Présidentielles 2022 : qui est candidat ?


La campagne s'annonce intense…

Auteur :

Dans précisément 222 jours, le premier tour des élections présidentielles 2022 aura lieu. Tour d’horizon des candidats déjà déclarés et des candidatures probables.

29 candidats déjà déclarés

Les prochaines élections présidentielles s’annoncent déjà sous le signe d’une concurrence exacerbée. Ils sont d’ores et déjà 29 à avoir exprimé leur souhait de gagner l’Élysée.

Tout d’abord, nous retrouvons à gauche Jean-Luc Mélenchon (La France insoumise), Nathalie Arthaud (Lutte ouvrière), Philippe Poutou (Nouveau parti anticapitaliste), et Fabien Roussel (Parti communiste français).

Plus à droite, Marine Le Pen (Rassemblement national) est candidate, accompagnée de son ancien camarade Florian Philippot (Les patriotes), mais aussi de François Asselineau (Union populaire républicaine), de Nicolas Dupont-Aignan (Debout la France) et enfin de Jean-Frédéric Poisson (La voix du peuple).

Également, il est à noter la participation de Jean Lassalle (Résistons), de la première maire femme transgenre de France Marie Cau, d’Hélène Thouy (Parti animaliste) et de la partisane du référendum d’initiative citoyenne Clara Egger. En outre, le policier Alexandre Langlois avait lui aussi déclaré sa candidature, tout comme l’ancien lieutenant-colonel Régis Ollivier ou encore une représentante du mouvement des gilets jaunes autoproclamée : Jacline Mouraud. Enfin, Fabrice Grimal, entrepreneur, écrivain et gilet jaune, compte bien faire entendre la voix du peuple sous la bannière de La Concorde Citoyenne.

Des candidats soumis à des primaires

Bien que certains d’entre eux se soient déjà déclarés comme candidats à l’élection présidentielle, les membres des partis, ou du moins leurs adhérents, devront trancher. Trois partis politiques ont en effet annoncé la tenue de primaires afin de préparer 2022 : Europe Écologie Les Verts, le Parti socialiste et Les Républicains.

Chez les écologistes, la primaire se tiendra durant le mois de septembre. Cinq candidats devront être départagés lors de ce vote : Yannick Jadot, Sandrine Rousseau, Eric Piolle, Delphine Batho et Jean-Marc Governatori. Les dates de cette primaire ont été fixées du 16 au 19 septembre pour le premier tour, et du 25 au 28 pour le second. Le résultat final tombera le 29 septembre.

Au parti socialiste, la discrétion est de mise. En effet, seul Stéphane Le Foll s’est manifesté pour être candidat à une primaire qui n’existe pas. Bien que le patron du parti, Olivier Faure, a récemment annoncé la désignation d’un candidat par « un vote militant », il refuse catégoriquement la tenue d’une primaire ouverte. Selon lui, il faut à tout prix « éviter le bal des égos », et d’ailleurs, la potentielle candidate du parti serait déjà toute trouvée. Toujours pas déclarée candidate, ce serait Anne Hidalgo qui pourrait partir à la conquête de l’exécutif : « rendez-vous à la rentrée », avait-elle assurée, pour une probable candidature.

À droite, chez Les Républicains, c’est branle-bas de combat. Six candidats se sont dit prêts à représenter le parti aux élections : Xavier Bertrand – qui refuse de passer par une primaire -, Valérie Pécresse, Philippe Juvin, Éric Ciotti, Michel Barnier et enfin Denis Payre. Certains estiment d’ailleurs que de nouvelles candidatures pourraient venir par la suite. Cette primaire, très complexe et qualifiée de potentiellement fratricide par des participants, devra d’abord passer par le constat, ou non, de l’émergence d’un « candidat naturel » par le biais d’un institut de sondage. Rachida Dati a toutefois demandé de « fermer l’hypothèse d’une primaire ».

D’autres candidats probables

Puisqu’il n’y en a jamais assez, d’autres candidatures ne devraient pas tarder à se confirmer. Tout d’abord, celle du président de la République lui-même, Emmanuel Macron, qui a toujours préféré laisser planer le doute sur une éventuelle candidature à sa réélection. Il faut faire « chaque chose en temps voulu », avait-il précisé en juin dernier.

Autre candidature qui pourrait faire beaucoup de bruit – et notamment à droite -, celle du journaliste Éric Zemmour. Selon diverses sources, le polémiste pourrait officialiser sa candidature durant le mois de septembre, lors de la sortie de prochain livre : « La France n’a pas dit son dernier mot ».

Également, Jean-Christophe Lagarde (Union des démocrates et indépendants), Arnaud Montebourg (L’engagement) ainsi que Jacques Cheminade (Solidarité et progrès) pourraient bientôt annoncer leur participation à la course à la présidentielle.

Le Média Pour Tous

Vous êtes les garants
de notre indépendance

SOUTENEZ-NOUS

Partagez l'info


Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

S’abonner
Notifier de
4 Commentaires
plus ancien
plus récent Le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Tony
27 jours il y a

Heureusement que je quitte bientôt la France…
Dire que le covid m’a retenu dans ce pays de malade…

Anthony Lo
20 jours il y a
Reply to  Tony

Je suis parti il y a 10 ans et chaque année qui passe me conforte dans ma décision…

Nabeigh
27 jours il y a

J’attends ce jour pour voir Macron éliminées des le premier tour.

godefv
15 jours il y a

François Asselineau n’est habituellement pas d’accord pour être étiqueté à droite. Bien que « droite » et « gauche » ne veuillent rien dire. Un peu comme « démocrate » et « républicain », « rouge » et « bleu ».

Ce serait tellement plus clair de dire voulez-vous une souveraineté mondiale, européenne, nationale, régionale ? voulez-vous plus ou moins de répartition des richesses ? voulez-vous plus de services publics ou plus de services privés ? etc.

©2021 LeMediaPourTous.fr est un média indépendant, financé exclusivement par ses lecteurs | Mentions légales

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account