Propagande gouvernementale : les 8 fake news de Darmanin en un mois !


On n'est plus à ça près...


Ces dernières semaines, le ministre de l’intérieur, Gérald Darmanin, a multiplié les mensonges pour couvrir son action et celle du gouvernement. Voici huit d’entre eux, recensées depuis trente jours.

C’est le militant et syndicaliste Jean Hugon qui mis le doigt sur le problème. 8 fakes news décomptées pour Gérald Darmanin, seulement pour le mois écoulé. Retour sur ce florilège de contre-vérités.

30 Novembre : l’affaire Zecler

Dans cette affaire, un producteur de musique était violemment passé à tabac par trois policiers. L’affaire se retrouve médiatisée le jeudi par le media Loopsider. Darmanin affirme alors qu’il découvre les images en même temps que tout le monde. Il assure aussi que ni la police, ni la préfecture ne disposait des vidéos. Mais tout ce récit est faux puisque les images étaient bien en possession de la police dès le lundi.

30 novembre : l’affaire du policier néo-nazi

Dans la même commission d’enquête, Gérald Darmin lance un deuxième mensonge à propos d’une affaire plus ancienne. Il affirme en effet que l’un de ses premiers gestes en tant que ministre de l’intérieur avait été de « ne pas garder dans la police un agent qui avait porté un écusson qui rappelait le IIIe Reich ». Or, dans les faits, ce policier n’a pas été renvoyé, mais a simplement vu sa promotion bloquée. Comble du ridicule, le ministre s’en était même vanté à l’époque.

9 décembre : l’affaire du policier tué

Sur le plateau de BFM, Gérald Darmanin rend hommage à un policier tué lors d’une course poursuite, renversé par une voiture. Il affirme qu’il a été « percuté par quelqu’un qui ne s’est pas arrêté ». L’information est complètement fausse puisque le fonctionnaire en question a été renversé par une voiture de la BAC…

10 décembre : bras d’honneur à la CNIL

Darmanin affirme cette fois-ci que la Commission nationale de l’informatique et des libertés a donné son feu vert pour le projet de fichage des citoyens selon leurs opinions. Or l’autorité administrative avait validé le projet avant que le gouvernement n’ajoute cette disposition au dernier moment. Joli tour de passe-passe.

12 décembre : le faux don à la SPA

Le 12 décembre, Gérald Darmanin, largement relayé par les médias de masse, fanfaronne d’avoir fait don de ses indemnités de maire de Tourcoing à la société protectrice des animaux. Or, comme nous l’apprend plus tard Capital, cet argent n’appartenait pas au ministre, mais à la mairie de la ville. La municipalité a décidé seule de l’affectation de cet argent. Le coup de communication est d’autant plus grossier que Gérald Darmanin n’est officiellement plus le maire de Tourcoing puisqu’il n’a pas le droit de cumuler avec son poste de ministre. Ce qui ne l’empêche sans doute pas de diriger la ville en sous-mains…

13 décembre : les chiffres d’interpellations maquillés

Lors des manifestations contre la loi sécurité globale, Darmanin affirme que les forces de l’ordre ont arrêté « 142 individus ultra-violents ». Or, très vite, et comme ont pu le constater bon nombre de manifestants sur place, ces arrestations ont au contraire été pratiquées de manière totalement arbitraire parmi un cortège pacifique.

16 décembre : réunion des syndicats de Police

Devant le Sénat, Gérald Darmanin assure qu’il va recevoir l’intégralité des syndicats de police afin de discuter de l’avenir de la profession. Pourtant, il accueillera seulement les syndicats qui soutiennent l’action gouvernementale. L’organisation historique VIGI ne sera quant à elle pas conviée.

26 décembre : l’affaire du policier arabe

Sur twitter, Gérald Darmanin affirme qu’un jeune Belfortain d’origine arabe a été roué de coups pour avoir fêté Noël. Il ajoute même que le fait que la victime soit fils de policier a empiré les évènements. Or, deux jours plus tard, le procureur de Belfort dément les allégations du ministre, et l’Est Républicain assure que « le fait d’être un fils de policier n’est pas à l’origine des violences et que l’origine religieuse du différend n’est pas établie par l’enquête. »

Dans tous les cas, ce « palmarès » ne devrait pas aider les citoyens à refaire confiance à ce gouvernement. L’affaire prêterait même presque à sourire quand on se souvient qu’Emmanuel Macron lui-même osait expliquer que son quinquennat lutterait contre les fake-news…

Le Média pour Tous

Vous êtes les garants
de notre indépendance

SOUTENEZ-NOUS

Partagez l'info


Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

S’abonner
Notifier de
4 Commentaires
plus ancien
plus récent Le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
bienvivrebio
17 jours il y a

Gérald Darmanin a des défauts comme vous et moi, mais il doit bien avoir quelques qualités comme vous et moi. Plaire à tous les citoyens c’est impossible. Il maintient assez bien l’ordre en France. Il en a donné la preuve lors des dernières manifestations.

dominique maillery
17 jours il y a
Reply to  bienvivrebio

je suis toujours choquée quand je constate que la dictature a quand même des sympathisants……

Avlula
17 jours il y a

Très bien, la question c’est : et après ? Comment sanctionner ces mensonges, est-il possible de pouvoir autant mentir sans être sanctionné ?

Gosso
16 jours il y a

Et les gestes barrières ???

©2021 LeMediaPourTous.fr est un site de réinformation dont Vincent LAPIERRE est le porte-parole. Pour un journalisme de terrain 100% indépendant. | Mentions légales

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account