En rejetant la levée des brevets sur les vaccins, Bill Gates rappelle que sa Fondation n’est qu’une entreprise d’extorsion


Par Luke Savage et Rob Larson traduit par Le Cri des Peuples

Bill Gates choisit les droits de brevet des entreprises plutôt que les vies humaines

Par Luke Savage

La bataille mondiale sur les brevets des sociétés pharmaceutiques pour les vaccins COVID-19 est la dernière escarmouche dans le conflit irrépressible entre les droits de propriété et les droits de l’Homme. Il n’est pas surprenant que Bill Gates, le milliardaire monopoliste, ait pris le parti des brevets.

Il est difficile d’imaginer un seul événement qui pourrait plaider en faveur d’une coopération internationale avec plus de force qu’une pandémie mondiale. Un virus infectieux par définition, ne tient pas compte de la politique nationale ou des frontières, et même avec l’arrêt total de tous les voyages, ne peut que menacer les gens dans tous les pays, perturbant ainsi la vie quotidienne et le commerce. De fait, tout le monde —quel que soit le pays, la richesse ou la profession— a donc un intérêt immédiat à obtenir l’immunité collective mondiale le plus rapidement possible. La seule exception, cependant, se trouve également être l’industrie même actuellement au centre de la production de vaccins : à savoir, les différents géants pharmaceutiques à but lucratif qui sont devenus des noms familiers alors que des millions de personnes attendent avec impatience leurs vaccins sur tous les continents.

Si une pandémie mondiale plaide de manière irréfutable pour la coopération entre toutes les nations, toutes les classes et tous les groupes démographiques, elle souligne également le conflit inconciliable entre les besoins du plus grand nombre et les profits de quelques-uns. Les sociétés pharmaceutiques, après tout, risqueraient de perdre des milliards si leurs formules étaient partagées et l’offre augmentée, ce qui est la principale raison pour laquelle elles résistent actuellement aux efforts visant à modifier le régime mondial strict de propriété intellectuelle afin que la production et la distribution de vaccins puissent se développer. Nonobstant cette cupidité, le COVID-19 a été un coup de pub sans précédent pour les géants pharmaceutiques, dont les apologistes ont publié un écran de fumée prévisible de mauvais arguments intéressés pour justifier la thésaurisation des brevets.

N’oublions pas le refus persistant de l’Europe de valider le vaccin russe, moins cher et plus efficace et sûr que ses concurrents occidentaux

Le plus important d’entre eux a été le milliardaire Bill Gates qui, le week-end dernier, a profité d’une apparition sur la chaîne britannique Sky News pour expliquer pourquoi les différentes formules de vaccins actuellement détenues par les sociétés pharmaceutiques ne devraient pas, en fait, être partagées pour permettre que la production et la distribution puissent augmenter. Interrogé directement par Sophy Ridge de Sky s’il pensait que la modification des restrictions de brevet « pourrait aider », Gates a répondu par un « Non ! » rapide et brusque, avant de poursuivre :

« Eh bien, il n’existe qu’un nombre très limité d’usines de vaccins dans le monde, et les gens sont très sérieux au sujet de la sécurité des vaccins. Et donc déplacer quelque chose qui n’avait jamais été fait… Déplacer un vaccin, par exemple, d’une usine Johnson & Johnson vers une usine en Inde… C’est… C’est nouveau. Ce n’est que grâce à nos subventions et à notre expertise que cela peut se faire, mais ce qui empêche les choses d’avancer dans ce cas, ce n’est pas la propriété intellectuelle. Il n’y a pas d’usines de vaccins inactives, ayant l’approbation réglementaire, qui pourraient fabriquer des vaccins magiquement sûrs. Vous savez, vous devez faire des essais sur ces choses, et chaque processus de fabrication doit être examiné avec beaucoup de soin. »

C’est tout simplement faux.

Comme l’a récemment rapporté Stephen Buranyi du Guardian, de nombreuses capacités de fabrication sont actuellement prêtes à produire des vaccins si l’autorisation nécessaire leur est donnée. Une entreprise canadienne unique et relativement petite, comme l’a découvert Buranyi, affirme qu’elle est capable de produire vingt millions de doses de vaccin pour les habitants du Sud, mais que sa proposition a été repoussée par AstraZeneca et Johnson & Johnson. « Si nous avions commencé cela l’année dernière, nous aurions pu expédier des millions de doses maintenant », a déclaré le vice-président de la société, John Fulton, au Guardian. « C’est censé être comme un effort de guerre, tout le monde ensemble. Mais cela ne semble pas être le cas. » Fulton a raison, et sa société ontarienne Biolyse ne représente qu’un seul fabricant parmi tant d’autres, doté de la capacité de produire des vaccins si les restrictions de brevet étaient levées.

Il a également raison de dire que la rhétorique de la solidarité si omniprésente au début de la pandémie a été en grande partie du vent. Bien que des investissements publics incalculables aient joué un rôle clé dans le développement de vaccins, les actionnaires de sociétés pharmaceutiques privées ont récolté d’énormes fortunes tandis que le déploiement a largement profité aux 16% les plus riches de la population mondiale —tandis que de nombreux pays plus pauvres ne devraient pas atteindre des niveaux de vaccination efficaces avant deux ans, la raison la plus importante étant un approvisionnement insuffisant.

Gates, qui doit d’ailleurs une grande partie de sa propre fortune à des lois monopolistiques sur la propriété intellectuelle, a été plus qu’un acteur passif dans la pandémie, ayant, entre autres, convaincu l’Université d’Oxford de renier sa promesse initiale d’un vaccin sans brevet au profit d’un partenariat avec l’entreprise AstraZeneca axée sur le profit. Sans doute plus que toute autre personnalité, le milliardaire a mobilisé son immense richesse personnelle et son pouvoir pour faire en sorte que les intérêts des sociétés pharmaceutiques à but lucratif prévalent sur la santé publique mondiale.

Comme cela est déjà assez clair, c’est une recette pour l’Apartheid vaccinal et la mort évitable : une recette qui permettra aux habitants des pays riches de se faire vacciner plus rapidement, et garantira que l’approvisionnement reste bien en deçà de ce qu’il pourrait être autrement. L’humanité est peut-être en guerre contre un virus mortel, mais l’un des principaux antagonistes du conflit est le mécanisme de profit au cœur même du capitalisme mondial. Si ce mécanisme finit par triompher du bon sens humanitaire, la pandémie durera plus longtemps, d’innombrables personnes souffriront inutilement, et nous devrons en remercier des idéologues monopolistes comme Bill Gates.


Les « dons philanthropiques » de Bill Gates sont un racket

Par Rob Larson

Bill Gates a récemment démissionné du Conseil d’administration de Microsoft pour se consacrer à plein temps à la philanthropie. C’est le moment idéal pour rappeler que la philanthropie financée par des milliardaires est une arnaque de relations publiques.

LIRE LA SUITE

 

Vous êtes les garants
de notre indépendance

SOUTENEZ-NOUS

Partagez l'info


Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

©2021 LeMediaPourTous.fr est un site de réinformation dont Vincent LAPIERRE est le porte-parole. Pour un journalisme de terrain 100% indépendant. | Mentions légales

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account