Et par Attali, toujours dans les bons coups celui-là !

Juan Guaido, Président autoproclamé du Venezuela, a effectué une tournée européenne à la recherche de soutien. L’homme est pourtant de plus en plus contesté, même dans son pays et dans son propre camp. Pas assez, apparemment, pour Emmanuel Macron qui a récemment reçu le vénézuélien à l’Élysée.

Polémiques en Espagne

En visite en Espagne il y a deux jours, le 25 janvier, Juan Guaido, autoproclamé Président par intérim du Venezuela et principal opposant à Nicolas Maduro, n’a pas été reçu par le chef du gouvernement, Pedro Sanchez, mais par la Ministre des Affaires étrangères, Arancha Gonzalez. La décision du chef de gouvernement socialiste de ne pas recevoir l’opposant vénézuélien lui a valu des critiques virulentes de l’opposition de droite espagnole. Cette dernière, qui administre la ville de Madrid, a quant à elle reçu Guaido avec les honneurs dus à un chef d’Etat.

Selon Euronews, la droite espagnole reproche notamment à Pedro Sanchez d’être l’otage de son partenaire de coalition, Podemos (parti de gauche radicale), dont le chef de file, Pablo Iglesias, a longtemps été proche du gouvernement du Venezuela et d’Hugo Chávez, prédécesseur de Maduro. La controverse s’est amplifiée lorsque le Ministre espagnol des Transports, José Luis Abalos, a reconnu avoir parlé le 20 janvier à l’aéroport de Madrid à Delcy Rodriguez, numéro deux du gouvernement de Nicolas Maduro, pourtant interdite d’entrée dans l’Union européenne.

Un « Président » controversé dans son propre pays et une tournée ratée

En difficulté dans son pays et dans son propre camp, ses appels aux manifestations ne déplacent plus les foules. Des scandales de corruption ont éclaboussé Juan Guaido et son entourage, comme l’a révélé par exemple le  journal PanAm Post, le 18 juin 2019. De plus, Juan Guaido et ses proches auraient des liens avec le cartel narco-paramilitaire colombien Los Rastrojos.

Juan Guaido qui pose aux côtés de membres du cartel narco-paramilitaire colombien Los Rastrojos

Début janvier 2020, un groupe de députés frondeurs de l’opposition lui ont ravi le perchoir de l’Assemblée nationale. Mais c’est surtout au sein de ses partisans qu’il a perdu le soutien dont il jouissait encore un an auparavant. Lassés des promesses non tenues, écœurés par la corruption de son entourage, de nombreux Vénézuéliens antichavistes se sont détournés de la «marque» Guaido.

Le Bilan de cette tournée semble par ailleurs assez décevant. Hormis les déclarations de soutien de principe, aucun accord concret n’a émergé de ces multiples rencontres. Lors de sa rencontre avec Boris Johnson, Juan Guaido n’a pas pu récupérer les 14 tonnes d’or vénézuélien séquestrées dans les coffres de la Bank of England depuis le 9 novembre 2018.

Pourquoi un tel soutien de la France ?

Juan Guaido est en recherche active d’appuis extérieurs dans sa lutte contre le Président vénézuélien Nicolas Maduro, réélu en 2018. C’est la raison de ses visites dans plusieurs pays européens. Présent le 21 janvier au Royaume-Uni, où Juan Guaido a rencontré le Premier Ministre britannique Boris Johnson, il s’est ensuite rendu le 22 janvier à Bruxelles, puis au Forum économique de Davos le lendemain. En outre, il a rencontré des eurodéputés de l’ultradroite espagnole VOX, et du chancelier autrichien conservateur Sebastian Kurz. Le 24 janvier, en France, il a été reçu par le Ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian et le Président français Emmanuel Macron. Emmanuel Macron a décidé de le recevoir à l’Elysée afin de l’aider à « mettre en œuvre un processus électoral au Venezuela ».

A noter qu’à l’échelle mondiale, si Guaido a reçu le soutien des USA et de l’Europe, Maduro bénéficie toujours de la confiance de la majorité des pays de l’ONU, à l’image de la Chine et de la Russie.

En quoi recevoir un tel personnage contribue-t-il au rayonnement politique et culturel de la France ? Certains spécialistes, comme le journaliste Romain Migus, pensent que Juan Guaido et son entourage cherchent, de manière réitérée, à provoquer un conflit armé contre le Venezuela dans le but de précipiter la chute du Président Nicolas Maduro. Pour le journaliste, « la position adoptée ces jours-ci par la France relève quasiment du mystère scientifique ». Par exemple, suite à l’auto-proclamation de Guaido, les entreprises françaises ont été sanctionnées et ne peuvent plus commercer avec le Venezuela (à la différence des entreprises pétrolières des USA, exemptées de sanctions par leur gouvernement). Pourquoi donc s’enfermer dans un jusqu’au-boutisme idéologique qui pénalise nos industries, poursuit le spécialiste ? Pas sûr que ce soutien, à une opposition vénézuélienne de plus en plus contestable, grandisse notre pays en termes de géopolitique sur la scène internationale.

Le Média pour Tous

Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

4
Poster un Commentaire

avatar
4 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
4 Auteurs du commentaire
PainZoraMAREEChérif Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Chérif
Invité
Chérif

Juan Guaido est la marionnette de Trump, ce denier est la marionnette du lobby sioniste, et le monde est pour le moment leur marionnette !

MAREE
Invité
MAREE

MONSIEUR J. ATTALI voulez-vous encore provoquer une bonne guerre?
Ce Guaido ne me dit rien qui vaille.

Zora
Invité
Zora

J’ai oublié de demander dans un message j’aimerais bien que quelqu’un m’explique Monsieur Attali il est élu à quel poste au nom de quoi de quelle responsabilité il dirige des choses en France il prend des décisions même par-dessus les gens qui nous gouvernent j’aimerais savoir quel est son statut quelle est la position quel est le l’emploi je sais pas le poste qui lui permet de faire tout ça de se prendre pour quelqu’un de supérieur et de diriger et à l’avance et nous dire qu’il va diriger la France j’aimerais qu’on me réponde il est qu’il est quoi… Lire la suite »

Pain
Invité

C’est quand même bizarre que pour le gouvernement macron , la mort d’un enfant ne mérite que cinq jours de RTT pour ne pas pénalisé ces chers multinationales mais par contre pour soutenir un dictateur autoproclamé la pas de problème.
Aurait il des intérêts caché pour qu’une decision à l’opposé de la logique soit prise .
C’est le genre de question qu’ont peut légitimement ce posé
Et pour finir ce commentaire plus personnellement VIVA EL PRESIDENTE MADURO !!

©2020 LeMediaPourTous.fr est un site de réinformation dont Vincent LAPIERRE est le porte-parole. Pour un journalisme de terrain 100% indépendant. | Mentions légales

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account