Malgré la crise sanitaire, l’État continue de supprimer des lits d’hôpitaux !


Réalité de terrain VS Idéologie néolibérale

Auteur :

En région parisienne, 30% des lits dédiés aux patients Covid ont été supprimés depuis le début de la crise. Alors que l’épidémie reprend de plus belle, les hôpitaux de Paris ne peuvent prendre en charge plus de 1.700 patients simultanément, contre 2.500 en mars dernier.

Olivier Véran s’engageait en novembre 2020 à sortir du « dogme de la réduction des lits ». Pourtant, leur suppression est toujours au programme dans toute la France, comme si la situation sanitaire ne justifiait pas suffisamment leur absolue nécessité.

800 lits fermés en Île-de-France

Depuis l’été, le ministre de la Santé affirme que les capacités en réanimation pourraient être doublés en cas de besoin. La capacité d’accueil de patients en réanimation à Paris devait donc passer de 2.500 à 5.000 lits en cas de pic épidémique. Or, le canard enchaîné nous révèle que, depuis mars 2020, 800 lits ont été fermés. La capacité d’accueil a donc été réduite à 1.700 places, alors que le nombre de personnes touchées par le virus est en constante augmentation depuis plusieurs semaines.  Ces derniers jours, 11.093 nouvelles hospitalisations (dont 1.811 en réanimation) ont été enregistrées partout en France. Et malgré la situation plus que critique, le nombre de lits continue à être réduit.

Devenez un « presque-soignant » en seulement quinze jours !

Non seulement il manque des lits, mais les hôpitaux ont également besoin de personnel supplémentaire. En effet, si l’on veut ouvrir 5.000 lits de réanimation en région parisienne, il faudrait les accompagner d’un nombre raisonnable de soignants, ces derniers étant déjà en sous-effectifs. Mais rassurez-vous ! Le gouvernement a la solution ! En effet, toujours d’après l’hebdomadaire, la direction générale de la santé invite les infirmiers d’autres secteurs à se former à la réanimation. Une formation de quatorze heures leur sera donc proposée … via power point ! Le journal révèle également qu’Olivier Véran souhaite temporairement que des « non-soignants » exerce le métier d’aide-soignant. Une formation d’une quinzaine de jours remplacent donc dix mois d’études pour « former » le nouveau personnel. Un bricolage ridicule qui peine à masquer les dégâts d’une politique hostile menée contre l’hôpital public depuis des années.

LIRE AUSSI > HÔPITAUX : DES « CONTRAINTES DE PERSONNEL » ONT CONDUIT À LA FERMETURE DE 3.408 LITS EN 2019

La suppression des lits, une directive de l’UE ?

Sans surprise, la rentabilité de l’hôpital public reste l’une des priorités pour le gouvernement, malgré la menace constante de saturation des lits. Mais derrière l’État français, se cache la toute puissante et ultra-libérale Union Européenne. En effet, Bruxelles insiste depuis de nombreuses années pour que les pays membres réduisent les dépenses des hôpitaux publics. Il devient donc de plus en plus difficile d’imaginer, au sein de l’Union Européenne, un service de soin public en bonne santé.

Le Média pour Tous


Voir ou revoir: 

Vous êtes les garants
de notre indépendance

SOUTENEZ-NOUS

Partagez l'info


Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

S’abonner
Notifier de
6 Commentaires
plus ancien
plus récent Le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
théron simone-laure
1 mois il y a

Comme je l’écris très souvent, la France est en faillite depuis la présidence de Mitterand qui a emprunté et qui n’a jamais remboursé et les autres présidents n’ont pas non plus pu remboursé les dettes et reprendre ce que Mitterand avait donné aux ouvriers, employés, et les aides sociales. Il a donné également aux plus pauvres. Mais voilà, lorsqu’on donne de l’argent qu’on a emprunté en pensant rembourser avec une croissance qui n’est jamais venue, le résultat c’est qu’il a mis la France à genoux. Les riches se cramponnent à leur fortune et ne donneront rien aux pauvres. Il faudra… Lire la suite »

Bakloe
27 jours il y a

La FRANCE est devenue pauvre car elle a été dilapidée. Depuis que sa BANQUE ne lui appartient plus, elle ne peut plus battre monnaie, et ne peut emprunté que sur les marchés financiers. Sans compter la dépossession de son patrimoine vendu pour des clopinettes à des multinationales etc.

Bakloe
27 jours il y a

Sans ces restrictions, il n’y aurait pas de crise sanitaire. Cela répond à un plan, où plus exactement à un agenda, l’agenda pour le 21ème siècle écrit au niveau de l’ONU, adopté en 2015 par 193 pays, s’engageant à éliminer la pauvreté, réduire les inégalités et lutter contre les changements climatiques… Elle est là l’arnaque, au plus haut degré du commandement mondialiste. La réduction des lits des hôpitaux n’en sont qu’un point de détail. Il faut ouvrir son champs d’analyse et bien nommer les choses pour ne pas nourrir la confusion.

Jayel
27 jours il y a

Si la censure sur l’hypoxie silencieuse/heureuse prenait fin, chaque citoyen français utiliserait un oxymètre/satureurateur pour savoir si oui ou non ils auraient besoin d’êtres hospitalisés mais 99. 5% des français ignorent tjr que leur vie tient à 5 sec par jour (le temps d’utiliser/vérifier sa saturation) et surtout, il sauve de vies tout en évitant la saturation des hôpitaux !

TAPEZ
HYPOXIE SILENCIEUSE/HEUREUSE sur google vous comprendrez mieux.

Ou👇
https://youtu.be/_KVU2piKHEw

Tony
26 jours il y a

Donc il y a complot vincent?

Bakloe
24 jours il y a
Reply to  Tony

Il se questionne encore, il attend confirmation de l’AFP.

©2021 LeMediaPourTous.fr est un site de réinformation dont Vincent LAPIERRE est le porte-parole. Pour un journalisme de terrain 100% indépendant. | Mentions légales

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account