Si ça fait comme pour le CICE...

Auteur :

Bruno Le Maire devra présenter en conseil des ministres ce mercredi, un nouveau budget de crise s’élevant désormais à 460 milliards d’euros.

D’après le ministre de l’Économie et des Finances, qui s’est exprimé au micro de RTL mardi soir, le nouveau projet de loi de finance rectificative (PLFR) doit correspondre au « deuxième temps de la réponse à la crise ». Ce texte devra donc prendre en considération la forte récession de 11% de l’économie française en 2020. 45 milliards d’euros supplémentaires devront être débloqués afin de soutenir les secteurs en difficultés. Ce nouveau budget rectifié s’élève désormais à « 460 milliards » d’euros, a indiqué le ministre.

Le tourisme, l’aéronautique, l’automobile … et les petits commerces

Dans ce budget hors norme, ce trouve celui du plan d’aide destiné au secteur du tourisme, s’élevant à 18 milliards d’euros. Lourdement touché par la crise, ce secteur reste très fragilisé post-confinement. Les seules difficultés rencontrées par cette sphère professionnelle devraient amputer le PIB de quasiment un point cette année.

Le PLFR3 comprend aussi les 15 milliards d’euros de soutien au secteur de l’aéronautique. Comme annoncé fin mai, le secteur automobile recevra une aide de 8 milliards d’euros, la “French Tech” recevra, quant à elle, 600 millions d’euros. Bercy a également précisé que le texte inclura des mesures en direction des petits commerces et du bâtiment, sans en indiquer la proportion dans le total des aides…

Aides pour les plus précaires et les collectivités

Pour faire face à une vague de faillites et de licenciements, le gouvernement souhaite renforcer d’environ 5 milliards d’euros le dispositif de chômage partiel, et débloquer 1 milliard supplémentaire pour élargir les aides aux entreprises qui embauchent un apprenti. Ce budget intègre également des aides exceptionnelles pour les 800.000 jeunes précaires de moins de 25 ans, ainsi que les ménages les plus modestes.

Bercy devrait également soutenir les collectivités qui voient leurs recettes fondre avec la crise et leurs dépenses augmenter pour gérer l’épidémie. 4,5 milliards d’euros devront être débloqués.

Déficit et dette publique

Avec toutes ces mesures et ces plans d’aide, la note sera assurément salée ! D’après le gouvernement, la crise va amputer les recettes fiscales de 69,7 milliards d’euros cette année. Le précédent plan de relance annonçait déjà une fonte des rentrées de 42,7 milliards. Le déficit devrait encore s’aggraver pour atteindre 11,4% du PIB, et la dette publique gonfler à 120,9%.

Et qui va payer l’addition ?

Le Média pour Tous  

Vous êtes les garants
de notre indépendance

SOUTENEZ-NOUS
Partagez l'info

Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments