Marqué comme du bétail !


On n’arrête pas le progrès ! Des ingénieurs du MIT ont inventés des nanoparticules émettrices de lumière, injectables sous la peau ! Ces petites lumières fluorescentes resteront invisibles à l’œil nu, mais seront détectables d’un smartphone.

Pourquoi un tel projet ? Ce carnet de vaccination, digne d’un film de science-fiction, servirait de preuve de vaccination dans les pays en développement afin d’éviter de s’appuyer sur les carnets papiers, falsifiables ou incomplets, les dossiers électroniques n’existants pas.

D’après la revue américaine Science Translational Medicine, ce nouveau système a été testé uniquement sur des rats, mais les chercheurs, financés par la fondation Bill et Melinda Gates, espèrent les tester sur des humains en Afrique dans les deux prochaines années, confie à l’AFP la co-autrice Ana Jaklenec, ingénieure biomédicale du MIT. Les chercheurs assurent que les composants sont inoffensifs pour l’organisme. Les nanoparticules s’injectent par un patch de microaiguilles de 1,5 millimètre de longueur pendant deux minutes. Une fois se laps de temps écoulé, les microaiguilles se dissolvent et laissent sous la peau ces petits points qui se répartissent en forme de cercle, ou de croix. Ces derniers sont excités par une partie du spectre lumineux, proche de l’infrarouge.

Crédit photo : Second Bay Studio

Afin de vérifier si le patient a bien été vacciné, un médecin pourra pointer sur la zone un smartphone modifié, qui laissera apparaitre la marque fluorescente sur l’écran. Le souhait des ingénieurs serait d’injecter le vaccin en même temps que ces nanoparticules. La fondation Gates souhaiterait que cet outil devienne officiel afin de supprimer l’équivalent papier. Ainsi, ils s’assureraient que tous les patients passeraient par leur technologie. Des enquêtes d’opinion sont actuellement menées au Kenya, au Malawi ainsi qu’au Bangladesh afin de déterminer si les populations sont prêtes à accepter ce nouveau procédé.

Et nous, serions-nous prêt à brader notre liberté au nom de notre “sécurité” ? Car peut-être qu’un jour nos dirigeants seront tentés par le déploiement de ces technologies bien pratiques mais qui posent un certain nombre de problèmes éthiques. Comme l’explique Robert Langer, professeur de l’Institut David H. Koch au MIT : « Il est possible qu’un jour cette approche “invisible” crée de nouvelles possibilités de stockage de données ». C’est bien ce qui nous effraie. 

Le Média pour Tous

Vous êtes les garants
de notre indépendance

SOUTENEZ-NOUS
Partagez l'info

Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

S’abonner
Notifier de
3 Commentaires
plus ancien
plus récent Le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Michel M Rauch
6 mois il y a

Rien de nouveaux sous le soleil c’est simplement un tatouage avec une encre fluorescente d’un bon effet en boite de nuit. Cela as un coté animaux d’abattage ou billet de banque sécurisé mais aussi surveillance du citoyen hors secret médicale. Les boutiques de tatoueur auront de beau jour devant elle pour détourner le soit disant carnet. Beaucoup de scientifique aime se faire mousser avec des trouvailles bidons . Tout ça c’est pour obtenir des budgets de recherche. La société du spectacle est partout même en science surtout en science du vivant où de plus d’articles sont retirés car faux sans… Lire la suite »

Claude Tartas
6 mois il y a

A quand un carnet sous cutanée pour détecté les assoiffés d’argent et les corrompus,

Claude Tartas
6 mois il y a

“Comme l’explique Robert Langer, professeur de l’Institut David H. Koch au MIT : « Il est possible qu’un jour cette approche “invisible” crée de nouvelles possibilités de stockage de données ». Ce n’est pas déjà le cas ? sommes nous pas déjà enregistré et exploiter comme des données : carte de crédit, compte internet, compte securite social…. sommes nous pas considéré comme un numéro et non un individu ? Nous sommes exploiter, acheté, vendu à notre insu… Alors qui les empêcherait de déployer de nouvelles stratégies de nous contrôler ? Sommes nous pas arrivé à un point de non retour… Lire la suite »