Gaia-X : la France et l’Allemagne en quête de souveraineté face aux GAFAM


Source : Le Vent se Lève

Face à la crise de confiance des peuples et des entreprises quant aux capacités en matière de traitement souverain des données numériques dans les territoires nationaux européens, la France et l’Allemagne s’engagent dans un plan de construction d’une infrastructure Cloud de grande ampleur. Présentée comme une réussite inéluctable, de nombreux points semblent pourtant poser question quant au sérieux des parties prenantes dans l’élaboration de cette initiative de bon sens. Décryptage par Florent Jourde. 


« Nous ne sommes pas la Chine ni les États-Unis, nous sommes l’Europe avec nos propres valeurs et intérêts économiques que nous voulons défendre ». Ce sont les paroles de Bruno Le Maire lors du lancement en juin dernier du projet de « Méta-Cloud » européen GAIA-X. L’objectif semble établi : Gaia-X se veut représenter une nouvelle marche vers l’indépendance et la souveraineté d’une Europe décidée à s’imposer entre les deux mastodontes que sont les États-Unis et la Chine. Une quête d’affirmation diplomatique qui semble se construire autour d’une identité alliant puissance économique alternative et interventionnisme éclairé à travers son projet d’armée européenne. GAIA-X s’inscrit vraisemblablement dans cette double optique et vise au travers du cloud européen à la fois la garantie de valeurs comme celles de respect pour la vie privée, de souveraineté des données ou encore d’interopérabilité entre services. La consigne fournie par le ministère de l’Économie se veut en totale opposition avec la posture obscurantiste défendue outre-Atlantique et son « cloud act », loi fédérale adoptée en 2018, modifiant au passage le « Stored Communications Act » (SCA) de 1986, autorisant les instances de justices américaines à solliciter les opérateurs afin d’accéder aux données contenues dans les serveurs situés sur son sol et au-delà, sans obligatoirement en avertir le propriétaire. Cette impulsion européenne se conçoit comme un contrepoids à l’emprise de Washington et Pékin sur le marché de l’infrastructure cloud.

AU-DELÀ DU DISCOURS, LES MOYENS ENGAGÉS SÈMENT LE DOUTE QUANT À LA PORTÉE RÉELLE DU PROJET

Le lancement fait en réalité suite à un « manifesto » co-rédigé par le ministère de l’Économie et de l’Énergie allemand et le ministère des Finances français en février 2019, texte lui-même issu d’une initiative allemande sur « la stratégie industrielle nationale pour 2030 ». À ce stade, plusieurs axes furent énoncés comme « investir massivement dans l’innovation », « adapter notre cadre réglementaire » et mettre en place « des mesures efficaces pour nous protéger ». Comme souvent dans l’histoire du fonctionnement institutionnel européen, l’Allemagne invite une nouvelle fois son partenaire français à le suivre pour initier ce projet. Anne-Sophie Taillandier (directrice de la plateforme TeraLabs de l’Institut Mines-Telecom, l’un des cofondateurs de Gaia-X) ne cache d’ailleurs pas que les allemands en sont bien les initiateurs. Elle ajoute que, depuis, les deux pays ont « bien travaillé ensemble » pour le faire avancer. Est-ce à dire que GAIA-X émerge exclusivement de priorités industrielles allemandes ? L’interrogation reste en suspend.

LIRE LA SUITE

Vous êtes les garants
de notre indépendance

SOUTENEZ-NOUS

Partagez l'info


Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

©2021 LeMediaPourTous.fr est un site de réinformation dont Vincent LAPIERRE est le porte-parole. Pour un journalisme de terrain 100% indépendant. | Mentions légales

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account