François Boulo va bientôt tout arrêter : il s’explique


Par François Boulo

BIENTÔT, J’ARRETERAI TOUT … ET JE COMPTE SUR VOUS

C’est avec le cœur lourd que j’écris ces lignes. C’est même un déchirement après m’être tant investi dans le combat pour la liberté et l’égalité depuis ce jour du 17 novembre 2018. Mais jusqu’au bout, je veux être honnête et transparent avec vous. Alors après plusieurs mois de réflexion, je vais vous dire les choses telles qu’elles me viennent, sans détour et sans filtre.
Nous entrons dans une période bien sombre de notre Histoire. Pendant des mois, j’ai espéré. J’ai tenté à mon niveau d’agir pour le mieux. Mais chaque jour qui passe me convainc un peu plus de l’impossibilité de nous faire dévier de notre trajectoire. Me confronter quotidiennement à mon impuissance ne serait-ce qu’à participer à une dynamique collective positive m’a usé. Et le résultat final est que je n’y crois plus, pas dans la période actuelle en tout cas. Ma conviction est qu’il faudra que nous touchions le fond pour enfin commencer à nous relever du chaos que nous aurons nous-mêmes engendré. Quand ce moment se produira-t-il ? Dans 2 ans, 5 ans, 10 ans, 30 ans ? Impossible à dire.

Il y a mille raisons qui m’ont amené à ces conclusions. Je n’en citerai que les plus importantes.

Il y a bien sûr les dominants qui usent et abusent de leurs privilèges, de leurs positions d’influence et de leurs réseaux pour maintenir de force un système inique et voué désormais à imploser. C’est par leur faute principalement que nous nous dirigeons vers un effondrement généralisé (politique, économique, social, écologique) puisqu’outre le fait d’être les ordonnateurs de ce marasme, elles s’appliquent à maintenir le maximum de gens sous l’aliénation des plaisirs illusoires de la consommation et du divertissement pour neutraliser toute capacité de réaction. Mais ça, je le savais déjà quand je me suis engagé dans le mouvement des gilets jaunes.

Ce qui a vraiment eu raison de mon optimisme, c’est le comportement de tous ceux qui se prétendent être du camp des « résistants ». Du simple citoyen lambda qui vomit sa haine ou répand des thèses délirantes sur les réseaux sociaux au leader d’opinion, tantôt opportuniste tantôt prisonnier de ses récits extravagants et hallucinés, tous partagent les mêmes faiblesses. Incapacité à se remettre en question et à faire prévaloir la raison sur l’émotion, besoin pathologique de reconnaissance pour se sentir exister. Ce sont ces maux qui nous empêchent de constituer une équipe soudée et intelligente à même de bâtir un autre modèle de société fondé sur la coopération et le partage. Si je n’en veux pas à tous ceux qui écrivent seuls sur leur clavier car ils sont les victimes d’un système qui écrase les individus, je ne peux pas dire autant de ceux qui prétendent porter le flambeau de la résistance et ne recherchent en réalité que la lumière des projecteurs.

Si j’étais cynique, je pourrais faire comme ces irresponsables souvent victimes d’eux-mêmes : surfer sur la moindre polémique pour caresser les passions tristes dans le bon sens du poil et faire prospérer ma petite boutique. Je volerais votre temps si précieux en focalisant votre attention sur des sujets suscitant de vives émotions sur l’instant mais, au fond, totalement insignifiants. J’en tirerai certainement quelques satisfactions : des dizaines voire des centaines de milliers d’abonnés en plus, des commentaires de supporters à ma gloire personnelle, et peut-être quelques opportunités professionnelles, qui sait ? En agissant de la sorte, je sais que je ne ferai que reproduire le comportement de nos « élites » corrompues. Je n’agirai pas dans le sens du bien commun mais uniquement au service de ma petite personne et de mon ego, cette petite voix dans la tête qui ne cesse de quémander des flatteries pour se persuader qu’elle est importante dans l’univers.
Je me fais, je crois, une idée bien trop noble de ce que doit être le combat pour la liberté et l’émancipation pour céder à pareilles bassesses intellectuelles et morales. Je n’ai jamais voulu le pouvoir et je me méfie terriblement des effets psychologiques qu’il peut avoir sur les individus qui en deviennent les dépositaires. C’est pourquoi je me suis évertué à rendre le peu de pouvoir que j’ai acquis au cours de mon engagement en partageant avec vous mes connaissances. Car à mes yeux, le seul pouvoir qui soit sain pour les êtres humains est celui du savoir.

Or, je ne crois pas que ce soit la quête de la vérité et de l’intérêt général qui animent un certain nombre des bruyants porte-voix qui agitent le débat public, que ce soit sur les réseaux sociaux ou dans les médias autorisés. Tout n’est plus que cacophonie, entre polémiques stériles et règlements de compte personnels ou partisans. Dans cet océan de bêtise et de paresse intellectuelle, les voix rationnelles s’éteignent peu à peu. Bientôt l’obscurité règnera sans partage. Je préfère me retirer avant qu’elle ne m’atteigne à mon tour.

Revoir notre entretien avec François Boulo sur son dernier livre « Reprendre le pouvoir »:

Vous êtes les garants
de notre indépendance

SOUTENEZ-NOUS

Partagez l'info


Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

S’abonner
Notifier de
8 Commentaires
plus ancien
plus récent Le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
mazabraud
13 jours il y a

Mr Boulo : Bravo pour rester vous-même et ne pas vous renier en prenant cette décision même si elle va en décevoir plus d’un mais il faudrait une grande révolution pour arriver à faire bouger les choses tellement la fange est désormais profonde ! Protégez-vous et qui sait, peut-être un jour ..?

Avlula
13 jours il y a

Lien pour ceux qui n’ont pas de compte.

Je comprends. Pourtant j’ai l’intuition que c’est moins grave que ça en a l’air, ou plutôt que ça tient à peu de choses (je parle de l’ambiance actuelle où on cherche des champions pour mener bataille, parce qu’un pouvoir a décidé de nous outrepasser voire maltraiter au lieu de gagner notre confiance, et ce de plus en plus frontalement).

Iglesias
12 jours il y a

Je comprends tellement… Marchant, à coeur et à cris tous les samedi, parfois « moins là » mal grès la foule – on est nombreux ? Il le faut absolument ! – Je me mets à penser comme vous. Vous qui êtes un résistant du système. Vous qui savez bien que la mer ne se vide pas à la petite cuillère. Je suis pessimiste ce matin. Beaucoup vont perdre leurs travail -j’ai préféré démissionner- Peut être faut-il toucher le fond pour remonter, comme vous dites … J’espère que je serai de cette génération qui verra ce changement positif opérer. J’espère enfin, que… Lire la suite »

Darnis
12 jours il y a

Bravo Monsieur bon courage

Heulluy
12 jours il y a

Bonjour’
Dommage mais il faut rester soi
J ai beaucoup apprécié vos interventions sur différents plateau
Si vrai alors bonne route que du bonheur et des sourires
A bientôt peu être

Louis
12 jours il y a

C’est un beau message. Je crois hélas que le constat est assez juste. Merci à lui pour tout ce qu’il a donné

Lauret Gilbert
12 jours il y a

J’ai 62 ans et même si je ne suis pas sur le devant de la scène et que ce monde d’ego creuse lui même sa propre tombe, il faut espérer et ne rien abandonner. Les élections de 2022 va être le moment de vérité sur l’état de ce pays et voir si ce peuple meurtri par toutes ces années de dictature va se réveille où bien laisser définitivement les mains libres aux capitalistes pour l’achever. Donc il faut aller voter pour les partageux, c’est notre dernière chance et stopper cette folie de l’abstention, ce piège à couillon qui donne le… Lire la suite »

fermierdesmers
7 jours il y a

C’est parce que cela leur procure de la sérotonine que beaucoup de ces personnes préfèrent la quête perpetuelle de statut social, plutôt qu’à faire ce qui est juste…le cerveau est câblé pour la quête de statut car cela accroit les chances de reproduction et assure la sécurité des enfants => séléction naturelle. Ceux qui ne cèdent pas à ces tentations pulsionnelles sont ceux qui font le choix, conscient, de ne pas être esclave de leurs pulsions, comme F. Boulo..

©2021 LeMediaPourTous.fr est un média indépendant, financé exclusivement par ses lecteurs | Mentions légales

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account