ÉDITO – Olivier Mazerolle revient sur les accusations des Américains envers les Iraniens, après l’attaque de deux pétroliers dans le détroit d’Ormouz.

Les Américains accusent les Iraniens, après l’attaque de deux pétroliers dans le détroit d’Ormouz et les Iraniens démentent. Qui dit vrai ? Il y a eu simultanément contre l’Arabie saoudite, alliée des États-Unis, des attaques de drones lancées par des rebelles yéménites alliés de l’Iran, ce qui fait penser à une action concertée.

L’important n’est pas pas tant de savoir qui est responsable de cet incident mais de comprendre pourquoi nous en sommes arrivés là. Tout vient de la décision de Donald Trump de ne pas respecter l’accord nucléaire avec l’Iran. Les États-Unis se sont retirés de cet accord il y a 13 mois.

Les tensions montent en ce moment car Donald Trump a aggravé ses mesures d’embargo à l’encontre de l’Iran dans l’espoir de mettre à genou, économiquement, le pays. Il l’a fait car ses premières décisions prises il y a un an n’ont pas donné les résultats qu’il espérait.

L’Iran riposte ?

Ces mesures récentes ont pour résultat d’empêcher les Iraniens de vendre leur pétrole. Les Gardiens de la révolution, dans le régime iranien, ne cachent pas leur intention de desserrer l’étreinte en menant des opérations de guérilla maritime avec leurs vedettes ultra-rapides armées de lances-roquettes et des mines destructrices pour les navires.

C’est peut-être ce qu’ils ont fait hier pour démontrer leur capacité à entraver la navigation dans le détroit d’Ormouz, où transite 20% du pétrole consommé dans le monde et particulièrement en Europe.

Les États-Unis, plus gendarme du monde

Donald Trump, qui ne veut plus être le gendarme du monde, veut quand même être réélu et montrer qu’avec lui l’Amérique est une grande puissance qui agi au gré de ses intérêts sans tenir compte des traités internationaux.

L’Iran est l’ennemi numéro 1 de deux amis de Trump : l’Arabie saoudite et surtout Israël, un pays qui compte énormément aux États-Unis, pas seulement avec la communauté juive. D’ailleurs, les juifs américains votent plutôt démocrate. Israël compte aussi beaucoup pour les évangélistes, très nombreux aux États-Unis, qui ont une vision du monde fondée sur la lecture de la Bible et pour qui la terre d’Israël est sacrée. Les évangélistes font partie des gros bataillons des électeurs de Trump.

Une guerre est-elle possible ?

Certains des conseillers de Donald Trump voudrait une guerre. Les États-Unis ont les moyens de détruire les installations nucléaires et pétrolières de l’Iran. Trump s’y refuse pour le moment et pour plusieurs raisons : les Américains ne veulent pas de morts et Trump passe son temps à déplorer de se retrouver dans un “bazar proche-oriental” dont il a hérité par la faute de Bush fils qui a déclenché la funeste guerre en Irak.

Il ne veut pas prendre la responsabilité d’un engagement militaire qui irait à l’encontre de toutes ses promesse électorales. La situation reste explosive. Pour expliquer la complexité du terrain, les Israéliens, amis des Américains sont également amis des Russes.

Comme, ils souhaitent le maintien au pouvoir de Bachar el-Assad, ennemi irréductible des islamistes. Problème, Assad a toujours besoins des miliciens iraniens pour gagner sa guerre civile sur le terrain et là les Israéliens ne sont plus d’accord, ils ne veulent pas des Iraniens près de chez eux.

Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de

©2019 LeMediaPourTous.fr est un site de réinformation dont Vincent LAPIERRE est le porte-parole. Pour un journalisme de terrain 100% indépendant. | Mentions légales | Plan du site

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account