LE SCAN POLITIQUE/VIDÉO – Invité surprise d’un débat en présence uniquement de femmes en Gironde, le chef de l’État a été vivement interrompu jeudi soir par une participante qui a voulu lui offrir un collier avec un pendentif en forme de gilet jaune.

Coût des protections hygiéniques, prévention du cancer de l’utérus, soins médicaux trop chers pour les enfants, impossibilité de trouver un emploi à cause du port du voile… Tous les sujets féminins ou presque ont été soulevés jeudi soir à Pessac (Gironde), en présence du seul homme de la soirée, l’invité surprise, Emmanuel Macron. Des échanges exigeants, parfois durs, mais courtois.

Jusqu’au moment où une femme qui se présente pourtant comme «privilégiée» quitte sa place et s’incruste au milieu du gymnase pour offrir un collier avec un pendentif en forme de gilet jaune au chef de l’Etat. «Vous parlez de lien, de contact: moi, monsieur Macron, je suis pacifique, ne vous inquiétez pas! Moi, monsieur Macron, j’ai un petit cadeau pour vous, parce que depuis le 17 novembre, je suis gilet jaune et j’ai envie que vous le soyez aussi!» Une partie de la salle l’acclame. L’ambiance soudain se durcit. Désormais face au président de la République, elle se montre de plus en plus agressive, presque physiquement menaçante. Emmanuel Macron rejette son cadeau empoisonné. «Je suis le président de toutes les Françaises et tous les Français, j’ai le droit de ne pas mettre un collier gilet jaune», réplique-t-il, tout en gardant son calme et le sourire. Des femmes l’applaudissent. Mais face à l’insistance de son interlocutrice, il finit par céder et par «prendre» le collier «si c’est un cadeau». «Mais je ne vais ni porter de gilet jaune (…) je ne vais pas dire j’appartiens à un groupe», conteste-t-il.

Dialogue de sourds

Le dialogue de sourds s’étire de longues minutes, le locataire de l’Élysée tente d’avancer des arguments rationnels, de défendre les réponses qu’il a apportées le 10 décembre en faveur du pouvoir d’achat. Mais la manifestante gronde de plus belle, et agace de plus en plus l’auditoire, et le président de la République lui redonne la parole. «Alors, allez-y…», concède-t-il. «Je suis très content que vous soyez là, parlez, proposez, je crois au dialogue. J’ai toujours respecté tous les Français, je n’ai jamais voulu tomber dans la démagogie qui consiste à dire je vais mettre un gilet jaune ou je vais porter cela», répète-t-il. La scène est surréaliste.

Au premier rang, les secrétaires d’État Emmanuelle Wargon et Marlène Schiappa, ainsi que la députée Bérengère Couillard, organisatrice de l’évènement, n’en reviennent pas. La manifestante poursuit son réquisitoire face aux caméras, dans le fond de la salle. Le chef de l’État siffle enfin la fin de la récréation, et tente de reprendre la main sur son dixième grand débat. «On n’est pas dans un show télévisé avec des bêtes étranges!», proteste-t-il.

Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de

©2019 LeMediaPourTous.fr est un site de réinformation dont Vincent LAPIERRE est le porte-parole. Pour un journalisme de terrain 100% indépendant. | Mentions légales | Plan du site

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account