Harmonisation des notes du bac



Pour uniformiser la notation, les correcteurs du baccalauréat sont parfois invités à revoir leur barème. Presque toujours à la hausse.

Encore dépité, il décrit un « sketch ». Sur Twitter, un ancien professeur de français a provoqué près de 7000 réactions en racontant jeudi, d’un ton acerbe, la façon dont on aurait poussé son groupe de correcteurs du baccalauréat à améliorer artificiellement les notes de leurs copies il y a une dizaine d’années.

Le succès de son « thread » n’est guère étonnant : année après année, l’harmonisation des notes de l’examen est l’objet de critiques objectives, mais aussi parfois fantasmées. Plutôt que son principe, elles visent principalement les directives guidant ce processus. Elles inciteraient, selon ses détracteurs, les correcteurs à surnoter les copies médiocres, sous couvert de « bienveillance ».

Mais à quel point ? Une certitude : avant même de se munir de leur stylo rouge, ils doivent se présenter à ce qu’on appelle une « réunion d’entente ». En clair… Un cours de correction ! Les enseignants y sont notamment invités à évaluer des copies d’élèves. Et ceux qui notent le plus durement doivent se justifier devant tous les autres.

« Soupçon latent »

Des inspecteurs ou, à défaut, des professeurs « chargés de mission » passent ensuite leurs consignes. « L’idée, c’est de ne pas hésiter à valoriser le travail des élèves, relève Louise*, jeune prof de français dans un lycée privé parisien. Si une copie est bonne, on peut facilement dépasser les 15/20. Et si elle est mauvaise, voire catastrophique, on va chercher de petits motifs de satisfaction, comme la simple existence d’une problématique et d’un plan… »

Mais le cœur des critiques cible le moment où les correcteurs se retrouvent pour uniformiser leur notation, après s’être chargés de leur copie. C’est la fameuse « réunion d’harmonisation », dont les débats sont confidentiels. En 2008, déjà, un rapport sénatorial regrettait « le secret qui entoure » ce processus, y voyant « l’un des facteurs qui entretiennent un soupçon latent autour des notes de baccalauréat et du principe même de l’harmonisation ».

« Garantir qu’il n’y a pas eu de saccage »

« Généralement, cela sert surtout à s’assurer qu’aucun collègue n’a eu la main trop lourde, tempère Patrick, professeur de philosophie en Seine-Saint-Denis. C’est notamment l’occasion de relire les copies les plus mal notées, pour garantir qu’il n’y a pas eu de saccage gratuit. » Chaque note inférieure à 5/20 doit faire l’objet d’une justification en public. Celles supérieures à 18/20, 19/20 ou même 20/20 ne sont, elles, pas vérifiées.

Vous êtes les garants
de notre indépendance

SOUTENEZ-NOUS

Partagez l'info


Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

S’abonner
Notifier de
1 Commentaire
plus ancien
plus récent Le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Jacques Marquette
3 années il y a

j’ai interrogé un correcteur professeur agrégé dans un lycée de province; il a assisté à la réunion préparatoire. S’il fallait corriger « normalement » il n’y aurait pas 50% d’admis au bac

©2022 LeMediaPourTous.fr est un média indépendant, financé exclusivement par ses lecteurs | Mentions légales

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account