TEMOIGNAGE Ce samedi matin, une explosion dans le 9e arrondissement de Paris a fait quatre morts et une cinquantaine de blessés. Un témoin raconte à « 20 Minutes » ce qu’il a vécu…

Ce dimanche, la vie tente de reprendre son cours dans le 9e arrondissement de la capitale. Au lendemain de l’explosion d’une boulangerie située au 6 de la rue de Trévise qui a coûté la vie à quatre personnes, dont deux sapeurs-pompiers, et fait cinquante-quatre blessés, dont neuf dans un état grave, les sapeurs-pompiers de Paris restent mobilisés et poursuivent leurs opérations de recherche et de sécurisation du secteur. Par mesure de sécurité, un large cordon de sécurité ferme l’accès de la zone aux badauds. De l’autre côté du cordon, presse, passants et curieux observent les pompiers s’affairer, à une centaine de mètres de là. Parmi eux, Soufiane, un jeune homme de 28 ans au cœur lourd.

« Pour Laura »

Un bouquet de fleurs blanches à la main, Soufiane a éprouvé le besoin de revenir sur les lieux du drame, et eu envie de rendre hommage à la troisième victime de l’explosion. Accrochée à son bouquet, une carte blanche sobre, sur laquelle ne sont couchés que deux mots : « Pour Laura ». « Pour moi, ce n’est pas juste une touriste espagnole, c’est Laura, je veux qu’on sache comment elle s’appelait ».

Pourtant, Laura, Soufiane ne la connaissait pas. Au moment de l’explosion, le jeune homme se trouve chez lui, rue de Trévise, à une centaine de mètres de la boulangerie. « On aurait cru qu’un missile s’était abattu sur la rue », tant la déflagration est forte. Sans même comprendre ce qu’il se passe, à mille lieues d’imaginer ce qu’il va découvrir, Soufiane enfile à la hâte un pantalon et des espadrilles. « Mon scooter était garé en bas de chez moi, je me suis dit qu’il devait y avoir un problème et qu’il faudrait peut-être le déplacer ». Une fois dans la rue, Soufiane découvre « une scène de guerre, avec des flammes qui sortaient d’un bâtiment et des véhicules retournés par le souffle de l’explosion ». Mais le jeune homme s’avance encore et aperçoit un homme qui appelle à l’aide. « J’ai vu ce pauvre homme, il tentait de sortir de l’hôtel situé juste en face de la boulangerie, il avait les pieds nus et ensanglantés par les débris de verre qui jonchaient le sol, en train de porter sa femme et d’appeler au secours en espagnol, raconte Soufiane. Il n’arrivait presque plus à avancer à cause de ses pieds, donc je l’ai aidé à porter sa femme ».

Une prise en charge psychologique

Les deux hommes portent Laura jusque dans le hall de l’hôtel Mercure, situé à quelques mètres. « Là, deux femmes qui se trouvaient être médecins lui ont porté les premiers secours, et lui ont prodigué un massage cardiaque, poursuit Soufiane. Pendant ce temps, j’étais au téléphone avec les pompiers, pour leur demander ce qu’on devait faire pour aider cette femme et leur indiquer où elle se trouvait pour qu’ils puissent à leur arrivée la prendre en charge et la transporter à l’hôpital ». Quelques minutes plus tard, les secours arrivent et évacuent la victime.

Encore très choqué, Soufiane est hanté par la scène à laquelle il a assisté. « Je n’avais jamais vu autant de sang, j’ai des images horribles plein la tête, je ferme les yeux et je vois toutes ces choses, je vois le visage ensanglanté de Laura », confie le jeune homme. Peu après, toujours à proximité des lieux du drame, le jeune homme est emmené avec plusieurs personnes présentes à ses côtés dans un bar du quartier réquisitionné par le Samu et la protection civile. « On nous a mis là pour une prise en charge psychologique », avant qu’une cellule psychologique spécifique soit ouverte à la mairie du 9e arrondissement. Là, il raconte ce qu’il vient de vivre à un médecin psychiatre du Réseau national de l’urgence médico-psychologique et se voit délivrer un « certificat médical initial de retentissement psychologique », dont 20 Minutes a pu prendre connaissance.

Source 20minutes.fr – lire la suite de l’article

Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de

©2019 LeMediaPourTous.fr est un site de réinformation dont Vincent LAPIERRE est le porte-parole. Pour un journalisme de terrain 100% indépendant. | Mentions légales | Plan du site

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account