Crise ukrainienne : l’Amérique et ses petits valets


Par Vu du Droit

Une fois de plus, les « élites » politiques et intellectuelles de notre pays donnent un spectacle parfaitement déplorable. Comme ce fut le cas en 2003 avec l’agression americano-britannique de l’Irak, pays souverain et reconnu comme tel à l’ONU. Un « crime contre la paix » en droit international depuis 1945.

Les petits télégraphistes de l’Empire

Toute une cohorte d’hommes politiques sans principe et d’intellectuels dévoyés apporta alors un soutien sans faille à cette guerre d’agression, en relayant sans vergogne une propagande dont le caractère totalement mensonger est aujourd’hui avéré. Mais dès cette époque l’imposture relevait également de l’évidence. On se rappellera les noms de ceux qui se sont alors illustrés en se comportant alors et publiquement en complices d’un acte de brigandage. Et on se souviendra de ceux de ces politiques qui se rendirent discrètement à l’ambassade des États-Unis pour se désolidariser du président Chirac qui s’opposant à cette aventure, sauvait l’honneur de la France. On les retrouve aujourd’hui, les mêmes ou leurs héritiers, mais avec cette différence qu’ils ont été rejoints par une grande partie de la classe politique. Celle-ci, n’étant plus gênée par la position du chef de l’État, en rajoute sur la double servilité vis-à-vis des États-Unis et de l’Allemagne. Il est vrai qu’Emmanuel Macron donne l’exemple, multipliant de façon ridicule, rodomontades et coups de menton. C’est d’ailleurs à cette occasion que l’on constate les conséquences de l’activisme américain sur notre territoire, et le rôle délétère de la fameuse French-American Foundation. Qui délivre ces qualifications avantageuses de « young leader » qui aident les carrières et garantissent un atlantisme sans faille pour la suite. D’Alain Juppé à Amélie de Monchalin en passant par Macron naturellement, Édouard Philippe, Laurent Joffrin, Arnaud Montebourg, Alain Minc, Jacques Attali, François Hollande, Pierre Moscovici, etc. etc. etc. Il ne manque personne de l’oligarchie économique, politique, administrative, médiatique et de ceux qui la servent. Alors c’est sans surprise que l’on assiste à un total alignement sur les positions américaines les plus extrémistes. La ligne appliquée étant d’abord celle de la diabolisation de Vladimir Poutine à partir de caricatures et d’insultes comme en témoigne l’effarante couverture de l ‘Express. Ensuite de la pratique du mensonge pur et simple et enfin d’une totale déformation du réel. Il y a même de ce point de vue une surenchère entre les organes appartenant aux principaux oligarques. Comme le démontre la lecture du Monde dirigé par Sylvie Kaufmann (Young leader) et appartenant à Mathieu Pigasse (Young leader), ou de l’Obs possédé par le même. On y retrouve exactement les mêmes déformations approximations et arguments que dans le Point, l’Express, ou le Figaro. Une technique très prisée consiste donner la parole à de soi-disant experts aux références ronflantes, qui ne sont que des militants de la cause américaine. Comme l’ineffable duo formé par Nicolas Tenzer et Françoise Thom qui se caractérisent par une russophobie quasi fanatique. Et malheureusement les grands médias audiovisuels d’information ne sont pas en reste, avec comme d’habitude une mention particulière pour le service public. Alors, oubliées les couveuses du Koweït, les fioles de Colin Powell, et on constate que malheureusement le mal est plus profond dans notre pays qu’ailleurs. Aux États-Unis, la grande presse est bien évidemment au service de Biden, mais on y trouve quand même un peu de contradiction. C’est la même chose en Grande-Bretagne et en Allemagne, pays pourtant très engagés dans la crise.

La fable et le réel

Que nous raconte donc ces militants des intérêts du complexe militaro-industriel américain ? Bien sûr que Vladimir Poutine mange les petits enfants, mais surtout qu’il veut pour des raisons obscures envahir l’Ukraine et provoquer une guerre mondiale. Comme effectivement on se demande légitimement pourquoi vouloir cette agression qui déboucherait inéluctablement sur un conflit nucléaire, certains, sans peur du ridicule, nous fournissent la réponse. « La hantise de Poutine est que l’Ukraine se coule avec succès dans le moule démocratique “à l’occidentale” » n’a pas eu peur d’écrire sans rire Alain Frachon éditorialiste du Monde ! L’Ukraine est un État complètement failli, gangrené jusqu’à l’os par la corruption, à l’économie effondrée. Où des organisations néonazies font la pluie le beau temps et ont érigé la figure d’un génocidaire nazi auxiliaire de la Shoah, en héros national. Effectivement, c’est un sacré modèle et l’on comprend que Vladimir Poutine ne veuille pas que son peuple cède à la tentation. Bon, il faut être sérieux et arrêter de se moquer du monde.

La Russie, passée directement de l’absolutisme tsariste au stalinisme puis par le saccage eltsinien, a désormais un régime qui lui est propre et dont Dominique Reynié a dit à juste titre qu’il était le plus démocratique que ce pays ait connu jusqu’à présent… Ce n’est sûrement pas le modèle que nous souhaiterions pour la France, mais nous serions avisés d’être modestes et d’abandonner cette prétention à incarner l’idéal démocratique humain.

Alors, pourquoi cette crise et pourquoi ces bruits de bottes ? Inutile de se lancer dans de grandes considérations, il faut simplement revenir à quelques faits et partir du réel.

Les Américains n’ont pas cessé d’être en guerre depuis le 7 décembre 1941, avec cette caractéristique que depuis 1950, ils ont multiplié les interventions militaires sur des territoires étrangers. De la Corée à l’Afghanistan en passant par le Vietnam, le Cambodge Saint-Domingue, le Panama, la Grenade, le Nicaragua, la Somalie, la Serbie, l’Afghanistan, la Syrie, la Libye et bien évidemment l’Irak deux fois. Concernant l’agression de l’Irak en 2003 il convient de rappeler qu’au regard des règles du droit international, il s’agit d’un « crime contre la paix » prévu par les statuts du tribunal de Nuremberg. La guerre menée par les États-Unis et la Grande-Bretagne a été accompagnée de la commission de nombreux crimes de guerre et affiche un terrible bilan humain, sans parler du chaos sanglant provoqué au Moyen-Orient. George Bush et son caniche Tony Blair relèvent de la justice internationale et devraient croupir en prison. Leurs crimes ont été commis en s’appuyant sur des propagandes mensongères et avec l’appui, y compris en France, de relais que le droit pénal permet de considérer comme complices. On leur rappellera que le journaliste Julius Streicher fut condamné pour ses écrits antisémites, et pendu à Nuremberg en 1946.

Concernant l’Afghanistan Il faut également rappeler que les États-Unis viennent d’en être chassés par les talibans après 20 ans d’une guerre elle aussi marquée par les crimes. Et ce sont ces gens-là, armés d’un sentiment de supériorité morale usurpé, et surtout soucieux d’une hégémonie stratégique au service de leurs intérêts mercantiles, qui se prétendent aujourd’hui défenseurs de la civilisation ? Et concernant l’Ukraine, n’oublions pas qu’un coup d’État dirigé contre un président démocratiquement élu a été téléguidé en 2014, par les États-Unis plongeant le pays dans le chaos.

LIRE LA SUITE

Vous êtes les garants
de notre indépendance

SOUTENEZ-NOUS

Partagez l'info


Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

©2022 LeMediaPourTous.fr est un média indépendant, financé exclusivement par ses lecteurs | Mentions légales

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account