Le capitalisme est-il historiquement construit sur le colonialisme ?


Par contrepoints.

Auteur :

Le colonialisme est devenu un sujet brûlant ces dernières années. La haine dirigée contre Israël dans les universités américaines et européennes est idéologiquement basée sur la théorie « post-colonialiste », devenue une sorte de religion politique, en particulier parmi les anticapitalistes « réveillés ».

 

Mais dans quelle mesure la thèse selon laquelle le capitalisme est fondé sur le colonialisme est-elle vraie ? L’économiste germano-britannique Kristian Niemietz, du prestigieux London Institute of Economic Affairs, s’est penché sur cette question dans une étude agréablement courte (70 pages) et riche en faits : « La mesure impériale. Une analyse coût-bénéfice du colonialisme occidental ».

Ce petit livre perspicace devrait être une lecture obligatoire pour tous les étudiants « post-coloniaux », bien qu’ils préfèrent probablement lire des livres qui s’alignent sur leurs croyances préexistantes, et les faits présentés ici pourraient bien leur donner un sentiment d’insécurité. Dans son livre, Niemietz effectue une analyse économique qui compare les coûts et les bénéfices du colonialisme pour différents pays, dont la Grande-Bretagne, la France, l’Allemagne et la Belgique. Bien qu’il soit difficile d’obtenir des données historiques exactes, toutes les estimations sérieuses indiquent que le colonialisme a davantage été un fardeau économique qu’un avantage pour des pays comme la Grande-Bretagne, la France et l’Allemagne. Historiquement, c’est également la conclusion à laquelle sont parvenus des scientifiques et des hommes politiques aussi différents qu’Adam Smith et Otto von Bismarck.

Alors, malgré l’absence d’avantages économiques significatifs – peut-être même des pertes – pourquoi les pays ont-ils continué à mener des politiques coloniales ? Le prestige national et l’influence de personnes fortunées qui voyaient dans le colonialisme une source de gains économiques ont été des facteurs clés.

Dans le cas de la Grande-Bretagne, les recherches de Niemietz indiquent que le pays a principalement commercé avec d’autres nations occidentales pendant l’ère coloniale, plutôt qu’avec les colonies. S’il est difficile de déterminer avec certitude si le colonialisme a entraîné des pertes économiques pour la Grande-Bretagne, ou si le pays a réalisé un modeste bénéfice global, on peut affirmer avec certitude que les gains potentiels ont dû être très modestes. Par conséquent, la thèse selon laquelle la richesse de la Grande-Bretagne provenait essentiellement des profits générés par ses colonies ne peut être soutenue.

Des données plus précises sont disponibles pour l’Allemagne, qui n’est devenue une puissance coloniale que très tardivement. Dans le cas de l’Allemagne, il est clair que la majorité des colonies étaient déficitaires. La Belgique est la seule exception, car sa domination du Congo lui a permis de réaliser des bénéfices substantiels. Toutefois, ce succès peut être attribué à un ensemble unique de circonstances : en Belgique, la colonie du Congo était gérée comme une entreprise privée par le roi Léopold II.

L’affirmation selon laquelle les fondements du capitalisme ont été historiquement construits sur le colonialisme est réfutée par le fait que les grandes puissances coloniales ont connu une croissance économique plus lente que la Suède, le Danemark et l’Autriche, entre autres, qui n’avaient que des possessions coloniales mineures. Les nations qui étaient initialement en tête – la Grande-Bretagne, les Pays-Bas et la France – ont en fait pris du retard en termes relatifs dans la seconde moitié du XIXe siècle. Le Portugal et l’Espagne, premières puissances impérialistes avec des colonies allant du Mexique à Macao, étaient les plus pauvres d’Europe occidentale au moment de l’émergence du capitalisme.

 

La suite sur contrepoints.

Vous êtes les garants
de notre indépendance

SOUTENEZ-NOUS

Partagez l'info


Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

©2024 LeMediaPourTous.fr est un média indépendant, financé exclusivement par ses lecteurs | Mentions légales

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account