Jusqu’où la dérive autoritaire de la Macronie nous conduira-t-elle ?


Le Covid-19 a parfois bon dos...


Depuis quelques mois, sur fond de pandémie, de nombreuses voix s’élèvent face à la dérive autoritaire du gouvernement Macron. Des abus qui remontent d’ailleurs à bien avant cette crise…

Sans nier la gravité de la crise actuelle, ni en sombrant dans l’écueil de la « dictature sanitaire », il faut tout de même reconnaître que les circonstances actuelles ont parfois pu servir de prétexte au pouvoir en place pour asseoir sa domination. Ce constat ne date pas d’hier, puisque la lutte contre le terrorisme, et l’ampleur des manifestations connues par la France ces dernières années, a également servi de prétexte à la mise en place d’un certains nombre de mesures liberticides. Si le phénomène est, depuis longtemps, dénoncé par l’opposition, il fait également du bruit à l’étranger.

La France est-elle encore le pays des droits de l’Homme ?

Lorsque l’on évoque une dérive autoritaire, il convient néanmoins de ne pas tomber dans la caricature et évoquer comme l’ont fait certains une dictature ou un totalitarisme. Ceci dit, si la France n’est certes pas encore la Corée du Nord, de nombreux éléments présentés ces dernières années, et particulièrement ces derniers mois, ressemblent à un gros caillou dans la chaussure du pays des “droits de l’Homme”.

À l’étranger, notre image s’écorne

En dehors de l’hexagone, depuis le début du mandat d’Emmanuel Macron, l’image “de pays des lumières” qu’a historiquement la France, semble en tout cas en prendre un sacré coup. Cette semaine, le journal allemand Die Zeit, nous a même désigné comme un «absurdistan autoritaire». Dénonçant un bilan « catastrophique » de la crise, l’hebdomadaire teuton pointe entre autres du doigt, l’interdiction de vente de certains articles et la fermeture de nombreux établissements jugés non nécessaires.

La conseil de défense, d’une main de fer

Le journal désigne également le rôle opaque du conseil de défense dans les décisions prises par le gouvernement. Sous couvert d’un «état d’urgence», ce conseil passe aujourd’hui en effet au-dessus du parlement français. Pour autant, la constitution prévoit bien l’usage de cet outil en cas de « crise majeure », mais beaucoup affirment que l’on parle ici d’un contexte militaire. Dans ce contexte,  la déclaration de « guerre » d’Emmanuel Macron contre le coronavirus, parait un peu légère… D’autant que le conseil a déjà pris la liberté de s’occuper de sujets sans rapport avec la covid-19, comme l’écologie.

«La politique de Macron est quasi monarchique. Des décisions aux lourdes conséquences sont adoptées par un conseil de Défense qui comprend quelques ministres, des fonctionnaires et des officiers. Le Parlement n’a pas son mot à dire et ne peut entériner les décisions.» affirme Die Zeit

L’opposition elle aussi vent debout

À l’assemblée, où la Macronie n’écoute souvent qu’elle-même, cette façon de procéder fait hautement grincer des dents. On a ainsi entendu Les Républicains protester contre la prolongation de l’état d’urgence sanitaire, déclenchant une colère noire d’Olivier Véran, ministre de la santé. De son côté la France Insoumise a même publié un document « choc » de 56 pages, relatant les divers comportements anti-démocratiques de la Macronie. Cette étude dénombre pas moins de « 8 lois liberticides en 3 ans », comme par exemple celle sur les fake news qui devait contrôler l’information.

Un autoritarisme qui ne date pas d’hier

Le prétexte de l’État d’urgence, n’a rien de nouveau. Son but, à peine dissimulé, est d’ailleurs d’entrer dans le droit commun, comme ce fut le cas pour l’État d’urgence sur le terrorisme. Déjà à ce prétexte, le gouvernement Hollande s’en était notamment pris à des militants écologistes . Quelques années plus tard, le gouvernement Macron traitait également les Gilets Jaunes comme des ennemis de la nation et éteignait le mouvement par la peur et la répression. Déjà à l’époque, les organisations internationales demeuraient stupéfaites d’un tel phénomène au pays de la liberté d’expression. L’ONU poussait même jusqu’à demander une enquête.

Une montée grandissante de la volonté d’une « vraie démocratie »

Pour couronner le tout, les attaques judiciaires menées contre les militants et l’opposition au Macronisme posent plus que jamais la question de l’indépendance de la justice… Le comportement de nos dirigeants parait d’autant plus dangereux que leur accès au pouvoir reposait plus sur une opposition à Marine Le Pen que sur une véritable adhésion. C’est d’ailleurs après une succession d’élections « de rejet », que le peuple français, à l’image des Gilets Jaunes, parait réclamer un pouvoir plus direct. Avec la crise, une évidente soif de démocratie est née.

Défiance envers les institutions…

Dans ce contexte, il n’est guère étonnant de voir le complotisme prospérer. En effet, en rompant le contrat de confiance entre le peuple et ses dirigeants, nos gouvernements successifs, et particulièrement celui d’Emmanuel Macron, ont fertilisé le terreau des partisans d’un monde binaire. Ainsi, à force de maltraiter (répression, coupes des budgets de services publics…) et de mentir à son peuple le gouvernement n’est plus cru sur absolument aucun sujet par bon nombre d’observateurs. Selon Die Zeit, la confiance de la population envers ses dirigeants serait d’ailleurs « la plus basse en Europe ».

… et les médias

Ayant soutenu avec démesure le candidat Macron, et à force de tirer toujours dans le même sens idéologique (parfois au prix de mensonges éhontés), les médias dominants ont également perdu toute crédibilité aux yeux des citoyens. Avec une telle conjoncture, une partie grandissante des Français ne croient plus un mot, ni du gouvernement (et plus généralement des politiciens), ni des médias de masse. C’est pour cela que toutes les tentatives de créer des médias citoyens, indépendants, sont les bienvenues et doivent être soutenues… sans toutefois verser – et c’est là tout l’enjeu – dans l’autre facilité : remplacer la doxa du système par une doxa alternative.

Chercher des pistes

Recréer une bulle informationnelle n’est pas la solution : rester connecté au réel, écouter tous les avis sans se prononcer forcément immédiatement, surtout en période de crise, ne pas céder à l’instantanéité de l’information, aller chercher l’information partout où elle se trouve, y compris en dehors de notre zone de confort intellectuelle : voilà ce qu’au Média pour Tous nous préconisons. Multiplier les sources d’information, les avis, les angles d’analyse pour mieux voir de quoi il en retourne et ne pas se jeter dans les bras des démagogues qui, par leurs discours binaires et simplistes, sont les premiers bénéficiaires de la crise de confiance des Français. Voilà le défi auquel nous sommes tous confrontés.

Courage !

Le Média pour Tous

Vous êtes les garants
de notre indépendance

SOUTENEZ-NOUS

Partagez l'info


Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

S’abonner
Notifier de
23 Commentaires
plus ancien
plus récent Le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Bakloe
4 mois il y a

La macronie c’est l’arbre qui cache la forêt

Salem
4 mois il y a

Interdire une femme de mettre un morceau de tissu sur sa tête c le max de la dictature.

Avlula
4 mois il y a
Reply to  Salem

Il me semble que la politesse c’est de se décoiffer, dans certains lieux (on enlève sa casquette, son chapeau, etc.).

Ben
4 mois il y a
Reply to  Avlula

C les messieurs qui se décoiffe devant les dames…

Avlula
4 mois il y a

Totalitarisme : Système politique dans lequel l’État, au nom d’une idéologie, exerce une mainmise sur la totalité des activités individuelles.

Dictature : Régime politique dans lequel le pouvoir est détenu par une personne ou par un groupe de personnes (junte) qui l’exercent sans contrôle, de façon autoritaire

Pourquoi est-ce que vous avez peur d’employer les bons mots ? N’est-ce pas binaire et prétentieux que de ne les réserver que pour des trucs très très méchants par exemple, comme si ça ne pouvait d’ailleurs arriver qu’ailleurs et/ou à d’autres époques alors que maintenant nous sommes beaucoup plus malins et protégés ?

Bakloe
4 mois il y a

Donc pour vous, un essayiste comme Hervé RISSEN à sa place en prison dans une démocratie ?

Bakloe
4 mois il y a

Vous pensez que vous êtes à l’abri car cela concerne un intellectuel de « droite ». Le jour où votre tour viendra, cela assez binaire ? sauf que ce sera trop tard.

Les leçons de l’Histoire ne servent donc pas. Et je ne fais pas référence qu’à l’Allemagne socialiste.

Moi
4 mois il y a

J’ai quand même l’impression que le pays fille un mauvais coton avec nos actuels dirigeants. Regardez «hold up» le documentaire” complotiste”. Et cette gestion de ”crise” vous posera les mêmes questions que je me suis posé! Lavenir proche ressemble trop à 1984. Je ne suis pas forcément confiant pour nos enfants!

Avlula
4 mois il y a

Je pensais être notifié quand on me répondait, je découvre que non, j’espère que je n’ai pas raté trop de discussions intéressantes. J’ai donné les définitions des mots. Où est-ce que vous voyez que le totalitarisme c’est “mettre en prison les gens qui font des commentaires sur Internet” (et que “démocratie” c’est de ne pas le faire) ? C’est vous qui êtes bloqués par la propagande pour ne pas utiliser les mots dans leur vrai sens, vous voulez tout de suite que ce soit hyper grave. Ce n’est pas dans la définition du mot ! Arrêtez de leur donner un… Lire la suite »

Last edited 4 mois il y a by Avlula
Bakloe
4 mois il y a
Reply to  Avlula

« […] vous voulez tout de suite que ce soit hyper grave […] » Cela fait un moment que c’est « hyper grave ». Pour ne remonter qu’aux évènements les plus récents, la répression s’intensifie crescendo sur les populations depuis le mouvement des gilets jaunes. Ce déchaînement de violence étatique fut justifié par le CRIF, les néocons (qui sévissent sur le territoire) et une presse soumise par un battage médiatique dénonçant un mouvement « d’extrême droite », « anti-sémite », « raciste »… selon un concept de « HAINE » homologué par le GODF inscrit sur les tablettes de marbre de la loi « républicaine » via les fraternelles parlementaires depuis des décennies. Depuis… Lire la suite »

Avlula
4 mois il y a
Reply to  Bakloe

J’imagine aisément comment ça pourrait être bien plus grave quand même, surtout que ça l’est régulièrement dans l’Histoire.

3cp111
4 mois il y a

Jusqu’au bout pourquoi ? comme en 40
Il fallait aller voter et pas voter pour la haine pour le reste…
Les femmes sont les grandes perdantes, le voile sur le visage, fini les soirées bar discothèques alcool etc.. Restera plus qu’à les marier !

Jacques Abel
4 mois il y a

Désolé cher François, mais votre article est un consommé de confusion. Vous livrez à vos lecteurs vos opinions sur les choses sans faire preuve de journalisme puisque vous ne vous contentez pas de tout juste relater, les faits, rien que les faits. D’une part, la Corée du Nord et bien d’autres États à travers le monde que l’on qualifie de totalitaires, ont pour eux de vivre sous la domination d’une élite absolument endogène, ce qui équivaut à vous rappeler que : Comparaison, n’est pas raison. Nous vivons dans un totalitarisme absolu, dans lequel les personnages les moins solvables moralement sont ceux-là… Lire la suite »

beugniot
4 mois il y a
Reply to  Jacques Abel

Je suis assez d’accord. Il est tant de réagir, d’agir et d’arrêter de jouer sur les mots. Oui, il faut faire attention à ne pas se laisser emporter par des théories ou idéologies délirantes. Mais le présent est là, tenant la main au passé, qui nous montre que nous sommes au bord de la bascule. Il est grand temps de faire contre poids.

Michel M Rauch
4 mois il y a
Reply to  Jacques Abel

Tout à fait d’accord avec le point de vue de Abel, même si je suis respectueux de l’exposé de Désanglois. J’ajouterais dans le cadre de comparer ce qui est comparable puisque l’on parle de Corée du Nord, dans l’histoire des confinements passées quand avons nous adopté ce genre de stratégie ? Les estampes historiques le montrent il y avait des buchés de cadavre dans les rues et 100% de mortalité quand on attrapait l’infection en question alors oui les blouses blanches de la politique nous ont mis en dictature car la politique menés n’est pas en proportion au mal à… Lire la suite »

want
4 mois il y a

Macron…ou les effets désastreux des oreillons sur les adolescents mâles 😉

théron simone-laure
4 mois il y a

M.Macron n’est pas pire que tous ceux que nous avons eu précédemment. Je le trouve même plus courageux. De plus il résiste à tout ce qui lui arrive, terrorisme, crise sanitaire, gilets jaunes, règlements de compte, drogues en tous genres etc….
Le prochain, je pense que nous aurons un militaire qui va peut-être remettre les pendules à l’heure: le Général Devilliers…

3cp111
4 mois il y a

Le prochain est une prochaine qui n’attend que d’être officialisée par les français impatients eux aussi. C’est prévu comme ça.

Michel M Rauch
4 mois il y a

C’est vrais le chiendent à la peau dure moi je l’arrache et je le brûle c’est le seul moyen de s’en débarrasser à “vos ordres mon général”

3cp111
4 mois il y a

La jeunesse est également la grande perdante puisqu’on les habitue à vivre isolés. Fini les activités culturelles ou sportives en dehors du cadre autorisé par le régime Chino-France. Fini les boums …
Pour les autres, il faut s’habituer à utiliser internet pour acheter et ceci tout le temps et pour tout, la mode du clic&go en ce moment en est l’exemple parfait. Les géants Amazon et Cie n’attendent que ça ! Des consomateurs de l’internet du virtuel, allez-y achetez consommez ! Mais en ligne …

lenglet
4 mois il y a



©2021 LeMediaPourTous.fr est un site de réinformation dont Vincent LAPIERRE est le porte-parole. Pour un journalisme de terrain 100% indépendant. | Mentions légales

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account