La guerre commerciale contre la Chine continue…


Donald Trump a été clair, les pays Européens qui travailleront avec le géant chinois Huawei sur la mise en place du réseau 5G, se verront privé d’échanges de renseignements avec les États-Unis. C’est ce qu’a affirmé l’ambassadeur américain en Allemagne, Richard Grenell.

La Maison Blanche fait pression depuis plusieurs mois sur les pays Européens pour que le géant Huawei n’accède pas au marché européen de la 5G, prétextant un risque d’espionnage. Le Président américain aurait appelé Richard Grenell depuis Air Force One pour lui rapporter que « toute nation qui décide d’utiliser un distributeur 5G qui n‘est pas digne de confiance, met en danger [sa] capacité de partager des renseignements et des informations au plus haut niveau ».

Problème : la France et la Grande-Bretagne, les alliés clés des États-Unis en Europe, ont déclaré consentir à la présence de Huawei sur les futurs réseaux de télécommunications, sous certaines conditions.

En réponse et en marge d’une conférence sur la sécurité à Munich, Mike Pompeo, le ministre américain des Affaires Etrangères, a assimilé l’équipement chinois a « un cheval de Troie », qui communiquerait toutes les données des utilisateurs au « parti communiste chinois » ainsi qu’aux « services secrets chinois ». Le chef de la diplomatie chinoise Wang Yi a, quant à lui, invité les Européens à faire un « choix indépendant et sage » en respectant « l’équité pour toutes les entreprises ».

La Chine, cible réelle des attaques contre Huawei

Pour rappel, Huawei a connu une croissance explosive dans la téléphonie mobile et les relais de télécommunication, devenant en quelques années le deuxième fournisseur mondial de smartphone, devant l’américain Apple (et derrière le sud-coréen Samsung). Une position qui explique les manœuvres de Trump pour tenter de casser la croissance du géant chinois.

Depuis mai 2019, le groupe chinois est placé sur liste noire par les États-Unis, ce qui a forcé les entreprises résidant sur le sol américain à se tourner vers d’autres fournisseurs en télécommunication.

De son côté, Trump a renouvelé en 2018 la section 702 de la loi FISAA (Foreign Intelligence Surveillance Act Amendments) pour 5 ans. Celle-ci autorise l’enregistrement des données personnelles des utilisateurs, américains ou étrangers, dès lors que les serveurs se trouvent sur le sol américain. Les sociétés détenant ces informations privées sont dans l’obligation de les remettre au Pentagone, en cas de demande. Trump connait donc bien le sujet, quant aux risques encourus par les utilisateurs, lorsqu’un gouvernement détient des données personnelles !

BONUS : voici un documentaire très intéressant à voir pour comprendre l’affrontement Etats-Unis / Chine qui se joue derrière la guerre commerciale Apple / Huawei.

Le Média pour Tous

Vous êtes les garants
de notre indépendance

SOUTENEZ-NOUS
Partagez l'info

Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

S’abonner
Notifier de
3 Commentaires
plus ancien
plus récent Le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
ALV95
4 mois il y a

Et le reste du matériel où la NSA laisse traîner ses oreilles ça ne pose pas problème ça ? L’indépendance technologique est un devoir de la France, j’emmerde l’UE, nous avions nos champions, on ne sait plus les protéger ! Vivement le Frexit, outil indispensable pour se permettre les choix stratégiques

Sumer oui
4 mois il y a

Perso, je suis contre la 5g ,trop dangereux déjà pour la nature,les abeilles peut être meme d autres animaux et nous…

MichL
4 mois il y a
Reply to  Sumer oui

Totalement. En sachant que la 4G+ suffit déjà LARGEMENT en terme de débit.