Le Washington Post révèle des affaires de corruption au sein du Gang de Guaido


Par Patricia Poleo traduit par Romain Migus pour les 2 rives

Ces accusations avaient déjà été exposées par la journaliste vénézuélienne (d’opposition et basée à Miami) Patricia Poleo. Les 2 Rives avaient d’ailleurs donné écho à ces révélations. Poleo insistait plus sur la dimension de racket élaboré par l’entourage de Guaido et visant les entrepreneurs qui étaient intéressés pour spolier des biens du Venezuela. Que le Wahington Post reprenne à son compte ces accusations, à quelques jours de l’installation d’une nouvelle Assemblée Nationale au Venezuela n’est pas un hasard. Le vent semble définitivement tourner pour Guaido malgré les dernières manoeuvres de Donald Trump visant à faire du mafieux vénézuélien le seul interlocuteur officiel des USA.

Le leader de l’opposition vénézuélienne Juan Guaidó a eu la reconnaissance des États-Unis et le soutien de millions de personnes dans les rues.

Mais comme Nicolás Maduro occupait toujours le palais présidentiel et commandait les forces de sécurité vénézuéliennes, le soi-disant gouvernement intérimaire de Juan Guaidó avait besoin de liquidités pour projeter son « pouvoir » à l’étranger et saper le président Maduro dans son pays.

Deux entrepreneurs de Miami proposaient un plan pour l’obtenir.

Jorge Reyes et Pedro Antar ont déclaré qu’ils avaient identifié jusqu’à 40 milliards de dollars d’actifs du gouvernement vénézuélien dans l’ensemble des Caraïbes. Ces avoirs, comprenant des actions de sociétés, des voitures de luxe, des maisons luxueuses et des dettes non recouvrées, étaient liés à la compagnie pétrolière contrôlée par l’État vénézuélien.

Guaidó, a déclaré Reyes au Washington Post, a lui-même appelé ces hommes en avril 2019 pour exprimer son intérêt. Cela a conduit à plus d’une douzaine de réunions avec des membres de l’opposition soutenue par les États-Unis et leurs agents.

Mais lors d’une réunion en décembre 2019 à Doral, dans la banlieue de Miami, Reyes a déclaré que lui et Antar avaient reçu une lettre manuscrite, dont une photo a été fournie à The Post, avec une liste de demandes qu’il a décrites comme « choquantes ».

Ces demandes comprenaient un paiement initial de 750 000 dollars à une société de Floride dont les registres de l’État montrent qu’elle est la propriété conjointe de Magin Blasi, frère d’un haut fonctionnaire de l’ambassade du Venezuela à Washington, contrôlée par Guaidó. Cette société deviendrait également leur partenaire, stipulait la lettre, partageant la commission de 18 % que les hommes avaient négociée avec les fonctionnaires de Guaidó.

« J’ai été étonné », a déclaré Reyes. « Je me suis demandé si le président Guaidó était au courant de cela. Je veux dire que ces gars essayaient clairement de faire quelque chose d’illégal. On ne peut même pas parler de quelque chose comme ça sur le sol américain. C’était de l’extorsion. . . . Soit on paie, soit on n’a pas le contrat. »

Après que Maduro ait revendiqué la victoire lors d’élections largement considérées comme frauduleuses, l’administration Trump a reconnu en 2019 Guaidó, le président de l’Assemblée nationale démocratiquement élu du Venezuela, comme le dirigeant légitime du pays. Les responsables américains ont décrit Maduro comme le chef d’un empire criminel corrompu, engagé dans le trafic de drogue et d’autres activités illégales ; le ministère de la justice a inculpé Maduro et plusieurs membres de son entourage l’année dernière pour narcoterrorisme. Maduro et les autres personnes inculpées ont nié avoir commis des méfaits.

L’accession de Guaidó au poste de président par intérim était assortie d’une promesse implicite : son gouvernement serait tenu de respecter des normes plus élevées que celles de ses prédécesseurs ; la corruption ne serait pas tolérée.

Les deux responsables du gouvernement de Guaidó avec lesquels Reyes et Antar ont discuté de l’accord de Miami – Javier Troconis et Fernando Blasi – nient tous deux avoir commis des méfaits. Ils affirment que la découverte tardive d’une précédente affaire de fraude impliquant Reyes les a conduits à rejeter l’accord. (Reyes fait appel des accusations dans cette affaire).

« Je ne mets pas mes mains dans le feu pour qui que ce soit », a déclaré Vecchio. « Je crois que s’il y a des preuves, nous devons enquêter. »

Antar a dit que le FBI l’avait interrogé en octobre. Le Département d’Etat et le FBI n’ont pas répondu aux demandes de commentaires.

Une enquête menée par Post, comprenant plus de 20 entretiens et un examen des documents, y compris des contrats potentiels, a mis au jour de multiples propositions d’accords impliquant Troconis qui auraient nécessité ce que certains membres de l’opposition ont qualifié de paiements importants et inhabituels, notamment pour un contrat potentiel avec le gouvernement du Paraguay avec une commission de 26 millions de dollars à verser à des tiers qui ont suscité des inquiétudes au sein de la propre équipe juridique de Guaidó. Une autre proposition d’accord, visant à récupérer des actifs dans une banque britannique, aurait impliqué un contrat que les responsables de l’opposition affirment que Troconis n’était pas autorisé à signer.

LIRE LA SUITE

Vous êtes les garants
de notre indépendance

SOUTENEZ-NOUS

Partagez l'info


Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

©2021 LeMediaPourTous.fr est un média indépendant, financé exclusivement par ses lecteurs | Mentions légales

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account