Le grand oublié de l'histoire !


Lors de la conquête des territoires américains, les colons européens auraient exterminé près de 56 millions d’amérindiens.

Ce 4 juillet, fête nationale des Etats-Unis, en pleine crise de la covid-19, Donald Trump se rendait au mont Rushmore pour commémorer l’Indépendance du pays. Seulement, cette visite semble avoir relancé une polémique qui ne date pas d’hier. Le monument, bâti sur une terre sacrée amérindienne, est perçu par certains comme un symbole du colonialisme européen sur les premiers autochtones. À tel point que des chefs amérindiens réclament régulièrement le retrait du mémorial.

14 millions d’amérindiens exterminés par les colons aux USA

Cet épisode permet de revenir sur la fondation et l’expansion des Etats-Unis, devenus aujourd’hui la première puissance mondiale. L’actuel territoire de l’oncle Sam regroupait avant l’arrivée des colons plus de 1000 tribus. Après les guerres et les épidémies apportées par les européens, il n’en reste aujourd’hui plus que 566. À cette époque, près de 20 millions d’autochtones occupaient ces terres, soit 4% de la population mondiale. Aujourd’hui, les descendants de ces peuplades ne sont plus que 2.9 millions, soit 1.5% de la population américaine, et 0.03% de la population mondiale. Au temps de la conquête de l’ouest, on estime qu’environ 14 millions d’amérindiens auraient été massacrés.

Un génocide qui ne veut pas dire son nom

Si on élargit ces considérations à tout le continent américain, ce sont même près de 56 millions d’autochtones qui ont été exterminés par les colons européens. Le massacre aurait été d’une telle violence qu’il aurait fait baisser la température de la planète, selon une étude. Même si les maladies importées d’Europe ont joué un rôle prépondérant dans la chute démographique de ces populations, les massacres organisés par les colons ont tout de même tout d’un génocide. Seulement, à l’heure actuelle, aucun gouvernement du continent ne consent à reconnaître ce fait historique. La propagande hollywoodienne a même régulièrement dépeint les colons comme des héros attaqués par de « sauvages » indiens. Une inversion totale des rôles par rapport à la réalité historique.

Ethnocide plutôt que génocide ?

Certains anthropologues et historiens préfèrent parler d’ethnocide. Ce phénomène consiste à assimiler complètement un peuple à sa propre culture. En d’autres termes, les colons n’auraient pas anéanti physiquement les amérindiens, mais ils auraient anéantis leur culture et leur fonctionnement institutionnel. Il est vrai qu’à l’heure actuelle, les indiens d’Amérique sont encore souvent rabaissés au rang de « sauvages » et leur culture et leur mode de vie restent dépréciés par rapport à notre « glorieuse » civilisation occidentale. Cette doctrine se retrouve encore particulièrement en Amérique latine et en particulier au Brésil. N’en reste pas moins que des massacres de population purs et simples ont bel et bien eu lieu et que ceux-ci ne bénéficient aujourd’hui que très peu de reconnaissance.

Des populations minées par la pauvreté

L’héritage de cette histoire dramatique semble aujourd’hui n’avoir laissé aux amérindiens que de faibles perspectives d’avenir. Aux Etats-Unis, dans les réserves indiennes, la majorité des populations vivent sous le seuil de pauvreté. L’alcoolisme, le tabagisme et le suicide grimpent à des niveaux extrêmement élevés. De plus, le gouvernement américain exerce de plus en plus de pression sur ces territoires et espère les récupérer. Au Brésil, les indigènes se trouvent de plus en plus menacés, à mesure que le gouvernement rogne leur territoire et que leurs populations sont persécutées. Sur le continent, les rares États prenant la défense des indigènes  subissent une déstabilisation constante. Citons par exemple, la Bolivie, où le président d’origine indigène a récemment subi un coup d’Etat, où encore le Venezuela où les gouvernements chavistes ont largement œuvré à sortir les autochtones de l’extrême pauvreté.

Le Média pour Tous

Vous êtes les garants
de notre indépendance

SOUTENEZ-NOUS
Partagez l'info

Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

S’abonner
Notifier de
4 Commentaires
plus ancien
plus récent Le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
dominique maillery
1 mois il y a

et l’australie ?….. et l’afrique ?…. et encore de nos jours les cours d’eau détournés au profit des grandes firmes qui en ont besoin pour leur business, et qui obligent les tribus ou villages à quitter leurs lieux de vie ancestraux ? et monsanto en inde (et pas que…), et l’autre psychopathe qui fait crever des milliers d’enfants africains avec ses vaccins, et et et…. la raison du plus fort est toujours la meilleure, tout est à réformer, on marche sur la tête. dès l’école, on apprend aux enfants à être les plus forts, les plus performants. on ne leur… Lire la suite »

Marco
1 mois il y a

Avant l’arrivée des colons européens il y avait entre 50 à 70 millions de bisons blancs. Massacres eux aussi. 14 millions d’amérindiens tués ! C’est un genocide. Je pense même que beaucoup de gamins et même d’adultes ne savent pas qu’ils y avait des Indiens (peau-rouge) avant les blancs sur ce continent. Quand j’étais jeune il y avait beaucoup de westerns avec John Wayne) les peaux rouge étaient toujours les méchants. Hollywood ! Par contre depuis le CE1, mon gamin sait qu’il y a un type Autrichien, etc…. Il y avait même sa photo dans le cahier. Pour les amérindiens,… Lire la suite »

théron simone-laure
1 mois il y a

C’est affreux et injuste ce qu’on a infligé aux ” indiens”. Mais je pense et j’espère que cela ne pourrait plus se produire de nos jours.