culturel et les ressources patrimoniales de son village classé parmi les plus beaux de France. «Nous voulons lui montrer que ces sujets ne sont pas réservés aux grandes villes», explique l’élu local. La maison de George Sand et le château transformé en galerie d’Art font partie des petites perles locales, sans compter une programmation de 70 manifestations locales. Emmanuel Macron est annoncé avec un ministre et deux secrétaires d’État en charge du débat: Jacqueline Gourault (Cohésion des territoires), Sébastien Lecornu, (Collectivités territoriales) et Emmanuel Wargon (Transition écologique).

Dans la foulée, le chef de l’État s’entretiendra avec une trentaine de maires invités par la préfecture sous un format «ateliers de travail». Parmi les élus réunis, tous membres de l’ARMF et de l’AMF, on note la présence d’André Laignel. Le numéro 2 de l’Association des maires de France et président du Comité des finances locales est aussi le maire socialiste d’Issoudun, une commune voisine de l’Indre. André Laignel est ouvertement en froid avec le président de la République auquel il reproche des attaques «infondées». Il fait aussi partie de ceux qui reprochent à Emmanuel Macron de jouer la division des associations d’élus.

C’est d’ailleurs cette inquiétude qui avait provoqué la création des territoires unis, l’association de résistance à la recentralisation rassemblant les régions de France (Hervé Morin), les départements de France (Dominique Bussereau) et les maires de France (François Baroin). Faut-il voir un message politique caché derrière le choix d’une commune administrée par le président des maires ruraux? André Laignel n’en doute pas une seconde et rappelle l’absence remarquée du président de la République au dernier congrès des maires de France à Paris.

Mais au-delà des tensions observées entre l’État et les territoires, Vanik Berberian, qui fut déjà reçu trois fois à l’Élysée, veut voir la visite du chef de l’État comme une occasion de dire les choses et de l’alerter une nouvelle fois sur les urgences de la ruralité. «Nous voulons de vrais échanges», insiste l’élu, qui a prévu un buffet campagnard. Après ces émotions au cœur d’une ruralité volontaire, Emmanuel Macron rejoindra Déols vers 16h, à une soixantaine de kilomètres de Gargilesse. La dernière étape de la journée permettra une rencontre avec des chefs d’entreprise de la région. L’entreprise Egide aviation, non loin de l’aéroport Marcel Dassault, devrait être le théâtre d’une table ronde en présence de deux autres ministres, Bruno Le Maire (Economie) et Muriel Pénicaud (Travail).

Source lefigaro.fr – lire la suite de l’article

Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de

©2019 LeMediaPourTous.fr est un site de réinformation dont Vincent LAPIERRE est le porte-parole. Pour un journalisme de terrain 100% indépendant. | Mentions légales | Plan du site

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account