Royaume-Uni : La nouvelle Loi sur les secrets officiels transforme les journalistes en criminels


De Karin Wahl-Jorgensen, traduit par Les Crises

Le gouvernement britannique a proposé une nouvelle législation pour contrer les menaces étatiques, notamment une refonte de la loi sur les secrets officiels (Official Secrets Act). Selon le ministère de l’Intérieur, cette nouvelle législation est nécessaire car « la législation existante ne tient pas suffisamment compte de la nature concrète et bien réelle que représentent les risques de l’État ».

Si elle est adoptée, cette nouvelle législation aura de graves conséquences pour le journalisme et sa capacité à demander des comptes aux gouvernements. En effet, la proposition de loi prévoit une répression majeure des « divulgations non autorisées », ou fuites d’informations sensibles.

Une grande partie du journalisme d’investigation percutant est basée sur ces fuites. Parmi les exemples très médiatisés d’informations basées sur des divulgations non autorisées, citons les révélations d’Edward Snowden en 2013 sur les activités des agences d’espionnage américaines et britanniques, notamment sur les grands programmes de surveillance mondiale. Ces fuites ont donné lieu à un débat plus large sur le rôle de l’État dans la facilitation de la surveillance de masse.

Les divulgations non autorisées ont également ouvert la voie au scandale des dépenses des députés en 2009. Ceci a mis en évidence des abus généralisés du système de dépenses parlementaires, notamment le fait que des députés ont profité d’une généreuse allocation de résidence secondaire et ont facturé au trésor public des maisons flottantes pour canards d’une valeur de 1 700 livres et des nettoyages de douves d’une valeur de 2 000 livres.

Ces fuites ont mis en lumière des informations importantes dans l’intérêt du public et ont entraîné de nombreuses démissions et des changements législatifs et politiques, notamment la création de l’Autorité indépendante des normes parlementaires.

La loi sur les secrets officiels a été utilisée dans le passé pour poursuivre des personnes responsables de la divulgation d’informations sensibles. Par exemple, David Shayler, un agent du MI5, a été reconnu coupable d’avoir divulgué des documents sur les activités de l’agence d’espionnage au Daily Mail en 1997.

LIRE LA SUITE

Vous êtes les garants
de notre indépendance

SOUTENEZ-NOUS

Partagez l'info


Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

©2021 LeMediaPourTous.fr est un média indépendant, financé exclusivement par ses lecteurs | Mentions légales

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account