Donald Trump l’officialise : les USA quittent l’OMS


Une manière de minimiser sa gestion de la crise du Covid-19 ?


Par la voix de son président, les États-Unis ont officialisé leur retrait progressif de l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), qu’ils jugent responsable de la mauvaise gestion de la crise du Covid-19. Joe Biden, adversaire de Donald Trump aux élections présidentielles, a d’ores et déjà annoncé qu’il annulerait cette décision s’il était élu en novembre prochain. 

L’annonce des américains intervient alors que la pandémie a fait quasiment 540.000 morts dans le monde depuis fin décembre, selon un bilan réalisé hier par l’AFP, d’après des sources officielles. Les États-Unis quant à eux, ont recensé leur premier décès lié au coronavirus début février. Entre temps, le pays est devenu le plus touché au monde en nombre de morts, avec plus de 130.000 décès.

La procédure de retrait enclenchée

Donald Trump a officiellement lancé la procédure de retrait des États-Unis de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Le président américain exécute ainsi ses menaces de ces derniers mois. Il reproche notamment à l’OMS d’avoir tardé à réagir face à la pandémie de coronavirus.

Donald Trump avait annoncé fin mai « mettre fin à la relation » entre son pays et l’OMS, qu’il accuse depuis le début de la crise de se montrer trop indulgente avec la Chine, où le coronavirus est apparu en décembre avant de se répandre sur l’ensemble de la planète. Il reproche aussi au patron de l’organisation, l’Ethiopien Tedros Adhanom Ghebreyesus, d’avoir échoué à réformer l’organisation.

Précisons que les États-Unis apportent 15% du budget de l’agence onusienne, soit 400 millions de dollars par an. Donald Trump a indiqué que Washington allait « rediriger ces fonds vers d’autres besoins de santé publique urgents et mondiaux qui le méritent ». Ce retrait sera effectif au terme d’un délai d’un an, soit le 6 juillet 2021, ont précisé mardi plusieurs responsables du gouvernement américain.

Joe Biden annulera cette décision s’il est élu

Les Nations unies ont également confirmé avoir reçu lundi la lettre de retrait américain. La notification de sortie a été directement envoyée au secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres. Le porte-parole de M. Guterres a précisé que les États-Unis, membres fondateurs de l’OMS en 1948, devaient remplir deux conditions pour se retirer de l’organisation : respecter un délai d’un an et être à jour dans leurs contributions. Si les deux parties s’accordent sur le délai d’une année, le volet financier reste plus flou.

Des responsables de santé et des adversaires du président candidat républicain ont vivement critiqué cette décision de retirer le plus gros contributeur de l’organisation basée à Genève, responsable de la lutte mondiale contre les maladies et contre le Covid-19, qui continue à se répandre dans le monde. Premier opposant à Trump, le candidat démocrate à la Maison Blanche, Joe Biden, a assuré qu’il annulerait cette décision s’il était élu le 3 novembre prochain.

« Le premier jour de ma présidence, je rejoindrai l’OMS et réaffirmerai notre leadership mondial », a-t-il écrit sur Twitter. Avant de poursuivre : « Les Américains sont plus en sécurité quand l’Amérique s’engage pour renforcer la santé mondiale. »
Le Média pour Tous

Vous êtes les garants
de notre indépendance

SOUTENEZ-NOUS

Partagez l'info


Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

S’abonner
Notifier de