La France s’oppose à un texte de l’UE souhaitant caractériser le viol par l’absence de consentement


par 20 minutes

Auteur :

« C’est Emmanuel Macron qui a arbitré », confie une source européenne interrogée par « Le Monde »

 

La « persistance de la violence faite aux femmes n’est pas une fatalité », « nous devons y mettre fin et nous allons le faire », a promis ce samedi 25 novembre le président de la République Emmanuel Macron, dans une vidéo à l’occasion de la journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes. Mais la France est-elle vraiment si volontaire qu’elle l’affiche ? Car elle fait partie, au sein de l’Union européenne, des Etats qui refusent de faire évoluer la définition du viol.

Le 8 mars 2022, la Commission européenne avait promis d’harmoniser la réponse pénale dans les pays de l’Union européenne face aux violences commises contre les femmes. Mais la question du viol divise, entre d’un côté les pays défendant la définition du viol de la Commission européenne fondée sur l’absence de consentement (Italie, Belgique, Grèce, Luxembourg, Croatie, Suède, Irlande, Espagne et Portugal), de l’autre des pays qui rejettent cette définition en arguant des raisons juridiques (France, Pologne, Allemagne…). Ces derniers estiment que la question du viol n’est pas de la compétence de l’UE.

« C’est Emmanuel Macron qui a arbitré et décidé que la France ne souhaitait pas une définition européenne du viol assise sur la notion de consentement », a confié une source européenne au journal Le Monde.

 

La suite sur 20 minutes.

Vous êtes les garants
de notre indépendance

SOUTENEZ-NOUS

Partagez l'info


Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

S’abonner
Notifier de
1 Commentaire
plus ancien
plus récent Le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Avlula
25 jours il y a

La perversion des titres du Monde.

La France refuse que la Commission européenne intervienne dans la définition du viol

Une neutralité parfaite, rien de polémique… Nul doute que si ça avait été « un méchant » à la place de Macron, le titre aurait fait comprendre qu’il s’agit de s’opposer à un progrès et que la personne qui a fait ça est donc très mauvaise.

©2024 LeMediaPourTous.fr est un média indépendant, financé exclusivement par ses lecteurs | Mentions légales

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account