Vive l'ultra-libéralisme qui nous veut du bien

Source : Rue 89 Strasbourg
Titre original : Lancée dans la production de masques, l’entreprise alsacienne Labonal attend des commandes des collectivités locales
Auteur : Guillaume Krempp


Voyant les masques arriver de Chine ou du Pakistan, le P-DG de l’entreprise Labonal, qui s’est adaptée pour produire des masques, regrette de n’avoir reçu que « des commandes de compléments » de la part des collectivités territoriales alsaciennes.

Fabriqués au Pakistan, en Chine ou en Tunisie… Les masques commandés par les collectivités territoriales alsaciennes arrivent peu à peu. Mais leur provenance désole Dominique Malfait, P-DG de l’entreprise alsacienne et productrice de chaussettes en tricot Labonal :

« J’ai du mal à admettre qu’on fasse venir des produits de l’autre bout de la planète alors que ça fait deux mois qu’on prône la relocalisation de la production en France. »

L’entreprise Labonal produit aujourd’hui plus de 10 000 masques par jour. (Document remis)

Une longue bataille et une déception

Car Dominique Malfait a longuement bataillé pour que l’usine de Dambach-la-Ville parvienne à produire plus de 10 000 masques par jour. Son entreprise a d’abord élaboré une première solution en partenariat avec l’entreprise Lydall. Problème : l’entreprise bretonne ne pouvait pas fournir un nombre suffisant de filtrants jetables pour équiper le masque lavable. Le P-DG s’est alors tourné vers une entreprise alsacienne et est parvenu à atteindre le rythme de fabrication actuel dès début mai.

Lire la suite de l’article ici.

Vous êtes les garants
de notre indépendance

SOUTENEZ-NOUS
Partagez l'info

Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

S’abonner
Notifier de
1 Commentaire
plus ancien
plus récent Le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Gardey
2 mois il y a

En 1994 déjà, en étudiant la possibilité de relocaliser la production de vélos pour une très grande enseigne, nous étions confrontés au même problème. Le volume d’achat de matière première par les pays producteurs (Taïwan) leur permettait d’avoir des coûts de revient bien plus bas malgré des salaires français inférieurs… Seule une politique européenne ou à minima française d’industrialisation permettrait une relocalisation !