Le coronavirus a-t-il été créé en laboratoire ?


Bonne question !

Source : Association française pour l’information scientifique (AFIS)


Diverses rumeurs circulent depuis le début de l’épidémie de coronavirus selon lesquelles le virus serait une création humaine. Ces rumeurs se classent en deux catégories : celles qui avancent une hypothèse malveillante, et celles qui avancent une hypothèse accidentelle [1].

Dans le premier cas, le coronavirus serait une arme biologique délibérément créée et libérée dans le but de provoquer une épidémie ; dans le second, des chercheurs auraient joué aux apprentis-sorciers et auraient créé le virus dans un but peut-être légitime (à des fins de recherche), mais par laxisme ou incompétence, leur création leur aurait échappé et serait sortie du laboratoire. Entre les deux, on entend également l’hypothèse que le virus aurait été créé délibérément à des fins malveillantes (en tant qu’arme biologique) mais libéré de manière accidentelle – c’est ce qu’a avancé par exemple (sans aucune preuve) le Washington Times du 26 janvier [2], citant un analyste israélien pour qui le coronavirus est « lié au programme d’armement biologique chinois ».

Alors, qu’en est-il ?

Diversité des coronavirus

On parle couramment, depuis le début de l’épidémie, du coronavirus. Il s’agit néanmoins d’un abus de langage qui, s’il est aisément compréhensible, peut rapidement entraîner une confusion néfaste. Le virus causant l’épidémie actuelle est un coronavirus. Les coronavirus sont une famille de virus connue depuis longtemps puisque les premiers coronavirus pathogènes pour l’Homme ont été découverts dans les années 1960 [3]. Jusqu’en 2019, on connaissait six différents coronavirus affectant l’humain :

• quatre coronavirus endémiques (présents dans la population de manière habituelle) et faiblement pathogènes (CoV229E, CoV-OC43, CoV-NL63, et CoV-HKU1) qui, la plupart du temps, ne causent rien de plus grave qu’un rhume (ils sont collectivement la deuxième cause la plus fréquente des rhumes juste derrière les rhinovirus – on estime qu’environ un tiers des rhumes sont causés par ces quatre coronavirus) ;

• deux coronavirus hautement pathogènes, le SARS-CoV, responsable de l’épidémie de syndrome respiratoire aigu sévère (Sras, ou SARS en anglais pour Severe Acute Respiratory Syndrome) qui a fait 774 morts (principalement en Asie) en 2002-2003, et le MERS-CoV, responsable du syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS, Middle East Respiratory Syndrome), qui depuis son émergence en 2012 a fait environ 750 morts.

Le virus responsable de l’épidémie actuelle est un nouveau coronavirus, qui vient s’ajouter aux six précédemment connus pour être pathogènes pour l’Homme. Il a d’ailleurs été initialement appelé nCoV2019, pour Novel Coronavirus 2019, avant d’être finalement baptisé SARS-CoV-2 en raison de sa ressemblance avec le coronavirus SARS-CoV de 2002-2003 [4].

Fig. 1 : Une étiquette de produit désinfectant affirmant « tuer le coronavirus » (entre autres), présentée par certains comme une preuve que le coronavirus n’est pas si nouveau qu’on veut le faire croire.

Ces éclaircissements préliminaires permettent déjà d’établir que la mention « coronavirus » qui apparaît sur les étiquettes de produits désinfectants manufacturés bien avant 2019 (figure 1) n’est pas le signe qu’on vous cache quelque chose ou que les fabricants de désinfectants avaient anticipé l’épidémie avant tout le monde : cette mention fait seulement référence aux quatre coronavirus communs en partie responsables des rhumes, pas au SARS-CoV-2 responsable de l’épidémie actuelle.

Lire la suite de l’article ici.

Vous êtes les garants
de notre indépendance

SOUTENEZ-NOUS

Partagez l'info


Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

S’abonner
Notifier de