Une enquête signée The Grayzone

Source : Le Grand Soir


Une enquête exclusive de The Grayzone révèle de nouveaux détails sur le rôle clé joué par (le milliardaire) Sheldon Adelson à Las Vegas dans une opération d’espionnage de la CIA visant Julian Assange.

“J’étais le directeur de la CIA. On a menti, on a triché, on a volé.” – Mike Pompeo, College Station, TX, 15 avril 2019

En tant que co-fondateur d’une petite société de conseil en sécurité appelée UC Global, David Morales a passé des années à sillonner les ligues mineures du monde des mercenaires privés. Ancien officier des forces spéciales espagnoles, Morales aspirait à devenir le prochain Erik Prince, le fondateur de Blackwater qui a su mettre son armée à contribution pour établir des relations politiques de haut niveau à travers le monde. Mais en 2016, il n’avait obtenu qu’un seul contrat important, celui de garder les enfants du président équatorien de l’époque, Rafael Correa, et de l’ambassade de son pays au Royaume-Uni.

Le contrat de l’ambassade de Londres s’est toutefois révélé particulièrement précieux pour M. Morales. A l’intérieur du complexe diplomatique, ses hommes gardaient le fondateur de Wikileaks, Julian Assange, une cible de choix du gouvernement américain qui vivait dans le bâtiment depuis que Correa lui avait accordé l’asile en 2012.

Il n’a pas fallu longtemps à Morales pour réaliser qu’il avait une occasion en or.

En 2016, Morales s’est précipité seul à une foire de la sécurité à Las Vegas, espérant trouver de nouveaux contrats lucratifs en vantant son rôle de gardien d’Assange. Quelques jours plus tard, il est revenu au siège de sa société à Jerez de Frontera, en Espagne, avec une nouvelle passionnante.

David Morales (à gauche), PDG de UC Global, lors d’un salon de la sécurité à Las Vegas en 2016.

A partir de maintenant, nous allons jouer en première division” a annoncé M. Morales à ses employés. Lorsqu’un copropriétaire d’UC Global lui a demandé ce que Morales voulait dire, il a répondu qu’il s’était tourné vers le “côté obscur” – une référence apparente aux services de renseignements américains. “Les Américains nous trouveront des contrats partout dans le monde“, a assuré M. Morales à son partenaire commercial.

Morales venait de signer un contrat pour garder le Queen Miri, le yacht de 70 millions de dollars appartenant à l’un des magnats des casinos les plus en vue de Vegas : le milliardaire ultra-sioniste et méga-donateur républicain Sheldon Adelson. Étant donné qu’Adelson avait déjà une équipe de sécurité importante chargée de le surveiller à tout moment, lui et sa famille, le contrat entre UC Global et le Las Vegas Sands d’Adelson était clairement la couverture d’une campagne d’espionnage apparemment supervisée par la CIA.

Malheureusement pour Morales, le consultant espagnol en sécurité chargé de diriger l’opération d’espionnage, ce qui s’est passé à Vegas a fini par sortir. [référence à un dicton américain “Ce qui se passe à Las Vegas, ne sort pas de las Vegas” – NdT]

Après l’emprisonnement d’Assange, plusieurs anciens employés mécontents ont finalement contacté l’équipe juridique d’Assange pour les informer de la mauvaise conduite et des activités sans doute illégales auxquelles ils avaient participé à UC Global. Un ancien partenaire commercial a déclaré qu’ils se sont manifestés après avoir réalisé que “David Morales a décidé de vendre toutes les informations à l’ennemi, les États-Unis“. Une plainte pénale a été déposée devant un tribunal espagnol et une opération secrète qui a abouti à l’arrestation de Morales a été mise en route par le juge.

Morales a été accusé par un tribunal espagnol en octobre 2019 de violation de la vie privée d’Assange, d’abus des privilèges avocat-client de l’éditeur, ainsi que de blanchiment d’argent et de corruption. Les documents révélés au tribunal, qui étaient principalement des sauvegardes des ordinateurs de l’entreprise, ont révélé la réalité inquiétante de ses activités du “côté obscur”.

Obtenus par des médias comme The Grayzone, les dossiers d’UC Global détaillent une opération de surveillance américaine élaborée et apparemment illégale dans laquelle la société de sécurité a espionné Assange, son équipe juridique, ses amis américains, des journalistes américains et un membre du Congrès américain qui aurait été envoyé à l’ambassade équatorienne par le président Donald Trump. Même les diplomates équatoriens que UC Global avait été engagé pour protéger ont été ciblés par le réseau d’espionnage.

L’enquête en cours a détaillé des opérations au noir allant de l’espionnage des conversations privées du fondateur de Wikileaks à la récupération d’une couche dans une poubelle de l’ambassade afin de déterminer si les excréments qu’elle contenait appartenaient à son fils. Selon les déclarations de témoins obtenues par The Grayzone, quelques semaines après que Morales ait proposé d’entrer par effraction dans le bureau de l’avocat principal d’Assange, le bureau a été cambriolé. Les témoins ont également détaillé une proposition d’enlèvement ou d’empoisonnement d’Assange. Une descente de police au domicile de Morales a permis de récupérer deux armes de poing dont les numéros de série avait été effacés, ainsi que des liasses d’argent.

Une source proche de l’enquête a déclaré à The Grayzone qu’un fonctionnaire équatorien avait été volé sous la menace d’une arme alors qu’il était porteur d’informations privées concernant un plan visant à obtenir l’immunité diplomatique pour Assange.

Tout au long de la campagne d’opérations au noir, les services de renseignement américains semblent avoir travaillé par l’intermédiaire de la société Las Vegas Sands d’Adelson, qui avait déjà servi de couverture à une opération de chantage de la CIA quelques années auparavant. Les opérations ont officiellement débuté lorsque le candidat à la présidence d’Adelson, Donald Trump, est entré à la Maison Blanche en janvier 2017.

Dans sa couverture de la relation présumée entre la CIA, UC Global et Adelson, le New York Times a déclaré qu’il n’était “pas clair si ce sont les Américains qui ont été à l’origine de l’écoute de l’ambassade“. Bien qu’il ait décrit le travail d’un “client américain” dans des e-mails de la société, Morales a insisté devant un juge espagnol sur le fait que l’espionnage qu’il a mené à l’ambassade a été effectué entièrement au nom des services de sécurité équatoriens du SENAIN. Il a même affirmé à CNN Español qu’il cherchait simplement à motiver ses employés lorsqu’il s’est vanté de “jouer en première division” au retour de son voyage fatidique à Las Vegas.

Cette enquête permettra d’établir le rôle du gouvernement américain dans l’orientation de la campagne d’espionnage d’UC Global, de jeter un nouvel éclairage sur la relation apparente entre la CIA et Adelson, et de révéler comment UC Global a trompé le gouvernement équatorien au nom du client que Morales appelait les “amis américains”. Grâce aux nouvelles révélations de la cour, The Grayzone est également en mesure de révéler l’identité du personnel de sécurité de Sands qui a vraisemblablement assuré la liaison entre Morales, la société d’Adelson et les services de renseignement américains.

Selon les documents du tribunal et le témoignage d’un ancien associé et employé de Morales, c’est le garde du corps principal d’Adelson, un Israélien-Américain nommé Zohar Lahav, qui a personnellement recruté Morales, puis a géré la relation au quotidien entre l’entreprise de sécurité espagnole et Sands. Après leur première rencontre à Vegas, les deux professionnels de la sécurité sont devenus des amis proches, se rendant mutuellement visite à l’étranger et se parlant fréquemment.

Pendant l’opération d’espionnage, Lahav a travaillé directement sous les ordres de Brian Nagel, le directeur de la sécurité globale de Las Vegas Sands. Ancien directeur associé des services secrets américains et expert en cyber-sécurité, M. Nagel a été officiellement recommandé par la CIA à la suite de collaborations fructueuses avec les services fédéraux de police et de renseignement. Chez Sands, il semblait être un intermédiaire idéal entre la société et l’État américain de sécurité nationale, ainsi qu’un guide potentiel pour les tâches de surveillance complexes confiées à Morales.

Lorsque le candidat favori d’Adelson, Donald Trump, est entré dans le Bureau ovale, la CIA est passée sous le contrôle de Mike Pompeo, un autre allié d’Adelson qui semblait apprécier la possibilité de mener des actions illégales, notamment l’espionnage de citoyens américains, au nom de la sécurité nationale.

Pompeo décrit l’attaque d’Assange

Le premier discours public de Pompeo en tant que directeur de la CIA, prononcé le 13 avril 2017 au centre de réflexion Center for Strategic and International Studies, basé à Washington DC, a été l’un des discours les plus paranoïaques et les plus aigus jamais prononcés par un chef d’agence.

L’ancien membre républicain du Congrès du Kansas a commencé son discours par une longue tirade contre les “Philip Agees dans le monde“, faisant référence au lanceur d’alerte de la CIA qui a remis des milliers de documents classifiés à des éditeurs de gauche qui ont révélé des détails choquants sur les changements illégaux de régime aux États-Unis et les complots d’assassinat dans le monde.

Faisant allusion aux “âmes sœurs” contemporaines d’Agee, Pompeo a déclaré :
La seule chose qu’ils ne partagent pas avec Agee, c’est le besoin d’un éditeur. Tout ce dont ils ont besoin maintenant, c’est d’un téléphone intelligent et d’un accès à Internet. Dans l’environnement numérique actuel, ils peuvent diffuser instantanément des secrets américains volés dans le monde entier à des terroristes, des dictateurs, des pirates informatiques et à toute autre personne cherchant à nous faire du mal“.

Le directeur de la CIA n’a pas caché l’identité de sa cible : “Il est temps d’appeler WikiLeaks pour ce qu’elle est réellement : un service de renseignement hostile non étatique souvent soutenu par des acteurs étatiques comme la Russie” a-t-il déclaré.

Pendant les minutes qui ont suivi, Pompeo s’est opposé à Assange, le qualifiant de “narcissique”, “d’escroc”, “de lâche”. Le républicain de droite a même cité la critique de l’éditeur Wikileaks par Sam Biddle de The Intercept.

Ensuite, Pompeo a promis une campagne de contre-mesures “à long terme” contre Wikileaks. “Nous devons reconnaître que nous ne pouvons plus laisser à Assange et à ses collègues la latitude d’utiliser les valeurs de la liberté d’expression contre nous. Leur donner l’espace nécessaire pour nous écraser avec des secrets détournés est une perversion de ce que représente notre grande Constitution. Cela s’arrête maintenant“, a-t-il juré.

Bien que Pompeo ait déclaré reconnaître que “la CIA a l’interdiction légale d’espionner les gens par le biais de la surveillance électronique aux États-Unis“, il semble avoir déjà mis en place un programme agressif pour espionner non seulement Assange, mais aussi ses amis américains, ses avocats et pratiquement tout le monde dans son voisinage immédiat. Menée par UC Global, la campagne consistait à enregistrer des conversations privées de cibles américaines, à ouvrir leurs téléphones, à photographier leurs informations personnelles et même à voler les mots de passe de leurs courriels.

L’attaque apparente de la CIA sur Assange avait été activée des semaines auparavant, lorsque Wikileaks avait annoncé la publication des fichiers de la CIA, appelée Vault7. Il ne faudra pas longtemps avant que l’équipe de sécurité d’Adelson commence à préparer la place pour accueillir Morales à Las Vegas.

Voyage vers “le côté obscur”

Le 26 février 2017, Wikileaks a annoncé la publication prochaine d’une importante tranche de dossiers de la CIA révélant des détails sur les outils de piratage et de surveillance électronique de l’agence. Une de ces applications d’espionnage appelée “Marble” permettait aux espions de l’agence d’implanter un code qui occulte leur identité sur les ordinateurs piratés. D’autres fichiers contenaient des preuves de programmes qui permettaient aux pirates de pénétrer dans des applications de messagerie cryptée comme Signal et Telegram, et de transformer les Smart TV de Samsung en appareils d’écoute.

Deux jours après l’annonce initiale de Wikileaks, le 28 février, Morales fut transporté d’Espagne vers un hôtel à Alexandria, en Virginie – à deux pas du siège de la CIA à Langley. Bien qu’UC Global n’ait eu aucun contrat connu du public avec une quelconque société en Virginie, des documents judiciaires obtenus par The Grayzone établissent que Morales a envoyé des courriels cryptés à partir d’une adresse IP située en Alexandrie et a payé les factures d’un hôtel local pendant les huit jours suivants.

À partir de ce moment, il a fait des allers-retours presque chaque mois entre l’Espagne, la région de Washington, New York, Chicago ou la base d’opérations d’Adelson à Las Vegas.
Lorsqu’il était à Washington DC, Morales envoyait des courriels à partir d’une adresse IP statique située au Grand Hyatt Hotel, à quatre blocs de la Maison Blanche.

Les messages Instagram de la femme de Morales et de sa compagne de voyage, Noelia Páez, soulignaient la fréquence de ses voyages :

Posts l’Instagram par la femme de Morales, Noelia Páez, à Las Vegas le 20 janvier 2017

Les autres dirigeants d’UC Global ont commencé à se méfier de Morales et de ses transactions secrètes aux États-Unis. D’après leurs témoignages, il parlait constamment de ses relations de travail avec les Américains. Pourtant, UC Global avait été engagé par l’agence de renseignement équatorienne SENAIN pour assurer la sécurité de l’ambassade du pays à Londres – et non pour espionner ses occupants.

Il était de plus en plus évident pour eux que Morales trompait son client à Quito pour servir une force plus puissante à Washington.

Je me souviens que David Morales a demandé à une personne de la société de préparer un téléphone sécurisé, avec des applications sécurisées, comme un ordinateur crypté pour communiquer avec “les amis américains”, afin de sortir sa relation avec les États-Unis de la portée de la société“, se souvient un ancien employé d’UC Global.

Un ancien partenaire commercial d’UC Global a déclaré dans son témoignage :

Parfois, lorsque je lui demandais avec insistance qui étaient ses “amis américains”, David Morales répondait qu’ils étaient “les services secrets américains”. Cependant, lorsque je lui ai demandé de me communiquer le nom d’une personne des services de renseignement qu’il rencontrait pour lui donner des informations, M. Morales a coupé la conversation et a souligné que le sujet était exclusivement géré par lui, en dehors de la société“.

L’ex-partenaire soupçonnait que M. Morales recevait des paiements des services de renseignement américains par le biais d’un compte bancaire géré par sa femme, Páez. “A une occasion,” ont-ils témoigné, “j’ai entendu une conversation concernant des paiements sur ce compte dont M. Morales ne voulait pas informer le reste des membres de la société.

Les soupçons se sont transformés en rage lorsque l’ancien partenaire d’UC Global a reconnu toute l’étendue du subterfuge de M. Morales. J’ai commencé à le frapper ouvertement lors de discussions violentes au cours desquelles je lui ai répété qu’une société comme la nôtre est basée sur la “création de la confiance” et qu’il ne peut pas “donner d’informations à la partie adverse“, a rappelé l’ex-associé. À la fin de plusieurs de ces discussions, il a déclaré que Morales avait ouvert sa chemise, s’était gonflé la poitrine et s’était exclamé : “Je suis un mercenaire, un vrai !

Une caméra pour l’Équateur, une autre pour “le client américain”

Deux anciens employés de UC Global et l’ancien partenaire commercial ont déclaré que M. Morales avait commencé à mettre en place une opération d’espionnage sophistiquée à l’ambassade de Londres en juin 2017. Son témoignage a été corroboré par les courriels que Morales a envoyés aux employés qui ont supervisé la surveillance.

Avant cela, les caméras à l’intérieur et autour de l’ambassade de l’Equateur à Londres étaient des unités CCTV standard. Leur seule fonction était de détecter les intrus. Mais surtout, elles n’enregistraient pas le son.

Pour transformer les caméras d’instruments de sécurité en armes d’intrusion, Morales a envoyé un e-mail à un ami, “Carlos C.D. (espion)”, qui possédait une société d’équipement de surveillance appelée Espiamos, ou “Nous Espions”. Il a informé Carlos que “notre client” avait demandé que de nouvelles caméras soient placées dans l’ambassade, équipées de microphones indétectables.

Le 27 du même mois, Morales a écrit au même employé : “le client veut avoir le contrôle des caméras en streaming, ce contrôle devra être effectué depuis deux endroits différents.” Il a demandé un serveur de stockage séparé qui pourrait être exploité “depuis l’enceinte où se trouve l’enregistreur“.

En modifiant les caméras pour qu’elles puissent être contrôlées de l’extérieur, et en les équipant de micros cachés, Morales a mis en place le mécanisme permettant d’espionner les conversations intimes d’Assange avec ses amis et ses avocats. Il a également pris des mesures pour transmettre les images à un serveur de stockage extérieur séparé, gardant ainsi l’opération cachée du SENAIN équatorien. Ses ordres de marche provenaient d’une organisation qu’il décrivait simplement comme “le client américain”.

Tous les 15 jours environ, Morales envoyait un des employés à l’ambassade pour recueillir les enregistrements DVR des images de surveillance et les apporter au siège de la société à Jerez, en Espagne. Certains clips importants étaient téléchargés sur un serveur appelé “Operation Hotel”, qui a ensuite été transformé en un système basé sur un site web. Lorsque la taille du fichier vidéo était trop importante pour être téléchargée, M. Morales le remettait personnellement à son “client” aux États-Unis.

En décembre 2017, Morales fut convoqué à Las Vegas Sands pour une session spéciale avec “les amis américains”. Le 10 de ce mois-là, il a envoyé une série de courriels à son équipe d’espionnage à partir d’une adresse IP statique à l’hôtel Venetian apparetnant à Adelson. Les messages contenaient une nouvelle série d’instructions.

Pour limiter encore plus l’accès du gouvernement équatorien au système de surveillance installé à l’ambassade, il a donné des instructions à ses employés : “Nous ne pouvons pas leur donner accès à certains services du programme, donc ils ne savent pas qui a le plus de connexions ou qui est en ligne dans le système… [mais] tout doit donner l’impression qu’ils y ont accès.”

Morales a envoyé à son équipe une présentation powerpoint contenant les instructions pour le nouveau système. Le but de ces instructions était de créer deux utilisateurs distincts : un administrateur pour le client équatorien qui n’aurait pas accès à la connexion afin de ne pas remarquer le second utilisateur ; et une connexion de sécurité distincte pour les Américains, qui auraient le contrôle total des fonctions de surveillance du système.

Obtenues par The Grayzone, le document était rédigé dans un anglais parfait par un locuteur qui n’était manifestement pas Morales :

David Morales n’avait manifestement pas les connaissances techniques“, a dit un ancien spécialiste informatique d’UC Global qui a reçu les instructions, “le document a donc dû être envoyé par une autre personne. Comme il était en anglais, je pense qu’il a pu être créé par les services de renseignement américains“.

L’auteur des instructions powerpoint était clairement un expert en cybersécurité ayant une expérience de la surveillance électronique et du piratage. Cette personne a démontré son savoir-faire en effaçant toutes les métadonnées du document, à l’exception du nom d’utilisateur “PlayerOne”. Le powerpoint a été transmis en la présence physique apparente de Morales, qui a ensuite dit à ses employés : “Ces personnes m’ont donné les instructions suivantes, rédigées en anglais“.

Dans l’entourage d’Adelson, il y avait au moins un expert en cybersécurité ayant une longue expérience de collaboration avec les services de police et de renseignement américains : Brian Nagel, vice-président senior et responsable mondial de la sécurité à Las Vegas Sands.

Du meilleur enquêteur américain en matière de cybercriminalité au chef de la sécurité d’Adelson.

Une des rares photos accessibles au public du directeur de la sécurité mondiale de Las Vegas Sands, Brian Nagel, tirées de son témoignage devant le Congrès en 2007

Au cours de sa longue carrière au sein des services secrets américains, M. Nagel a travaillé au carrefour de l’application de la loi fédérale et des renseignements américains. Dans les années 1990, Nagel a non seulement servi dans le cadre de la protection personnelle des présidents George H.W. Bush et Bill Clinton, mais il a également été chargé de “travailler avec deux services de protection étrangers après l’assassinat et la tentative d’assassinat de leurs chefs d’État respectifs“, a-t-il déclaré lors d’un témoignage sous serment devant un tribuna