Climat : un référendum pour masquer l’inaction


Par Gaspard d’Allens pour Reporterre

Face au 150 citoyens, Emmanuel Macron a enchaîné lundi 14 décembre les contre-vérités pour justifier ses reniements. Rejetant la responsabilité de l’action sur « les comportements individuels », il a annoncé un référendum sur l’intégration de la préservation de l’environnement dans l’article 1 de la Constitution.

Le charme s’est rompu, le cœur n’y est plus. Lundi 14 décembre en fin d’après-midi, Emmanuel Macron a convoqué les membres de la Convention citoyenne pour le climat au palais d’Iéna à Paris. Le chef de l’État espérait reconquérir les esprits mais il a dû affronter la fronde des citoyens et des citoyennes, très remontés face au détricotage de leurs propositions. Six mois après leur dernière rencontre dans les jardins de l’Élysée, les relations entre l’exécutif et les conventionnels se sont largement refroidies. Les petits fours et les sourires ont cédé la place aux reproches. Pendant près de quatre heures, lundi, les citoyens ont confronté le chef de l’État à la faiblesse de ses actes.

« Comment, en minorant nos propositions, vous pensez atteindre un objectif qui est aujourd’hui 15 % supérieur à celui sur lequel nous avons travaillé ? », s’est demandé Christine« Êtes-vous climatocynique ou climatosceptique ? », s’est interrogé Paul.

Le ton était virulent, l’émotion palpable, les débats toujours prêts à exploser. « Nos mesures sont comme un arbre à planter. Quand nous vous l’avons présenté, il était très beau avec un feuillage touffu. Mais vous êtes en train de couper toutes les branches. Vous le défigurez ! Il ne va rester plus que le tronc », s’est emporté Pierre.

Tous les sujets ont été abordés par les citoyens : l’interdiction de la construction d’entrepôts Amazon, le moratoire sur la 5G, la régulation de la publicité, la fin des voitures les plus polluantes d’ici 2025, etc. Mais, face à ces questions concrètes, M. Macron n’a pas toujours répondu précisément et n’a pratiquement fait aucune annonce. Si le président de la République s’est dit favorable à la création de chèques alimentaires de produits bio et locaux pour les plus démunis, il a enterré plusieurs mesures phares de la Convention citoyenne comme l’obligation d’une rénovation globale des logements ou la fin de la publicité sur les produits polluants. Il a confirmé cependant que le projet de transformation d’EDF ne sera pas intégré au texte de loi, contrairement, à la réforme du Code minier.

LIRE LA SUITE

Vous êtes les garants
de notre indépendance

SOUTENEZ-NOUS

Partagez l'info


Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

S’abonner
Notifier de
1 Commentaire
plus ancien
plus récent Le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
bienvivrebio
9 mois il y a

Il fait ce qu’il peut. Franchement vous n’êtes pas cool! En ce moment il faudrait peut-être laisser de côté, toutes ces histoires d’écolos au moins jusqu’au milieu de l’année 2021. Je reconnais que l’environnement et la santé font parti des causes importantes que les écologistes doivent défendre mais soyons patients, ça avance doucement mais certainement plus vite que les 20 dernières années. « la fin des voitures les plus polluantes avant 2025 » là, je vous trouve trop gentils. J’ai hâte carrément de ne plus entendre vrombir des moteurs essence, gas-oil ect..voitures électriques, motos électriques: un vrai bonheur. Ce jour béni arrivera,… Lire la suite »

©2021 LeMediaPourTous.fr est un média indépendant, financé exclusivement par ses lecteurs | Mentions légales

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account