Le dernier jour de l’ère des dinosaures heure par heure


Par Maya Wei-Haas pour National Geographic

Des roches profondément enfouies sous le cratère d’impact de Chicxulub témoignent des premiers instants qui ont suivi l’une des catastrophes naturelles les plus dévastatrices que notre planète ait connues.

Centimètre après centimètre, l’équipe extrait la mince carotte de calcaire blanc du plancher océanique et découvre ébahie les restes comprimés d’anciens organismes dont la vie a subitement pris fin il y a des dizaines de millions d’années jusqu’à ce que tout à coup, les nuances blafardes du calcaire laissent place à des couches nettement plus sombres.

« Ça ne ressemblait en rien à ce qu’il y avait au-dessus, » se souvient Sean Gulick, co-responsable scientifique de l’expédition et chercheur à l’université du Texas à Austin.

Cette variation dans la roche est l’empreinte d’un des événements les plus cataclysmiques de l’histoire de notre planète, survenu il y a 66 millions d’années, lorsqu’un astéroïde monstrueux s’est écrasé dans la mer à quelques encablures de la péninsule mexicaine du Yucatán. L’impact fut le point de départ d’une série cauchemardesque d’événements qui précipita l’extinction de près de 75 % des espèces animales et végétales, dont les dinosaures non-aviaires.

À présent, après avoir soumis la carotte à une batterie de tests, notamment une étude géochimique et une imagerie par rayons X, l’équipe de chercheurs a pu reconstituer la chronologie des événements de ce jour fatidique avec une précision atteignant parfois la minute. Leurs résultats publiés hier dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences exposent les détails saisissants révélés par les couches sombres de la carotte, de la matière retombée quelques heures après la collision aux morceaux de charbon témoins de la violence des incendies qui éclatèrent un peu partout sur la planète.

« Ils peuvent littéralement mettre le doigt sur les détails de cette catastrophe, » déclare Jennifer Anderson, experte en géologie expérimentale qui étudie la formation de cratères d’impacts à l’université d’État de Winona. « Le niveau de détail est époustouflant. »

Bien qu’il soit peu probable qu’un autre impact de cette envergure survienne au cours de notre vie, les collisions majeures restent inévitables à l’échelle de l’évolution de notre planète, déclare Jay Melosh de l’université Purdue, qui ne fait pas partie de l’équipe de recherche mais a travaillé sur d’autres sections de la carotte extraite du cratère. L’étude de ces événements nous aide à comprendre plus en profondeur les vulnérabilités de la vie sur Terre, dit-il.

« La question n’est pas de savoir s’il y aura d’autres impacts majeurs, mais plutôt quand » poursuit-il.

FORER LE DÉSASTRE

De précédentes études ont peu à peu recollé les morceaux des événements survenus dans le sillage de l’impact de Chicxulub à l’aide d’une combinaison de modèles informatiques et des répercussions géologiques découvertes sur quelques sites éparpillés à travers la planète. Un emplacement controversé dans le Dakota du Nord pourrait même avoir capturé la fin tragique d’un écosystème entièrement broyé par les ondes sismiques générées par l’impact.

LIRE LA SUITE

Vous êtes les garants
de notre indépendance

SOUTENEZ-NOUS

Partagez l'info


Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

©2021 LeMediaPourTous.fr est un média indépendant, financé exclusivement par ses lecteurs | Mentions légales

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account