Et ça ne va pas s'arrêter comme ça...

Alors que le projet de loi sur la réforme des retraites a été adopté en conseil des ministres ce vendredi 24 janvier, la mobilisation repart à la hausse. Récit d’une journée de manifestation à Paris.

Ils se sont donné rendez-vous pour une 6ème mobilisation contre la réforme des retraites d’Emmanuel Macron. Les grévistes avaient décidé de frapper un nouveau coup ce vendredi 24 janvier, jour où la réforme devait être présentée en conseil des ministres. Le départ du cortège, initialement prévu pour 11h00, a tardé jusqu’à réunir suffisamment de monde sur la place de la République et sur le boulevard Saint-Martin d’où il devait s’élancer pour rejoindre 4 kms plus loin la place de la Concorde.

Comme à l’accoutumée, les syndicats se sont rapidement fait devancer par la foule de manifestants venue en nombre à l’occasion de ce jour symbolique. La tête de cortège s’est peu à peu formée de manière hétéroclite, non sans être serrée de très près par un important dispositif policier. Nous retrouvions donc, pêle-mêle, des autoproclamés « antifascistes », des gilets jaunes, et même (nouveauté surprenante voire hors-sujet de cette journée) des représentants de la communauté LGBT.

La mobilisation n’était pas en berne, contrairement à ce que les grands médias prétendaient en se gargarisant de la reprise progressive du trafic RATP/SNCF. Les grévistes cheminots ayant dû reprendre le travail battaient tout de même le pavé parisien ce vendredi en compagnie des professeurs, étudiants, avocats, professions publiques ou privées, etc. Des membres du personnel du musée du Louvre s’étaient également mobilisés ainsi que ceux de l’opéra de Paris toujours fidèles au poste et affichant une détermination sans faille pour un retrait total du projet de réforme.

Le long des quais de Seine, les manifestants purent découvrir un dispositif impressionnant de barrières anti-émeute placées à chaque pont se trouvant sur l’itinéraire du cortège et conçues pour empêcher toutes tentative d’assaut sur l’assemblée nationale placée juste derrière le pont de la Concorde. Mais toutes ces précautions se sont révélées bien inutile face à des manifestants devenus doux comme des agneaux et défilant de plus en plus silencieusement (peut-être intimidés par ce qu’ils voyaient).

C’est donc tout logiquement et naturellement que la dispersion du cortège suivi au fur et à mesure de l’arrivée sur la place de la Concorde. La plupart des manifestants hébétés se sont alors dilués dans Paris en suivant l’itinéraire que leur indiquaient les forces de l’ordre. Quelques-uns d’entre eux, lassés d’avoir marché et attendu pendant 4 heures, ont appelé la foule à partir en manifestation sauvage mais seulement quelques dizaines suivront l’appel pour être finalement remis dans le droit chemin par les CRS et la BRAV (Brigade de répression de l’action violente (!)).

Bilan bien maigre pour une manifestation ayant sans doute rassemblé aux environs de 150.000 personnes à Paris (deux heures de flot ininterrompu). Une manifestation (trop?) calme, loin des accusations de « violence » et de « haine » qu’auront subi toute la semaine les opposants à la réforme des retraites.

Le Média pour Tous

Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

2
Poster un Commentaire

avatar
1 Fils de commentaires
1 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
2 Auteurs du commentaire
BillythekidPierre Jean Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Pierre Jean
Invité
Pierre Jean

Actualment, je suis à l’étranger, sachez que plusieurs citoyens sont enviés de notre pays, pour eux les français ont le sens du combat que dans certains pays soit ils ont perdu ou empêché d’exprimer leur colère. D’après des informations sur place nombre des français à l’étranger ne savent pas le nom de leur député et nombre d’entre eux critiquent la France, parfois avec mépris, car selon eux ils payaient trop d’impôt. Mais, j’ai découvert aussi qu’il y a plusieurs qui donnent l’adresse d’un membre de la famille en France pour pouvoir toucher les aides sociales, comme le chômage, l’aide de… Lire la suite »

Billythekid
Invité
Billythekid

Avant 2017, c’était comment ?

©2020 LeMediaPourTous.fr est un site de réinformation dont Vincent LAPIERRE est le porte-parole. Pour un journalisme de terrain 100% indépendant. | Mentions légales

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account