La saisine du parquet visant trois hauts responsables de l’Elysée a provoqué une guerre ouverte. La chambre haute et le gouvernement étaient déjà à couteaux tirés depuis la première audition de la commission d’enquête parlementaire.

De l’« affaire d’été » à la crise institutionnelle. De la mise en cause d’un homme à celle du système élyséen. D’un dérapage individuel supposé à un conflit inédit entre les pouvoirs de la Ve République. L’affaire Benalla n’en finit pas de distiller son poison lent au cœur du quinquennat d’Emmanuel Macron. Près de neuf mois après son déclenchement, à la suite des révélations du Monde, le 18 juillet 2018, sur les violences commises en marge des manifestations du 1er-Mai par l’ancien chef adjoint de cabinet du chef de l’Etat, ce dossier vient de déclencher une crise sans précédent entre l’exécutif et le Sénat.

Dans un geste symbolique fort, le premier ministre Edouard Philippe a décidé, jeudi 21 mars, de laisser son siège vide sur les bancs du Palais du Luxembourg lors des questions au gouvernement. Le président (La République en marche) de l’Assemblée nationale, Richard Ferrand, a choisi pour sa part de boycotter un déplacement commun qu’il devait effectuer à Lille, vendredi, avec le président (Les Républicains, LR) du Sénat, Gérard Larcher, qui participera donc seul à une conférence devant les étudiants de Sciences Po. « On ne peut pas faire la guerre le jeudi et l’amour le vendredi », justifie-t-on au sein de la Macronie.

La déclaration de « guerre », à en croire les partisans de M. Macron, serait cette décision du Sénat, jeudi, de transmettre à la justice le dossier de trois proches collaborateurs du président de la République. Ces derniers sont suspectés « d’omissions, d’incohérences et de contradictions » lors de leurs déclarations sous serment devant la commission d’enquête parlementaire conduite sur l’affaire Benalla. La proximité de ces personnalités avec le chef de l’Etat – en particulier son secrétaire général, Alexis Kohler, et son directeur de cabinet, Patrick Strzoda – confère une dimension sensible à la décision du Sénat, dirigé par la droite.

Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de

©2019 LeMediaPourTous.fr est un site de réinformation dont Vincent LAPIERRE est le porte-parole. Pour un journalisme de terrain 100% indépendant. | Mentions légales | Plan du site

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account