Le nouveau rapport du Giec est sorti : un constat alarmant


Les gouvernements en tiendront-ils compte ?

Auteur :

Le précédent rapport était sorti en 2014. Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec) publie ce lundi 9 août, ses nouvelles évaluations et prévisions climatiques.

Une température globale en hausse

Les climatologues et scientifiques le répètent depuis des années : la température globale mondiale augmente, et c’est bien ce que confirme le rapport du Giec. « La température globale sur la surface de la Terre était plus chaude de 1,09°C entre 2011 et 2020 qu’elle ne l’était entre 1850 et 1900 » apprend-on dans l’étude. Cet évènement a été constaté aussi bien au niveau terrestre (+1,59°C) qu’au niveau des océans (0,88°C). Cet accroissement de température causerait de nombreuses problématiques, comme l’élévation du niveau de la mer. D’après les scientifiques, le niveau des océans monte « plus vite que lors de n’importe quel autre siècle depuis au moins 3.000 ans ». En effet, une différence de vingt centimètres a été constatée entre 1901 et 2018. Et pour cause, entre 2011 et 2020, l’étendue de la banquise du pôle Nord « a atteint son plus bas niveau depuis 1850 ». La fonte des glaciers a également causé un recul de leur surface sans précédent depuis 2.000 ans.

Toujours plus de gaz à effet de serre

Composé de 230 scientifiques, le Groupe avertit que la concentration en CO2 a encore augmenté depuis son dernier rapport. « Depuis 2011, la concentration [de gaz à effet de serre] a continué d’augmenter dans l’atmosphère » jusqu’à atteindre son plus haut niveau en 2019 « depuis au moins 2 millions d’années » pour le CO2, et « depuis au moins 800.000 ans » pour le méthane et le protoxyde d’azote. Le méthane inquiète tout particulièrement les spécialistes. En effet, bien qu’il persiste moins longtemps dans l’atmosphère que le CO2, il détient un « pouvoir de réchauffement 28 fois supérieur ». Il se rend ainsi coupable « d’un quart du réchauffement climatique ». Trois secteurs sont responsables de ces émissions : l’agriculture (40%), les énergies fossiles (35%) et les déchets (20%). Les experts expliquent néanmoins qu’une réduction de 45% des démissions de méthane apporterait des bénéfices. Une légère baisse de la température globale s’observerait, ainsi qu’une amélioration de la qualité de l’air.

Des scénarios alarmistes

Le Giec a défini différents scénarios de hausse de température, selon notre capacité future à contrôler nos émissions de gaz à effets de serre. Ainsi, dans l’un d’eux, une augmentation supplémentaire des émissions entraînerait fatalement la hausse de la température de la surface de la planète. Celle-ci gagnerait de 3,3 à 5,7°C à la fin du siècle, toujours en comparaison avec la période de 1850-1900. Dans un scénario plus « optimiste » celle-ci n’augmenterait que de 2,1 à 3,5°C, à conditions de maintenir notre niveau d’émissions actuel, avant une baisse de celui-ci en 2050. À côté de ces prévisions, la COP26 estime la capacité du monde à limiter le réchauffement de la planète à 1,5°C, un pari qui semble bien inatteignable lorsque l’on observe les décisions gouvernementales prises.

LIRE AUSSI > BLACKROCK, GROS INVESTISSEUR DANS LE PÉTROLE, CONSEILLERA L’UE SUR SA POLITIQUE ENVIRONNEMENTALE (POUR 550.000€)

L’activité humaine à l’origine du réchauffement climatique

« C’est indiscutable, c’est un fait établi, les activités humaines sont à l’origine du changement climatique ». C’est la climatologue Valérie Masson-Delmotte qui l’affirme lors d’une conférence de presse. En effet, c’est scientifiquement confirmé : l’activité humaine est à l’origine de nombreux phénomènes engendrant le changement climatique. Ainsi, la fonte des glaciers, le réchauffement de la couche supérieure des océans, ainsi que la salinité de leurs eaux proches de la surface seraient de notre fait.

Des changements irréversibles ?

Le futur ne s’annonce pas rose. Comme on peut l’observer depuis quelques années, plusieurs évènements que l’on pouvait qualifier d’exceptionnels seront à l’avenir, plus fréquents. Vagues de chaleur, inondations, sécheresses… « Toutes les régions vont vivre plus de répercussions du changement climatique », dont certains seront « irréversibles pour des siècles voire des millénaires », alarme le Giec.

Pour pallier à toutes ces problématiques, des mesures d’atténuation seront proposées par le groupe de scientifiques dans le second volet du rapport prévu pour 2022.
Les politiques s’en empareront-ils ? À suivre !

Le Média pour Tous


Voir ou revoir: 

Vous êtes les garants
de notre indépendance

SOUTENEZ-NOUS

Partagez l'info


Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

S’abonner
Notifier de
5 Commentaires
plus ancien
plus récent Le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
bogg(@bogg)
5 mois il y a

J’ai un peu de mal à comprendre l’effet cataclysmique annoncé d’un réchauffement climatique, qu’il ait une cause humaine ou non. Au contraire, peut-être aura t-on à l’avenir moins besoin d’utiliser son K-way dans le nord de la France ! Et certes des déserts apparaîtront dans les régions les plus chaudes mais d’autres s’amendereront dans les coins les plus froids. Après pour la modification de l’environnement (la pertes des glaciers des Alpes, de la banquise, etc.), je suis d’accord, c’est triste. Ce qui m’inquiète davantage c’est la pollution de l’environnement avec des substances vraiment toxiques, comme les microparticules ou autres gaz… Lire la suite »

Editor
Simon Desanglois(@r_simon)
5 mois il y a
Reply to  bogg

Quand on parle de réchauffement climatique, c’est un peu un abus de langage, on devrait parler de dérèglement climatique. Cela dit, les conséquences pour l’être humain de ce phénomène sont beaucoup plus désastreuse qu’on pourrait le penser : La montée des eaux qui va engloutir de nombreuses villes et îles Des catastrophes climatiques (tempêtes, ouragans, inondations) qui vont se multiplier Des canicules très importantes qui vont menacer les récoltes et aussi rendre certaines régions inhabitable, créant des exodes massives et faire exploser la pauvreté et la famine ; et donc des guerres Des incendies encore et toujours plus nombreux Destruction… Lire la suite »

Lacedemone(@lacedemone)
5 mois il y a
Reply to  bogg

Essayez de prendre la chose d’un autre bout: si les rapports du GIEC font autant de bruit, et si leurs conclusions sont si unanimement comprises comme extrêmement préoccupantes, c’est qu’il y a une raison. Qu’est-ce qui est le plus probable, a priori, comme explication? En toute honnêteté ? 1- Que, sans avoir travaillé sur la question, juste par simple intuition et “bon sens”, vous ayez mieux compris que des milliers de chercheurs des quatre coins du globe la question climatique? ou bien 2- Que les raisons réelles et objectives sources d’inquiétude aux quatre coins du globe existent bel et bien,… Lire la suite »

Lacedemone(@lacedemone)
5 mois il y a

Sur ce sujet comme sur les autres, beaucoup de désinformation circule, il n’y a qu’à voir le commentaire de Hansen de la Marche avant moi. C’est désespérant. Je n’ai pas le courage de rétablir les réalités scientifiques sur ce sujet qui est totalement hors de mon champ de compétence. Je ne peux qu’en appeler à l’humilité et à la prudence … Par pitié, cessez de croire que parce que vous avez vu deux vidéos youtube de 1 h, vous avez mieux compris le réchauffement climatique que des dizaines de milliers de chercheurs qui travaillent quotidiennement dessus .. Le GIEC est… Lire la suite »

godefv(@godefv)
5 mois il y a

Le CO2, toujours le CO2, qu’est-ce que je peux y faire moi ? Rien du tout ! Même à l’échelle du pays, on est une goutte d’eau, et de toutes façons, les dirigeants n’en font qu’à leur tête. Je propose une attitude plus positive et optimiste tournée vers ce qu’on peut changer, à savoir ce qui est proche de nous. Par exemple : Consommer local. On n’a aucun pouvoir sur ce qui est produit au loin. On n’a même pas conscience de la misère, de la pollution, de la destruction engendrée par ce qui est produit au loin. Cesser d’acheter… Lire la suite »

©2022 LeMediaPourTous.fr est un média indépendant, financé exclusivement par ses lecteurs | Mentions légales

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account