Conflans-Sainte-Honorine : ce que le procureur antiterroriste a précisé sur l’attentat


Source : Huffingtonpost

Le procureur national antiterroriste Jean-François Ricard a fait un premier point sur l’enquête sur l’assassinat de Samuel Paty, décapité devant son collège des Yvelines.

CONFLANS-SAINTE-HONORINE – Qui était l’assaillant de l’attentat perpétré contre un professeur d’histoire-géographie à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines) vendredi soir? Et que s’est-il passé le 5 octobre au collège du Bois d’Aulne lorsque Samuel Paty a montré à ses élèves une caricature de Mahomet dans le cadre d’un cours sur la liberté d’expression?

Le procureur national antiterroriste Jean-François Ricard a apporté de premiers éléments de réponse à ces questions ce samedi 17 octobre, lors d’une conférence de presse sur l’enquête ouverte pour “assassinat en relation avec une entreprise terroriste” et “association de malfaiteurs terroriste criminelle”.

L’assaillant est un jeune Russe tchétchène de 18 ans, né à Moscou. Vendredi vers 17 heures, il a décapité le professeur à proximité du collège où celui-ci enseignait, avant d’être tué par des policiers à 200 mètres de là.

Neuf personnes étaient toujours en garde à vue samedi.

Un acte prémédité

Le procureur national antiterroriste est revenu sur les heures qui ont précédé l’attaque contre le professeur. Celles-ci tendent à confirmer que l’assaillant abattu par la police était bien l’auteur de la revendication postée sur les réseaux sociaux juste après l’attaque et accompagnée d’une photo du corps de la victime.

L’analyse du téléphone de l’assaillant, “saisi à proximité de son corps”, ont en effet permis aux enquêteurs de retrouver ce texte de revendication, enregistré “dans le bloc-notes” à 12h17, ainsi que la photo, enregistrée à 16h57.

Le compte utilisé pour envoyer la revendication a publié un tweet quelques instants plus tard dans lequel “le scripteur désignait la victime par son nom”.

Le procureur a par ailleurs précisé que “l’auteur des faits se trouvait devant le collège durant l’après-midi et avait sollicité des élèves afin de lui désigner la future victime”.

La principale du collège du Bois d’Aulne avait fait état de nombreuses menaces contre le professeur de 47 ans, attaqué “sur le chemin le menant de son travail vers son domicile”, selon le procureur.

LIRE LA SUITE

Vous êtes les garants
de notre indépendance

SOUTENEZ-NOUS

Partagez l'info


Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

S’abonner
Notifier de
1 Commentaire
plus ancien
plus récent Le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Avlula
11 mois il y a

On a donc un « réfugié » qui est venu dans un pays qui est « l’enfer » pour lui, et il assassine un des « chiens de l’enfer ». Est-ce que les pro-immigration sans limite vont comprendre un jour qu’un humain est plus qu’un amas de cellules et qu’il y a des incompatibilités profondes ?

D’un autre côté, est-ce qu’on va pouvoir néanmoins continuer à protester et manifester son mécontentement contre quoi que ce soit, lancer l’alerte etc., sans qu’on nous l’interdise parce qu’on sait jamais, un fou pourrait prendre ça comme une question de vie ou de mort ?

©2021 LeMediaPourTous.fr est un média indépendant, financé exclusivement par ses lecteurs | Mentions légales

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account