Dernier message d’Evo Morales avant de quitter la Bolivie


Un grand homme !


Au plus fort de la crise politique en Bolivie, le président mexicain Andrés Obrador a proposé l’asile politique à Evo Morales. Ce dernier a donc quitté la Bolivie pour se rendre au Mexique accompagné de ses proches. Suite au coup d’État qu’il a subit, Evo Morales risquait en effet d’être arrêté, et comme dans tant d’autres cas avant lui, d’être enfermé, inculpé voire tué. Avant de partir, il a laissé un message aux boliviens, un message de paix, traduit et diffusé par legrandsoir.info. Nous le partageons car rares sont les hommes politiques possédant une telle grandeur d’âme, surtout après tant d’années au pouvoir. Evo Morales est un exemple.

Le Média pour Tous


Dans un document audio diffusé durant la soirée du 11 novembre, l’ancien président Evo Morales a remercié ses partisans dans la ville de Cochabamba pour avoir pris soin de lui et assuré sa sécurité après le coup d’Etat. Il a assuré qu’il reviendrait “avec plus d’énergie pour continuer à travailler”, tout en demandant à ses adversaires de « protéger les vies » ainsi que d’« arrêter de massacrer et d’humilier » les personnes les plus humbles dans son pays. Il a aussi demandé aux forces armées de ne pas se souiller en faisant couler le sang du peuple. Evo Morales, voyage en direction du Mexique accompagné de son ancien vice-président, Álvaro García Linera.

Transcription à partir d’un document audio (03:01 minutes) diffusé sur le site de La Jornada le lundi 11 novembre 2019 à 22:43 :

« Depuis mon arrivée dans [la zone dite du] « tropique de Cochabamba », après le coup d’Etat, mes camarades des six fédérations et des autorités locales m’ont accompagné, ont pris soin de moi, et maintenant je vous dis au revoir en vous remerciant pour votre soutien, pour cet effort, [inaudible], momentanément président, maintenant de nouveau dirigent-camarade de la base. Je les remercie tous de m’avoir assuré ma sécurité, de ne m’avoir jamais abandonné, tout comme jamais nous ne les abandonnerons. Merci compañeras et compañeros, nous reviendrons bientôt avec plus de force, plus d’énergie, pour continuer de travailler au service de notre chère patrie.

Presque 14 années de gestion, de suivi des demandes du peuple, des différents secteurs sociaux ; je veux vous dire merci de m’avoir accompagné. Ça me fait mal d’abandonner [le pays] pour des raisons politiques, mais je suivrai toujours avec attention [le cours des évènements].

Je suis sûr, avec le soutien du peuple bolivien que je pourrais revenir bientôt, [d’ici là] je participerai avec mes opinions, mes réflexions en tant qu’ex-président, et toujours en pensant aux nouvelles générations. Je tiens à réitérer mes remerciements au peuple bolivien de m’avoir accompagné, merci beaucoup car tous ensemble nous avons travaillé pour le renouveau de la Bolivie.

Rendez-vous compte de tout ce temps, sans que jamais il n’y ait de morts victimes de la répression policière, alors que dès le jour qui a suivi le coup d’Etat civico-politico-policier, déjà tant de morts.

Je demande à [Luis Fernando] Camacho et [Carlos] Mesa de ne pas tuer comme à l’époque [des présidents] Goni et Mesa. Durant plus de 13 années à la tête du gouvernement je n’ai jamais demandé aux forces armées d’aller réprimer le peuple ni d’instaurer de couvre-feu. Les futures générations du peuple seront les seules juges. Je demande aux forces armées de ne pas se souiller en faisant couler le sang du peuple. »

Source : Le Grand Soir

Vous êtes les garants
de notre indépendance

SOUTENEZ-NOUS

Partagez l'info


Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

S’abonner
Notifier de