Se réunissent-ils (en secret) pour le bien de la France et des Français ?

Avec Vincent et la rédaction, nous décidons aujourd’hui de ne pas tenir compte de l’actualité brûlante qui tourne en boucle depuis quelques jours (Coronavirus, 49.3, Guerre en Syrie…), mais plutôt de nous pencher sur le Dîner du Siècle, auquel nous avions consacré un reportage il y a une dizaine de mois. Le dernier Dîner du Siècle s’est en effet tenu, le 26 février 2020. Pourtant très secret, la liste des participants a fuité. Qui sont-ils ? Nous dévoilons ici quelques-uns des noms, des fonctions et des accointances des participants à ce dîner très secret.

Premier réflexe, si vous tapez sur un célèbre moteur de recherches “dîner du siècle”, vous ne trouverez rien de très probant, pas de lien officiel et donc pas de possibilité de s’y inviter. En passant par Wikipédia ou en tapant “le siècle”, un site Internet apparaît en troisième ou quatrième position des résultats. Ce site nous parle d’une « association qui a pour but d’organiser et de favoriser la rencontre de ceux qui sont attentifs à la chose publique. » Une fois sur le site, un mot d’introduction d’Olivier Duhamel, l’actuel Président (Wikipédia ne serait pas à jour), ancien député européen, journaliste et politologue, évoque le Siècle comme une association qui « défend les valeurs de la République en permettant à des femmes et des hommes venant de tous les horizons de débattre librement entre eux des problèmes de leur temps. Sa mission est plus que jamais d’actualité. »

 Qu’est-ce que Le Siècle et son dîner ?

Le Siècle est en réalité un club d’influence fondé en 1944 par Georges Bérard-Quélin, un ancien journaliste et résistant, membre du parti Radical (classé à l’extrême gauche puis au centre droit) et fondateur d’une maison d’édition très connue du monde journalistique. Aujourd’hui décédé, Monsieur Bérard-Quélin était officier de la Légion d’honneur, Commandeur de l’Ordre national du Mérite et également franc-maçon, membre du Grand Orient de France. Dans ses mémoires politiques Cahiers secrets de la Ve République,  la journaliste Michèle Cotta écrira de lui qu’en 1965, Georges Bérard-Quélin était « l’influent patron radical et franc-maçon de la Correspondance de la presse ».

L’association fonctionne ainsi par cooptation, et cultive la discrétion voire le secret. La transparence ne semble pas avoir sa place dans ce club. D’après les informations disponibles, au 1er janvier 2020, Le Siècle comptait 566 membres et 161 invités qui attendaient une décision sur leur admission en tant que membre. Le conseil est composé de 15 ou 16 personnes choisies par cooptation. La cotisation annuelle de membre est de 160 euros, et assure le financement officiellement.

Se réunissant une fois par mois, le conseil d’administration du Siècle décide du recrutement, et examine le dossier de chaque postulant avec un soin extrême. Nul ne peut faire acte de candidature spontanée. Le postulant est en réalité sélectionné par deux membres du Siècle, dont, obligatoirement, un membre du conseil d’administration. L’admission est soumise à un vote très strict (le système de votation des boules noires et des boules blanches est détaillé sur Wikipédia pour plus d’informations). Même accepté à cette étape, le candidat ne devient pas membre, il est simplement “invité”. Une  situation qui peut durer plusieurs années, même si le statut de l’invité sera à nouveau examiné : il peut alors être coopté comme membre ou remercié. À noter que le statut de membre n’est pas définitif, et que les femmes y ont été interdites jusqu’en 1983.

Le Reportage de Thibault, visible en fin d’article, avait montré une méconnaissance forte du grand public à l’égard de ce club et de ce dîner, réunissant pourtant des personnalités connues. L’association réunit ainsi des hauts fonctionnaires d’État, des chefs d’entreprises, des hommes politiques de droite ou de gauche, des représentants du monde de l’édition et des médias de premier plan, et des professions libérales (principalement des avocats).

Ils ont participé à un Dîner du Siècle

Le fait marquant de l’association reste son dîner, qui a lieu dix fois par an, le dernier mercredi du mois. Les membres du Siècle se réunissent au Cercle de l’Union interalliée, au 33 rue du Faubourg-Saint-Honoré à Paris. Le déroulé de la soirée ressemble ainsi à cela : un apéritif de 20 h à 21 h, puis le dîner, par groupes de 8, autour d’un chef de table qui organise le débat.

C’est début 2010 qu’une première liste de participants avait fuité. La présidente du Siècle était alors Nicole Notat, première femme à diriger une confédération syndicale en France (la CFDT, réputée aujourd’hui très “Macron compatible”) et a aussi été la première femme à présider le club d’influence. Son prédécesseur était Denis Kessler, ancien Vice-président du MEDEF, le syndicat patronal. Quelques temps encore auparavant, le Président du Siècle était Louis Schweitzer, ancien PDG de Renault.

Début 2010 donc, nous retrouvions entre autres dans les participants politiques : Jérôme Monod (ex-conseiller à l’Élysée), Martine Aubry (figure de proue du PS), Elisabeth Guigou (député PS), mais aussi plus “à droite”, de la majorité de l’époque (Présidence Sarkozy), François Baroin (porte-parole du gouvernement), Xavier Bertrand (ministre de l’Emploi), Jean-Marie Cavada (eurodéputé), Olivier Dassault (député UMP), ou encore Rachida Dati (eurodéputé et actuelle candidate en tête des sondages à la Mairie de Paris).

Parmi les participants du monde journalistique et culturel, nous retrouvions entre autres :  Nicolas Baverez (Le Point, Le Monde), Jacques Attali, Véronique Cayla (Arte), Michèle Cotta (ex-France 2), Richard Descoings (Sciences Po), Stéphane Boujnah (membre fondateur de SOS Racisme), Serge July (ex-Libération) ou encore PPDA et David Pujadas. Nous passerons sur les PDG de grands groupes invités également. A noter la présence de Denis Delmas (Président à l’époque de l’institut de sondage TNS Sofres)…

Pour creuser encore davantage le sujet, nous vous renvoyons vers les films documentaires Fin de concession (2010) de Pierre Carles et les Nouveaux Chiens de garde de Gilles Balbastre et Yannick Kergoat, évoquant ces dîners. En mars 2011, Emmanuel Ratier publie également une liste de membres du club dans son livre Au cœur du pouvoir : enquête sur le club le plus puissant de France.

Alors, qui sont les nouveaux membres aujourd’hui ?

Une source interne au dîner du siècle aurait envoyé par le biais des Gilets Jaunes Constituant, la liste des invités au dîner du Siècle du mercredi 26 février 2020. La liste complète, ainsi que le détail du Conseil d’administration est par exemple disponible sur le site Meta TV. Vous y trouverez également une vidéo de notre camarade Thibault, très engagé sur le sujet. Les époques changent, les personnalités aussi, mais les méthodes restent.

La liste est en réalité un Scan PDF intitulé Liste des Participants au 831ème dîner du mercredi 26 février 2020. Une note de bas de page indique que la liste des participants au dîner mensuel du “Siècle” est confidentielle […] Toute reproduction […] est strictement interdite.

Nous révélons quelques profils du début de la liste (par ordre alphabétique). Cette diversité de profils illustre parfaitement les accointances de nos élites.

Thomas Andrieu (conseiller d’état, ancien de l’ENA), Marie-Louise Antoni (membre du comité éditorial du magazine Challenges), Edward Arkwright (Directeur Général Exécutif d’Aéroports de Paris ADP), David Azema (associé chez Parella Weinberg Partners, responsable de la banque d’investissement en France), Emmanuel Babeau (DG de Schneider-Electric, administrateur de Sodexo et Sanofi), Patricia Barbizet (ancienne présidente du Siècle, ancienne administratrice de l’Opéra de Paris, d’Axa, de Total et de Pernod-Ricard), Nicolas Baverez (avocat au barreau de Paris), Clément Beaune (conseiller spécial à la présidence de la république), Jérôme Bédier (PDG d’Equalogy un cabinet qui oeuvre à plus d’inclusion, et président de Sequens qui oeuvre dans les logements sociaux), Nicolas Beytout (Fondateur de l’Opinion), Bruno Bérard (associé chez Cathay Capital Private Equity), Lorenzo Bini Smaghi (PDG italien de la Société Générale), le sénateur Jean-Marie Bockel, Michel Boiron (président fondateur de l’agence de publicité The Brand Nation), ou encore Laurence Boone (économiste en chef à l’OCDE, organisation dont les pays membres, des pays développés pour la plupart, ont « en commun un système de gouvernement démocratique et une économie de marché »). Plusieurs profils des nouvelles technologies comme Alexandre Cadain fondateur de plusieurs entreprises d’Intelligence Artificielle sont également présents.

Quelques autres profils notables : Laurent et Marianne Berard-Quelin (qui ont repris les activités familiales du fondateur du Siècle), Thierry et Yannick Bolloré (PDG de l’agence de publicité Havas), le journaliste et ancien directeur du Monde Jean-Marie Colombani, Jean-François Copé qui n’a plus que sa casquette d’avocat et de Maire de Meaux, l’ancien Ministre et Sénateur Xavier Darcos, le Chef Alain Ducasse, le Directeur en charge de la culture à france Télévision Michel Field, le politologue et spécialiste de l’Islam Gilles Kepel, l’essayiste Gaspard Koenig, le LREM Sébastien Lecornu, Eric Lombard (DG de la Caisse des Dépôts et Président non-exécutif de BPI France), Jean-Claude Meyer (Vice-Chairman International de Rothschild & Cie), Serge Moati, Xavier Musca DG du Crédit Agricole, Emmanuel Moulin (Directeur de cabinet du ministre de l’économie et des finances), Stéphane Noël (Président du tribunal de grande instance de Paris), Nicole Notat, Laurence Parisot (ancienne présidente du MEDEF), Fabienne Pascaud (Directrice de Télérama), Fleur Pellerin (ancienne ministre du numérique), Guillaume Pepy (ancien PDG de la SNCF), l’ancien garde des sceaux Dominique Perben, PPDA, Marisol Touraine…

À la vue de ces personnalités, nous nous posons plusieurs questions. Comment concilier ce soucis de confidentialité avec le fait que des hommes et femmes politiques de tous bords participent à ces dîners ? Ces politiciens joueraient donc la comédie sur les plateaux de télévision en feignant l’opposition mais se réunissent en privé pratiquement tous les mois ? Des politiciens payés par nos impôts, et qui devraient faire acte de transparence… Comment des journalistes, patrons de grands organes de presse peuvent-ils raisonnablement jouer leur rôle de quatrième pouvoir s’ils discutent en coulisse avec les politiques et les industriels et sans qu’on puisse savoir sur quels sujets ? Pourquoi des fonds d’investissements, souvent étrangers, participent-ils à ces dîners en compagnie de grands patrons et industriels français ?

Un conseil au gouvernement : pour éradiquer le « complotisme » sur les réseaux sociaux, commencez par éradiquer les complots !

Le Média pour Tous

Vous êtes les garants
de notre indépendance

SOUTENEZ-NOUS
Partagez l'info

Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

3
Poster un Commentaire

avatar
3 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
1 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
3 Auteurs du commentaire
Pierre JeanYaak OubMagali Delevingne Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Magali Delevingne
Invité

Je reconnais les médias comme intègres, ceux qui dévoilent cette liste!

Yaak Oub
Membre
Yaak Oub

Mais que fait Patrick Poivre D’Arvore dans cette secte ?

Pierre Jean
Invité
Pierre Jean

J’ai bien vécu dans une dictature pendant plus de 25 ans, donc ce procédé me rappelle énormément comment ces personnages apuyaient cette forme de gouvernance. Il y a d’autres pays que l’église participe également. Nous sommes malgré qu’il y a des refus d’accepter qu’un pouvoir étrange est en train de s’installer en France. Le pire que l’époque n’est pas la même, mais dans les années 60,70 et 80, il y avait dans ces pays une dictature féroce. Il va falloir que nos citoyens français s’indignent vraiment, sino nous verrons des jours très sombres.

©2020 LeMediaPourTous.fr est un site de réinformation dont Vincent LAPIERRE est le porte-parole. Pour un journalisme de terrain 100% indépendant. | Mentions légales

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account