N'oubliez pas de partager cet article


Julian Assange va passer Noël dans une prison de haute sécurité à Londres pour avoir dévoilé au monde entier les crimes des États-Unis en Irak, et bien d’autres choses. Assange est pour nous un symbole et un exemple. Le symbole du courage face aux puissants et l’exemple du journalisme authentique, tel que nous le concevons. Assange, par sa simple existence, nous impose l’humilité à tous. Toute la rédaction du Média pour Tous se joint aux nombreux soutiens de cet homme à travers le monde et exige avec eux sa libération immédiate et sa protection par la France. Bien sûr, nous souhaiterions faire bien plus que simplement relayer des articles pour informer sur la situation inhumaine qu’endure cet homme et si nous pouvions participer à une opération pour aller le chercher, nous le ferions. Hélas, nous ne vivons pas dans ce monde là. Ni la France, ni un quelconque commando ne le sauveront. Alors nous le soutenons de toutes nos forces. C’est ce que ferait chaque être humain s’il était convenablement informé de ce qui se joue à travers Julian Assange. Puisse t-il, du fond de sa cellule, sentir que l’humanité toute entière est derrière lui.

Courage Julian et merci Viktor pour ton travail colossal d’information sur cette affaire.

Vincent Lapierre


Nous savons que : Julian Assange est un citoyen australien. La société de publication qu’il a co-fondée (Sunshine Press) est domiciliée en Islande et leur site Wikileaks est hébergé.. euh… quelque part.

Nous savons qu’Assange n’a violé aucune loi d’une juridiction dont il dépendait. Aucune. Jamais. Nous savons en effet qu’il n’a jamais été accusé de viol en Suède (si vous avez l’impression du contraire, débrouillez-vous avec votre source d’information préférée). Nous comprenons donc que « l’enquête préliminaire » interminable d’une procureure suédoise n’a jamais été qu’une opération de rabattage du gibier Assange vers le piège états-unien.

Nous savons aussi que Julian Assange n’a jamais été sous une juridiction US. Et donc qu’une « extradition » de Julian Assange vers les Etats-Unis ne sera pas une décision de justice en application de je ne sais quelle loi, mais bel et bien l’aboutissement d’une opération d’enlèvement par les Etats-Unis d’un journaliste étranger, enlèvement décidé et préparé de longue date et sous couvert d’un « droit » qui a été bafoué de bout en bout dans cette affaire. Nous savons donc que ce qui se prépare contre lui n’est pas une « extradition » mais un enlèvement, un kidnapping, une « remise forcée ».

Nous savons que les Etats-Unis prétendent malgré tout lui infliger 175 ans de prison au nom d’une loi (Espionage Act de 1917) et dans la cadre d’un grand jury qui interdit à l’accusé d’invoquer ses motivations et qui ramène les droits de la défense à zéro.

Nous savons maintenant que ses moindres faits et gestes et ceux de ses visiteurs à l’ambassade étaient espionnés et que ses privilèges client/avocat et patient/médecin ont été violés et que toutes ces données communiqués – ainsi que tous ses effets personnels – aux Etats-Unis.

Nous savons qu’Assange ne purge actuellement aucune peine (oui, vous avez bien lu (*) ) mais est en « détention préventive », qu’il est maintenu en isolement dans une prison de haute sécurité. Nous savons aussi qu’il est gravement malade et qu’il n’est pas soigné. Nous savons donc qu’Assange est volontairement maltraité par les autorités britanniques, un traitement que le rapporteur spécial de l’ONU – après un examen médical du prisonnier effectué par des spécialistes en la matière – assimile à de la torture. Nous savons que sa vie est littéralement en danger.

Nous savons que l’administration pénitentiaire ne lui accorde que peu de contacts avec ses avocats, très peu de visites, aucun contact avec les autres détenus, et qu’il ne peut consulter les éléments de « preuves » présentés contre lui et n’a aucun moyen matériel pour préparer un semblant de défense.

Nous avons vu lors d’auditions surréalistes qu’il est si mal en point qu’il arrive à peine à prononcer son nom et sa date de naissance et où la juge Vanessa Baraitser affiche ouvertement son mépris pour lui et ses avocats et prend – au vu et au su de tous – ses instructions auprès des représentants des Etats-Unis présents dans la salle. Nous avons même vu un greffier demander au prisonnier de confirmer sa nationalité… suédoise (pour vous donner une idée du sérieux avec lequel cette affaire est menée).

Nous savons qu’Assange est un des journalistes les plus primés du 21ème siècle. Nous savons qu’il a encore reçu 3 titres de reconnaissance journalistique alors qu’il se trouvait en prison. Nous savons qu’il a été nominé sept fois au prix Nobel de la Paix. Nous savons que le patron de la Fédération Internationale de Journalistes (qui dit représenter 600.000 professionnels du métier) a pris position en faveur d’Assange. Nous savons que les trois principaux syndicats de journalistes français ont rédigé une lettre ouverte à Macron au sujet d’Assange. Nous savons que plusieurs centaines de journalistes à travers le monde ont signé une pétition récente pour sa libération, etc.

Nous savons aussi qu’Amnesty International doit avoir de la merde devant les yeux pour ne pas reconnaître un prisonnier politique torturé au cœur de Londres. Nous savons depuis longtemps que Reporters Sans Frontières se couvre les yeux, les oreilles et la bouche chaque fois que les Etats-Unis sont en cause.

Nous avons compris que les réseaux sociaux (Facebook et Twitter) exercent une censure discrète sur toute communication relative à Assange et/ou Wikileaks, en limitant drastiquement sa diffusion.

Et nous savons que de tout cela, vous n’en saurez rien.

Lire la suite sur legrandsoir.info

Vous êtes les garants
de notre indépendance

SOUTENEZ-NOUS
Partagez l'info

Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

S’abonner
Notifier de
5 Commentaires
plus ancien
plus récent Le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Nadine Fernande Sun
6 mois il y a

Le monde ENTIER DEVRAIT DEFENDRE MONSIEUR ASSANGE POUR SON COURAGE SON COMBAT ET SON HONNÊTETÉ ET TOUS LES RISQUES QU’IL A PRIS POUR DENDRE LA LIBERTÉ LA LOI… POUR NOUS DÉFENDRE TOUS… IL FAUT SE MOBILISER ET LE SORTIR DE LÀ……. 🙋👏👏👏👏🙏🙏🙏🙏🙏🙏🙏🙏❤️💙💜❤️💙💜🙋🐞🍀🐞🇫🇷🇫🇷🇫🇷🇫🇷🇫🇷MON TOTAL SOUTIEN 83160 MERCIIIIII

Georges Dubuis
6 mois il y a

CERTES Nadine MAIS, meuh ! la majorité ne veut rien savoir……c’est vertigineux, ils sont pré occupés comme l’amère ricain ricanant qui larguait LA bombe et qui répondait a la question à quoi pensiez vous pendant ce temps là……..euh, aux traites de mon frigo ! En plus & essentiellement, Assange s’est trompé car il ne savait pas à qui il avait à faire bien qu’il l’évoque dans son livre dans une rencontre avec Google…… il dit qu’il a l’impression de s’être fait avoir ! Bonne WW3 les chemins de dieu et de son complexe deviennent visibles…..pour ceux qui veulent voir. Fin… Lire la suite »

LaurentF
6 mois il y a

Très bel article et commentaire introductif de Vincent mais il manque juste des indications sur la façon concrète d’aider.
Aider JA concrètement
Aider aussi VL et toute l’équipe pour les reportages

Byblos
6 mois il y a

J’ai évidemment diffusé aussi massivement que j’ai pu.
Il y a un autre prisonnier politique qui croupit depuis plus de 30 ans dans les geôles de la République Française. Et qui mériterait une campagne tout aussi intense pour sa libération.
Ne jamais oublier GEORGES IBRAHIM ABDALLAH.
Comme pirate de la Justice (ou de ce qui prétend à ce titre en Occident), la France suit les USA de près. Et Macron est très zélé.