Coup d’Etat, arrestation d’Aung San Suu Kyi et état d’urgence : que se passe-t-il en Birmanie ?


Par RT France

L’armée birmane a perpétré un coup d’Etat et arrêté la chef du gouvernement Aung San Suu Kyi. Les militaires pensent que des fraudes électorales ont entaché les élections de 2020. Les Etats-Unis et l’Union européenne condamnent le putsch.

Un coup d’Etat a été perpétré le 1er février en Birmanie par l’ armée qui a arrêté la chef du gouvernement Aung San Suu Kyi et le président de la République Win Myint. L’armée a proclamé l’état d’urgence pour un an et placé ses généraux aux principaux postes. Elle promet de nouvelles élections et un transfert de pouvoir.

«Nous avons entendu dire qu’ils étaient détenus à Naypyidaw», a précisé à l’AFP Myo Nyunt le porte-parole de la Ligue nationale pour la démocratie (LND) – le parti au pouvoir –, à propos d’Aung San Suu Kyi et du président Win Myint. Plusieurs autres responsables ont aussi été interpellés, selon lui. Aung San Suu Kyi a exhorté la population à «ne pas accepter» ce putsch militaire, d’après une lettre diffusée sur les réseaux sociaux par son parti. Alors que les rumeurs de coup d’Etat se renforçaient dans le pays ces derniers jours, elle «a laissé ce message au peuple», d’après Win Htein, le président de son parti, qui s’est exprimé sur Facebook.

Accusations de fraude électorale

L’armée défend que le putsch est nécessaire pour préserver la «stabilité» de l’État, comme l’ont fait savoir les militaires dans une annonce sur leur chaîne de télévision, NAME. Ils accusent la commission électorale de ne pas avoir remédié aux «énormes irrégularités» qui ont eu lieu, selon eux, lors des législatives de novembre, remportées massivement par le parti d’Aung San Suu Kyi, au pouvoir depuis les élections de 2015.

Ils exigeaient que la commission électorale dirigée par le gouvernement publie la liste des électeurs à des fins de vérification – ce que la commission n’a pas fait. Le chef de l’armée, le général Min Aung Hlaing avait déclaré que la Constitution pouvait être «révoquée» dans certaines circonstances. Selon le communiqué de l’armée, Min Aung Hlaing concentre désormais les pouvoirs «législatif, administratif et judiciaire», tandis qu’un autre général, Myint Swe, a été désigné président par intérim, un poste honorifique. L’armée s’est ensuite emparée de l’hôtel de ville de Rangoun, la capitale économique du pays, et l’accès à son aéroport international était bloqué par des militaires, ont constaté des journalistes de l’AFP.

Les télécommunications, portables et internet, étaient gravement perturbées, selon l’ONG spécialisée Netblocks. L’ONU, l’UE et les Etats-Unis condamnent Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a «fermement» condamné l’arrestation par l’armée d’Aung San Suu Kyi, tandis que le Conseil de sécurité devrait se réunir dans les prochains jours. Avec l’arrestation d’autres dirigeants politiques et «la déclaration du transfert de tous les pouvoirs législatifs, exécutifs et judiciaires aux militaires», «ces développements portent un coup dur aux réformes démocratiques en Birmanie», a encore estimé Antonio Guterres dans un communiqué.

LIRE LA SUITE

Vous êtes les garants
de notre indépendance

SOUTENEZ-NOUS

Partagez l'info


Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

S’abonner
Notifier de
2 Commentaires
plus ancien
plus récent Le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Namo
27 jours il y a

Ils ont des couilles les militaires birmans. On verra si c’est le cas chez nous avec l arrivée probable rendu vote électronique et ce que cela engendre.

Martin Mystere
25 jours il y a

Vu que le Systeme soutient cette femme depuis 2015. Oui un putsch est necessaire.

©2021 LeMediaPourTous.fr est un site de réinformation dont Vincent LAPIERRE est le porte-parole. Pour un journalisme de terrain 100% indépendant. | Mentions légales

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account