Le passé pour éclairer le présent

Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

S’abonner
Notifier de
13 Commentaires
plus ancien
plus récent Le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
dominique maillery
1 mois il y a

en attendant, raoult n’a, à ma connaissance, tué personne, mais il en a sauvé beaucoup. donc….
suivant les sites que l’on consulte, il y aurait entre 10 et 34 000 morts (oui, c’est large, mais je n’ai pas le temps d’affiner ma recherche) par an en france, dûes aux médicaments, ayant scrupuleusement subi les essais randomisés en double aveugle, avec AMM et tout le saint frusquin. alors faudrait se calmer avec raoult.
renseignez vous sur les effets secondaires et les dangers du paracétamol… vous ne serez pas déçus du voyage, et pourtant, ce poison est en vente libre !

Lacedemone
1 mois il y a

Monsieur, citer les chiffres de la iatrogénie n’a absolument aucun sens et n’est pas un argument rationnel. Tout médicament est sélectionné en fonction de son rapport bénéfice-risque. Ne voir que son efficacité ou que sa nocivité n’a aucun sens. Quand un malade se présente en phase terminale d’un cancer incurable, on peut être amené à donner de la chimiothérapie, et certaines molécules (par exemple des anti-foliques comme le Methotrexate ou le Triméthoprime) qui sont pourtant d’authentiques poisons pour l’organisme. Nous les donnons quand même, car le rapport bénéfice risque est quand même favorable: oui c’est un poison qui rendrait malade… Lire la suite »

Bakloe
1 mois il y a
Reply to  Lacedemone

« […] Quand un malade se présente en phase terminale d’un cancer incurable, on peut être amené à donner de la chimiothérapie […] » Dans les faits, il n’est pas nécessaire d’être en phase finale d’un cancer pour ce voir prescrire chimiothérapie et/ou radiothérapie avec ou sans chirurgie, c’est la règle dès lors que le diagnostique est posé, toute autre approche étant considérée comme du charlatanisme. En « phase terminale », le service des soins palliatifs prend le relais, ce qui procède d’une euthanasie plus ou moins assistée. Durant l’épisode COVID 19, nous avons vu s’appliquer dans certains services de réanimations débordés par l’afflux… Lire la suite »

Lacedemone
1 mois il y a
Reply to  Bakloe

Monsieur, Le but des soins palliatifs n’est nullement une euthanasie déguisée mais l’apport d’une médicamentation ayant pour but la suppression de la douleur, à la demande du patient. La faillite respiratoire qui se produit parfois n’est jamais le but recherché mais une conséquence secondaire de la suppression de la douleur. L’euthanasie est formellement interdite aujourd’hui en France, au grand dam des gauchistes progressistes qui aimeraient pourtant que l’on puisse zigouiller à tout va dans les situations de fin de vie. Concernant le reste de votre message et certains abus et/ou situations délicates durant la crise du Covid-19, je ne vous… Lire la suite »

Bakloe
1 mois il y a
Reply to  Lacedemone

Les médecins sont les premiers à subir l’ostracisme ambiant et quelques uns s’y étant confrontés, ont vu leur carrière et leur réputation anéantie. Pour un étudiant, vous semblez bien ignorant mais n’étant malheureusement pas une exception, il semblerait bien que la matière médicale relève davantage du formatage que de l’enseignement.
Si vous vous destinez à ce sacerdoce sous l’égide du serment d’Hyppocrate, je vous souhaite bien du courage.