Pourquoi Biden continue à bombarder l’Irak et la Syrie


Par Scott Ritter, traduit par Le Cri des Peuples

Les États-Unis ont à nouveau bombardé la Syrie et l’Irak, apparemment pour la simple raison qu’ils le peuvent, sans se soucier des conséquences.

Scott Ritter est un ancien officier du renseignement du corps des Marines américains. Il a servi en Union soviétique comme inspecteur de la mise en œuvre du traité INF, auprès du Général Schwarzkopf pendant la guerre du Golfe et de 1991 à 1998 en tant qu’inspecteur des armes de l’ONU.

Le moment et la nature des frappes aériennes américaines contre les forces populaires irakiennes opérant à l’intérieur de la Syrie et de l’Irak soulèvent la question de savoir ce que les États-Unis espéraient accomplir, pour autant que ces frappes aient un objectif.

Parfois, on doit se demander si les responsables du Pentagone qui planifient des frappes militaires ont une connaissance de la situation & des réalités géopolitiques dans les régions qu’ils attaquent, ou si leurs actions sont guidées par un orgueil empreint d’ignorance qui les prémunit de tout lien avec le monde réel.

Cette déconnexion avec la réalité était pleinement visible le 27 juin 2021, lorsque des avions militaires américains ont lancé des frappes contre trois cibles affiliées aux Forces de mobilisation populaire irakiennes (PMF, ou Hachd al-Cha’bi), un ensemble de forces populaires majoritairement chiites [précision sectaire inutile : c’est logique dans un pays où les chiites forment 60 à 70% de la population ; les sunnites et même les chrétiens y sont également présents] formées en 2014, avec le soutien de l’Iran, pour combattre Daech.

Parmi les sites ciblés, il y aurait un entrepôt de stockage d’armes et un autre, selon les États-Unis, qui aurait été utilisé par les PMF pour lancer et récupérer des drones [allégations démenties par les principaux concernés]. Les sites, situés à proximité de la ville syrienne d’Abou Kamal et de la ville frontalière irakienne d’Al-Qa’im, ont été présentés par les États-Unis comme affiliés aux brigades Kata’ib Hezbollah et Kata’ib Sayyid al-Shuhada, factions des PMF. Des lieux prétendument affiliés à ces deux organisations, toujours dans la région d’Abou Kamal/Al-Qaim, ont déjà été frappés par les États-Unis le 25 février 2021.

Les États-Unis ont justifié leurs actions comme de la légitime défense face à une vague d’attaques de drones contre leurs forces et leurs installations en Irak, apparemment réalisées par les forces populaires ciblées. En avril, un drone a endommagé un hangar top secret de la CIA à Erbil. Un mois plus tard, le 8 mai, un drone a attaqué la base aérienne d’Ain al-Asad, mais n’a causé aucun dommage. Le 6 juin, la même base a été attaquée par deux drones, qui ont été abattus avant d’atteindre leur cible. Puis, le 9 juin, trois drones ont attaqué une base aérienne américaine à Bagdad. L’un d’eux a été abattu, mais deux ont réussi à atteindre leurs cibles.

LIRE LA SUITE

Vous êtes les garants
de notre indépendance

SOUTENEZ-NOUS

Partagez l'info


Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

S’abonner
Notifier de
1 Commentaire
plus ancien
plus récent Le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Avlula (@avlula)
4 mois il y a

Ouais voilà, on aurait envie de dire “pourquoi pas”, d’autres jouent aux fléchettes ou à la pétanque, donc voilà.

“légitime défense” bande de GROS GROS … vous n’êtes pas invités là-bas, c’est pas chez vous, c’est eux qui sont en légitime défense.

©2021 LeMediaPourTous.fr est un média indépendant, financé exclusivement par ses lecteurs | Mentions légales

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account