Les agriculteurs en colère : grosses mobilisations à travers toute la France


Notre souveraineté alimentaire en péril


Ce mardi 8 octobre 2019, à l’appel de la FNSEA (Fédération Nationale des Syndicats d’Exploitants Agricoles) et des Jeunes Agriculteurs, les paysans français lancent un premier « avertissement » au gouvernement en bloquant les principaux axes routiers du pays de 11h00 à 14h00. 

Depuis de nombreuses années maintenant, le nombre d’agriculteurs (particulièrement des petites exploitations) diminue inexorablement.

En 1955, la France comptait 2,3 millions d’exploitations agricoles. En 2003, elles ne sont plus que 590 000, dont 62,2 % sont considérées comme professionnelles. Deux millions de personnes vivaient sur ces exploitations en 2000, soit quatre fois moins qu’en 1955. La population active agricole, familiale et salariée, atteignait 6,2 millions de personnes en 1955, soit 31 % de l’emploi total en France. En 2000, cette part est tombée à 4,8 % avec 1,3 million de personnes. Source

Comment expliquer cette diminution inquiétante ? Plusieurs facteurs : tout d’abord, l’image désastreuse dont souffre la profession accentuée depuis quelques années par les attaques antispécistes ou encore le rejet de plus en plus important des pesticides auprès de la population. Ensuite, le peu de considérations sociales et économiques du métier d’agriculteur :

En 2016, près de 20% des exploitants ne pouvaient pas se verser de salaires alors que 30% d’entre eux touchaient moins de 350 euros par mois. En 2015 déjà, un tiers des agriculteurs touchaient moins de 350 euros par mois et en 2014, ils étaient 18%. Source

Enfin, le métier de paysan devient de plus en plus exigeant. Les normes imposées par l’Union Européenne se multiplient de jour en jour rendant le métier de plus en plus ingrat. Depuis peu, les accords commerciaux internationaux comme le CETA et le Mercosur viennent aggraver leur situation en mettant en concurrence l’agriculture française avec celle de l’Amérique du Nord et du Sud. Comment ne pas être découragés et épuisés face à cet acharnement politique et médiatique dont les agriculteurs font l’objet quotidiennement ? Pour preuve, le nombre croissant d’appels au secours au service téléphonique de la MSA (Mutualité Sociale Agricole), Agri’écoute qui, de mars 2018 à juin 2019, s’est élevé à 6352 appels.

« Quand on demande les mêmes exigences à des petites structures qu’on demande à des grosses, on voit là toute la difficulté qu’engendre l’imposition de ces différentes normes », a témoigné Pascal Cormery, président de la MSA

Pour exprimer leur raz-le-bol général, les agriculteurs français ont décidé de frapper fort en maillant le territoire à l’aide de leur tracteur ou pour certains plus vindicatifs, de déverser du fumier et plusieurs tonnes de déchets agricoles devant la mutualité sociale agricole, de brûler du foin devant les grilles de la préfecture de la Haute-Vienne et devant la maison de la région.

Si leurs revendications ne sont pas entendues, les agriculteurs en colère promettent de faire durer le mouvement.

« Ça monte en puissance, vous allez voir aujourd’hui le nombre d’agriculteurs et il y en aura de plus en plus. Ça concerne tout le monde, toutes les agricultures », prévient Luc Messah, secrétaire général adjoint de la FNSEA 31.

Obtiendront-ils quelque chose dans le cadre politique actuel, totalement contraint par l’Union Européenne qui impose d’une main de fer ses règles néolibérales ? La force d’un pouvoir totalitaire c’est son unicité, qui fait sa cohésion et lui permet d’avancer, mais c’est aussi sa faiblesse : si demain, tous les agriculteurs bloquaient durablement non pas la France mais le parlement européen, avec le mot d’ordre « Tous à Bruxelles ! », que se passerait-il ?

Le Média pour Tous

Vous êtes les garants
de notre indépendance

SOUTENEZ-NOUS

Partagez l'info


Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

S’abonner
Notifier de
2 Commentaires
plus ancien
plus récent Le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Picafaf
2 années il y a

A 100% avec nos agriculteurs, je les encourage à bloquer le pays un moment, puis sans résultat à paralyser totalement l île de France.

Chantal DETOURNAY
2 années il y a

Je suis pour les agriculteurs mais contre le fait de brûler des pneus lors des manifestations car cela pollue bien plus que les agriculteurs au travail. Quant il n’y aura plus de paysan en France, comment feront nous pour manger ? D’où viendront les fruits et légumes truffés de produits chimiques et quel prix devront nous les payer ? Quant je pense au président du Brésil qui a dit si nos produits sont mauvais pourquoi les achetez vous ? donc je n’achète surtout pas de produits quel qu’ils soit de ce pays qui se fiche pas mal des conséquences sur… Lire la suite »

©2021 LeMediaPourTous.fr est un média indépendant, financé exclusivement par ses lecteurs | Mentions légales

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account