L’argent public sera utilisé pour « les grandes entreprises et la finance plutôt que pour aider les gens »


Propos de Grace Blakeley recueillis par Rachel Knaebel pour Bastamag

Les États ont versé des milliards pour sauver leurs économies, en priorité vers les grandes entreprises. Comment faire en sorte que l’argent public serve à aider les gens et à construire l’avenir ? Par une planification démocratique de l’économie répond la jeune économiste britannique Grace Blakeley, auteure de Corona Crash – Comment la pandémie va changer le capitalisme.

Basta !  : Comment voir un possible crash du capitalisme alors que les États dépensent depuis le début de la crise du Covid beaucoup d’argent public à destination des grandes entreprises pour sauver le capitalisme ?

Grace Blakeley : Le titre de mon livre « Corona crash » vient d’un article que j’ai écrit en mars au moment où, avec le début de l’épidémie, pointait le danger d’une dégringolade des marchés boursiers. La bourse ne s’est finalement pas écroulée. Ce qui est désormais clair, c’est justement cette volonté des États d’utiliser de plus en plus des ressources publiques pour sauver les entreprises et les institutions financières. C’est une tendance lourde du néolibéralisme : l’État intervient dans l’économie pour empêcher la faillite d’entreprises. Nous avons vu cela lors de l’éclatement de la bulle Internet en 2000 puis lors de la crise financière de 2008. De l’autre côté, il n’y a pas le même niveau de soutien étatique pour les gens, pour la population. Que va-il arriver quand l’économie aura récupéré après la crise de l’épidémie ? C’est très incertain. Ce qui semble le plus probable, c’est une récupération orientée vers les intérêts du « big business » et de la finance plus que vers les objectifs de maximiser l’emploi et de relever le niveau des salaires.

Le débat a-t-il eu lieu au Royaume-Uni sur la politique économique à mener après l’épidémie ?

Boris Johnson [Premier ministre conservateur] a repris la formule « We need to build back better » [« Nous devons reconstruire en mieux »] pour désigner son plan de relance de l’économie. Il reconnaît donc en quelque sorte que l’économie ne marchait déjà pas vraiment avant le Covid. Le débat a lieu alors même qu’on est encore en train de lutter contre le virus. Le Service national de santé [National Health Service] a subi des coupes budgétaires sévères depuis la crise de 2008, tout comme les administrations de santé publique, gérées par les gouvernements locaux en Grande-Bretagne, et comme les services sociaux. Ce sont des discussions que nous avions déjà avant la pandémie et qui reviennent évidemment aujourd’hui.

Avec un gouvernement conservateur, c’est évidemment difficile d’obtenir des investissements dans le système de santé, pas plus que dans la décarbonisation de l’économie, ce qui va de pair car la santé pâtit aussi des niveaux élevés de pollution de l’air. Il est donc peu probable que le gouvernement actuel ne fasse quoi que ce soit de substantiel pour agir à ce niveau. Ce gouvernement a bien annoncé vouloir dépenser plus d’argent public que le précédent, mais, encore une fois, ce sera probablement dirigé vers les grandes entreprises et la finance plutôt que pour aider les gens. Arriver à changer cela nécessitera des mobilisations populaires.

Le problème, au Royaume-Uni, est que l’actuelle direction du Parti travailliste ne semble pas particulièrement intéressée à porter ces revendications d’investissements dans les services publics, les services de santé et la transition écologique. Pour le moment, nous n’avons pas d’opposition qui critique vraiment le gouvernement depuis le début du Covid. Les gens ne veulent pas que la crise épidémique soit politisée.

LIRE LA SUITE

Vous êtes les garants
de notre indépendance

SOUTENEZ-NOUS

Partagez l'info


Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

©2021 LeMediaPourTous.fr est un site de réinformation dont Vincent LAPIERRE est le porte-parole. Pour un journalisme de terrain 100% indépendant. | Mentions légales

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account