Pour son prix de la « liberté de l’esprit », l’UE hésite entre une putschiste néolibérale et un raciste notoire


L'UE, une certaine idée du prestige


Pour le prix Sakharov 2021, au nom de la « liberté de l’esprit », le parlement européen a nommé trois finalistes : les femmes afghanes engagées, Jeanine Áñez et Alexeï Navalny. La présence des deux derniers cités a pourtant de quoi choquer. 

Si certains doutaient encore de la parfaite soumission de l’Union Européenne aux États-Unis d’Amérique, la nouvelle mascarade qui se joue sous nos yeux devrait lever leurs incertitudes. Le prix qui sera remis le 25 octobre prochain doit, en effet, « rendre hommage à des personnes et organisations défendant les droits de l’homme et les libertés fondamentales ». Or, lorsque l’on analyse le CV de deux des nommés, Jeanine Áñez et Alexeï Navalny, on comprend que ces deux lascars doivent plus leur présence à leur allégeance à l’Empire que pour leur combat humanitaire…

Jeanine Áñez, la putschiste néolibérale

Rappelons que début 2020, Evo Morales, le président socialiste de Bolivie, fraîchement réélu, est contraint de démissionner suite à des accusations des fraudes. Ces calomnies ne reposaient d’ailleurs sur rien, comme il le sera démontré par la suite. Mais le chaos engendré par les manifestations permettra à Jeanine Áñez de s’autoproclamer présidente du pays.

LIRE AUSSI >LE PEUPLE BOLIVIEN CHASSE LES PUTSCHISTES NÉOLIBÉRAUX DU POUVOIR : LUIS ARCE ÉLU DÈS LE 1ER TOUR

Du néolibéralisme et du sang

En octobre 2020, elle sera finalement chassée du pouvoir par de nouvelles élections où Luis Arce et les socialistes triompheront dès le premier tour. Mais en presque un an, celle qui « rêvait de débarrasser la Bolivie des Indigènes » et de leurs « pratiques sataniques » avait eu le temps de faire beaucoup de dégâts. Elle avait commencé sa prise de pouvoir par la répression sanglante des manifestations entraînant la mort d’une vingtaine de Boliviens. Sa gestion catastrophique de la crise du covid-19, ainsi que sa stratégie néolibérale avait par ailleurs mis un coup de frein considérable à la politique sociale menée jusqu’ici par le gouvernement de Morales.

Au service du dogme américain

Aujourd’hui en prison pour trahison envers la patrie et pour sa responsabilité dans la mort des manifestants, Áñez aura tout de même été une belle épine dans le pied du socialisme latino-américain. Tel Juan Guaido au Venezuela, elle aura été constamment soutenue par les États-Unis qui font tout, depuis toujours, pour déstabiliser les gouvernements sud-américains qui se démarquent du dogme capitaliste. En bon vassal de l’Empire, l’UE ne fait donc qu’emboîter le pas de son maître.

Navalny, pour déranger Poutine

Outre les socialistes, l’un des grands ennemis des États-Unis et de leurs alliés reste bien sûr la Russie. L’Union Européenne ne rate ainsi jamais une occasion de soutenir les opposants de Vladimir Poutine. Et si l’on peut, certes, reprocher beaucoup de choses au chef d’État russe, que dire du soi-disant opposant numéro 1 au Kremlin ?

L’UE, la morale à géométrie variable

Lorsqu’il s’agit de faire bonne figure, l’Union Européenne ne manque jamais de rappeler les « valeurs » de respect et de lutte contre toutes formes de discrimination. On l’entend ainsi régulièrement faire la leçon à des pays comme la Pologne ou la Hongrie. Pourtant, on ne peut s’empêcher de penser que cette lutte contre les discriminations sert simplement d’instrument pour contrarier l’opposition politique de ces États qui remettent en cause la suprématie du droit européen.

Pour des néolibéraux, on fermera les yeux

En revanche, lorsque le concerné soutient le régime américain et son dogme néolibéral, il n’est plus question de se soucier de ses propos discriminatoires. Ainsi, le fait que Navalny compare musulmans tchétchènes à des cafards qu’il faudrait éliminer, ne semble pas perturber le parlement européen. Pas plus d’ailleurs que le racisme de Jeanine Áñez envers les indigènes. Après tout, son ancien parti avait bien été financé par des fonds américains, et le bonhomme n’hésite jamais à monter des affaires de toutes pièces pour salir le pouvoir russe. Dans ces conditions, on peut bien passer l’éponge sur quelques bavures, non ?

Soutenus par LREM et les Républicains

Enfin, on ne manquera pas de noter que les candidatures de ces sombres personnages sont soutenues par LREM (Navalny) et les Républicain (Áñez). Pas de quoi s’étonner lorsque l’on sait que ces deux partis restent les meilleurs représentants français de la soumission aux États-Unis.

Le Média pour Tous

Vous êtes les garants
de notre indépendance

SOUTENEZ-NOUS

Partagez l'info


Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

S’abonner
Notifier de
2 Commentaires
plus ancien
plus récent Le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Niblancninoir
1 mois il y a

Ma femme est russe et vit en France, elle adore Navalny. Il a fait de fantastiques vidéos sur la corruption en Russie et bien sûr qu’il est soutenu par les Etats-Unis, il a en face de lui l’intégralité de l’état corrompu de Poutine, il prend l’aide quand on lui propose. Je suis déçu par votre manipulation. Dans cette vidéo, il critique les terroristes qui attaquent la Russie. En aucun cas, il n’a parlé de tchétchènes comme vous l’indiquez dans la vidéo. C’est une grossière manipulation…il n’est pas parfait, cette vidéo est de basse qualité mais c’était il y a 20… Lire la suite »

Fred
1 mois il y a

Navalny à raison sur les Tchétchènes 😆 Même si ce n’est qu’un pantin !

©2021 LeMediaPourTous.fr est un média indépendant, financé exclusivement par ses lecteurs | Mentions légales

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account