Comment l’idéologie Macroniste s’est (encore) accaparée l’antenne cette année


Le pluralisme selon les milliardaires...


Depuis 3 ans, Denis Piel, historien, rassemble des statistiques sur les idées politiques des invités et chroniqueurs de médias. Cette année encore l’idéologie d’Emmanuel Macron est surreprésentée. 

Le travail est colossal. Du 1er août 2019 au 31 juillet 2020, Denis Piel a passé au peigne fin pas moins de 23.500 interventions dans plus de cent émissions, chroniques, interviews, tribunes, etc. Résultat, plus de 20.000 d’entre elles sont apparentées de près ou de loin à des idées politiques. Avec ce qu’il comporte de subjectivité, ce travail permet néanmoins de faire un constat évident : les courants politiques idéologiquement proches du néolibéralisme et notamment d’Emmanuel Macron ont occupé l’immense majorité du temps de parole.

Les idées politiques ne sont pas portées seulement par les politiciens

Là où ce travail est particulièrement intéressant, c’est qu’il ne se borne pas à étudier seulement les interventions des politiciens. Il épingle également les « chroniqueurs » et autres « éditorialistes », prétendument objectifs, mais qui portent pourtant des idéologies politiques à longueur de temps. Dans le top 20, on retrouve ainsi des personnalités comme Gérard Leclerc (2ème), Christophe Barbier (6ème) ou Jean-Michel Apathie (8ème). Si l’on excepte Eric Zemmour (4ème) tous ces intervenants sont idéologiquement très proches du gouvernement.

 

Emmanuel Macron, champion toutes catégories

Toutes personnalités confondues, Emmanuel Macron s’impose comme le numéro un de la liste. Le chef de l’État est intervenu dans 385 médias en un an, plus d’une intervention par jour ! Et le « grand débat » n’entre même pas dans cette période… Le natif d’Amiens réussit d’ailleurs l’exploit d’être plus présent que les éditorialistes et chroniqueurs eux-mêmes. Son ex porte-parole Sibeth Ndiaye n’est pas non plus en reste. Elle se glisse en effet à la dixième place avec 239 interventions en un an. La nouvelle ministre de la culture Roselyne Bachelot est elle aussi en bonne posture à la 7ème place. Vous avez dit propagande ?

23 places du top 30 occupées par LREM, LR et le PS

Si l’on se concentre seulement sur les membres de partis politiques, on constate que l’idéologie d’Emmanuel Macron n’a guère d’opposition. Dans le top 30 des politiciens, on retrouve seulement, 3 membres du RN, Marine Le Pen (10ème), Jordan Bardella (11ème) et Nicolas Bay (29ème), auquel on peut ajouter leur allié de la dernière présidentielle, Nicolas Dupont-Aignan (26ème). De l’autre côté de l’échiquier politique, on compte seulement un membre de la FI, Adrien Quatennens (15ème) et un PCF, Fabien Roussel (25ème). Le chantre du capitalisme vert Yannick Jadot réussit lui à se placer à la 7ème place, preuve que les médias voient en lui un bon profil. Les 23 autres places du top 30 sont toutes occupées par des défenseurs du néolibéralisme, LREM, LR ou PS. À noter qu’aucun membre de cette liste ne prône la sortie de l’Union Européenne…

Le néolibéralisme écrase tout

En ce qui concerne la visibilité des partis eux-mêmes, le constat est le même : En Marche écrase toute la concurrence. À lui seul, le parti d’Emmanuel Macron totalise 34% des interventions dans les médias, plus du double de son dauphin LR (16%). Si on ajoute tous les partis membres de la majorité, on arrive même à 44%. Poussons le processus jusqu’à englober le PS et LR (et apparentés) et on atteint le total ahurissant de 74% !


Le pluralisme, ce n’est pas pour aujourd’hui…

On peut d’ailleurs s’interroger sur certains choix des médias. Par exemple, le parti socialiste (7%) est encore largement préféré à la France Insoumise (3.75%) et à EELV (4.1%) alors qu’il ne pèse plus rien électoralement. Le RN (5%) reste le parti d’opposition le plus représenté. Preuve s’il en est que les médias espèrent sans doute déjà rejouer le deuxième tour de 2017 et voir ainsi une nouvelle victoire d’Emmanuel Macron. On notera également que certains partis sont toujours ostracisés. C’est le cas des mouvements anti-électoraux mais aussi de ceux qui prônent la sortie de l’Union Européenne, comme l’UPR. Et tant que nous laisseront nos médias aux mains d’une poignée de milliardaires, il y a peu de chance de voir apparaître un peu de pluralisme ailleurs que sur Internet…

Le Média pour Tous

Vous êtes les garants
de notre indépendance

SOUTENEZ-NOUS

Partagez l'info


Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

S’abonner
Notifier de