Le 17 novembre se déroulait dans toute la France des manifestations de “gilets jaunes” marchant contre la hausse des prix de l’essence, mais plus généralement contre la fiscalité trop lourde et les multiples réformes du gouvernement conduisant au moins-disant social. “Macron, démission !”, c’est le slogan que l’on pouvait entendre aux quatre coins de la France mais également à Paris, où notre équipe du Média pour Tous a pu suivre ces Français à bout de nerfs.

ALLEZ PLUS LOIN EN CONSULTANT NOTRE ARTICLE SUR CE SUJET :

Les Gilets jaunes, une graine française

 

Le mouvement des Gilets jaunes, cette génération post-syndicale spontanée, est une mobilisation typiquement française. Aucun pays au monde ne propose dans son CV autant d’inventivité contestataire : ça commence par les jacqueries paysannes de 1358, ça se poursuit avec la révolte anti-seigneuriale de 1489, trois siècles avant ce qui deviendra la Révolution.

 

La suite est connue : 1789 (20 000 victimes de la Terreur et 170 000 morts dans le génocide vendéen), les Trois Glorieuses de 1830 (1 000 morts à Paris), 1848 (où 3 000 Parisiens renversent le pouvoir monarchique, occasionnant 350 morts sur les trois journées), 1871 (la Commune de Paris et ses 7 000 morts, dernière estimation), 1934 (37 morts et 2 000 blessés lors des émeutes antiparlementaires de février), 1940 (la révolution nationale du maréchal Pétain, car toutes les révolutions ne sont pas de gauche), et enfin la révolution bourgeoise (ou pacifique) de 1968.

 

Depuis 150 ans, le sang n’a plus coulé lors des convulsions populaires, le pouvoir sachant d’expérience que l’utilisation du feu et la fabrication de martyrs dégénèrent obligatoirement en émeute(s) et se retournent contre lui. La colère du peuple ne doit pas, du point de vue policier, dépasser un certain stade, celui où les manifestants se changent en insurgés.

 

La dernière grande secousse syndicale massive dura trois semaines jusqu’au 15 décembre 1995, lorsque le Premier ministre Alain Juppé dut remballer sa réforme de la Sécurité sociale.

 

Le 17 novembre 2018 a-t-il sa place dans cette lignée historique ?

 

Ce que nous apprend la mobilisation surprise du 17 c’est que la contestation fait encore partie de l’ADN national et peut resurgir à tout moment. Si les manifestants du samedi « jaune » ont un mort à déplorer, les heurts entre forces de l’ordre et manifestants ne sont plus aussi violents qu’autrefois. Les soldats ne fusillent plus les conjurés, Castaner n’est pas Thiers.

 

Dans les années 1960 et 1970, le grand Parti communiste français était à la manœuvre pour organiser la contestation, avec la bénédiction du grand frère soviétique, une contestation qui a fait avancer les droits sociaux. La fin progressive du PCF sous les gouvernements socialistes (1981-1995) a laissé le peuple de gauche orphelin des grandes démonstrations, l’union syndicale n’étant qu’un vieux rêve. Le libéralisme des années 1980 (Fabius en 1983, un Macron avant l’heure) et son outil principal le chômage de masse ont gelé en profondeur la lutte des classes. C’est pourquoi les blocages du 17 novembre ont été à la fois spontanés et efficaces, un paradoxe pour les observateurs de la chose sociale. La glace a été fendue par endroits, a craqué par d’autres.

 

Une graine pousse.

 

290 000 Français mobilisés selon l’Intérieur, estimation reprise par les médias, un million selon les organisateurs, sauf qu’il n’y avait pas d’organisation centrale, comme on avait pu le voir en 2013 lors des manifestations contre le mariage gay, où Monseigneur Barbarin faisait partie des « conspirateurs » (la justice française le lui fera payer plus tard)… Les mouvements sans tête et autogérés qui s’appuient sur les réseaux sociaux et leur surprenante viralité sont indétectables pour le pouvoir. Ses radars ne scannent pas le ras des pâquerettes. Si le mot d’ordre n’était pas de prendre l’Elysée, une petite foule « bon enfant » s’en est néanmoins approchée. la symbolique s’arrête là, à cette ligne rouge.

 

Alors, quel est le sens d’un tel spectacle, s’il se limite à la démonstration de force et qu’il n’a pas de tête pensante, d’objectif clair, de futur organisé ? N’est-ce pas plutôt une démonstration de faiblesse ?

 

Le Premier ministre, installé à la chaire de la messe du 20 heures le lendemain, a confirmé contre vents et marée populaire ses orientations économiques. Entre 300 000 et un million de manifestants n’ayant pas suffi à infléchir la ligne libérale, le 17 novembre doit être considéré comme un échec. Sauf si le mouvement se structure, pourquoi pas, en parti politique. Sur ce point, l’expérience de la Manif pour Tous peut servir : la contestation de 2013 avec ses trois manifestations massives qui ont résonné jusqu’en Italie a fini par se dissoudre dans les calculs politiques et des combinazione. Un résultat décevant « aidé » par les professionnels du pouvoir, qui a de la sorte éteint l’incendie. Cinq ans plus tard, plus personne n’entend parler de ce mouvement spontané qui n’a même pas trouvé son prolongement électoral. Le peu combatif candidat Fillon hésitera à s’en emparer lors de la campagne présidentielle 2017.

Cependant, il n’est écrit nulle part qu’un mouvement populaire incontrôlable doive pour se survivre muter en syndicat, parti ou bulletins de vote, ces vieux habits démocratiques.

 

Au vu des bouleversements que subit le système démocratique actuellement, fonder le « parti des Gilets jaunes » et s’inscrire dans le processus électoral reviendrait à une stérilisation. L’histoire montre que trois suites s’offrent à une expression apolitique massive : la normalisation, la radicalisation et l’extinction. Sinon la victoire, ou renversement de régime. Le Parti socialiste français, en lambeaux dans les années 1960 (sous le sigle SFIO), s’est hissé en moins de 20 ans au pouvoir (1981). Rien ne prédestinait cette formation écrasée entre les deux géants UDR (la droite gaulliste) et PCF à bousculer le jeu politique en moins d’une génération (25 ans).

 

Quelle leçon en tirer ?

 

Le mouvement du 17 novembre n’apportera selon toute vraisemblance rien de tangible dans l’immédiat. Les prix et les taxes continueront à monter et les poches du peuple à se vider. Ce type de soubresaut porte ses fruits sur le long terme. En 1971, deux ans après une présidentielle où le candidat Gaston Deferre atteignit piteusement 5% des voix, le secrétaire du Parti socialiste pas encore unifié entamait une série de chroniques quotidiennes réunies plus tard sous le nom de La Paille et le Grain. Un titre qui donne une idée de la patience qu’il faut pour accéder au pouvoir. Un temps que l’on ne peut accélérer, mais que l’on ne peut freiner.

 

Les Gilets jaunes annoncent la fin d’un cycle, d’un règne, d’un système. Nous verrons ce que cette graine jaune (blé) donnera.

Comment visionner la version intégrale ?

Chaque reportage, proposé gratuitement dans sa version courte à tous les internautes, est également disponible en version intégrale aux contributeurs (à partir de 5€ / mois).

Si vous contribuez vous aurez accès en illimité à toutes les versions intégrales des reportages de Vincent LAPIERRE en plus de bénéficier de nombreux avantages réservés aux contributeurs…

(Si vous rencontrez des problèmes techniques, merci de les décrire le plus précisément possible en écrivant à notre support)

Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

10
Poster un Commentaire

avatar
10 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
5 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
10 Auteurs du commentaire
Titi80WhiteRexGg Idfnicolas.jeanLebas Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
Notifier de
Virihoa
Membre
Virihoa

Bravo !! les chiens d’antifa n’étaient pas a leurs place ils n’ont pas traîné et là, de voir les gens autour de toi te dire viens avec nous tu risques rien. Ca fait plaisir on dirait qu’on avance .on note que quand c’est syndical les antifa de merde sont de mèche avec les syndicats . Force à vous et à samedi. J’ai quand même un petit sentiment de changement.

Yellow
Invité
Yellow

A la 17′, Vincent qui part en roue libre au sujet du tirage au sort “Les politiques foutent tellement la merde que ça peut pas être pire”.
Et le mec qui se marre en face, mode: “Ah ouais, il est chaud lui”. Priceless.

Quant au livreur en “Glovoo” habillé en jaune qu’il va chercher. Muahaha…Il est énorme Lapierre!

Excellent mec. Keep goin!

cascador
Membre
cascador

“Tirer au sort nos élus par exemple”. “Non, mais non, y’a un minimum de cohérence quand même [..] j’ai pas été formé à la politique”…
Je crois que tout est dit. La vraie démocratie n’est pas possible.
“Dieu se moque de ceux qui déplorent les conséquences dont ils chérissent les causes”.

L'ananass
Invité
L'ananass

La réplique du GJ à 7:07 assis, au calme. “Ouai ba si vous pouviez dire…” perso j’adore. Bravo pour ce reportage encore réussi Vince. RDV Le 24 et n’oublions pas, plusieurs petits groupes valent mieux qu’un grand. Un berger pourrait vous certifier qu’ainsi c’est autrement plus chiant. crs1- Qu est-ce qu’elles ont les bêtes aujourd’hui chef? crsC- J’sais pas mais c’est le bordel robert. crs1- C’est la nouvelle lune ca, non chef? crsC- Hein?, j’en sais rien Robert. crs1- On fait quoi chef? crsC- On sort les gazeuses. crs1- Mais chef,au premier rang y’a la mère à Michel de la… Lire la suite »

Foma
Membre
Foma

Excellent travail, continuez comme ça !

Lebas
Invité
Lebas

Merci Mr Lapierre pour ce que vous faites j’aimerais vous revoir plus souvent. Courage à vous et votre équipe.
Prenez soin de vous !!!

nicolas.jean
Membre
nicolas.jean

Vous faites du bon travail. C’est peut-être vous qui avez les clés de la révolution dans les mains. Il faut plus de Vincent Lapierre à visage découvert dans votre équipe !

Gg Idf
Invité
Gg Idf

Pour changer le systeme d’election il y a le jugement majoritaire (au lieu de cette escroquerie de suffrage universel) VL interresse y toi si cest pas déjà fait

WhiteRex
Membre
WhiteRex

A 14mn30 on a l’archétype de la balatringue, trois merdaillons qui parlent et s’habillent comme des rebeux, pas concernés du moment qu’ils ont leur bouteille de coca dégueulasse et le dernier Iphone. Oui c’est pas gagné.

Titi80
Invité
Titi80

Bonsoir Vincent, petite erreur de sous-titre à la minute 9:28 ! 1789 à la place de 1989 je pense 🙂

©2019 LeMediaPourTous.fr est un site de réinformation dont Vincent LAPIERRE est le porte-parole. Pour un journalisme de terrain 100% indépendant. | Mentions légales | Plan du site

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account