CIA : 70 ans de coups d’État et d’assassinats


Par Jeremy Kusmarov pour Consortium News traduit par les lecteurs du site les Crises

Les cibles des balles de Washington ont été les dirigeants qui ont tenté d’affirmer la souveraineté économique de leur nation, écrit Jeremy Kuzmarov dans cette critique d’un nouveau livre de Vijay Prashad.

Lors de son audition d’intronisation en février, le dernier directeur en date de la CIA, William J. Burns, a poursuivi la longue tradition de l’Agence consistant à mettre en avant la menace que représentent la Russie et la Chine, ainsi que la Corée du Nord, et a déclaré que l’Iran ne devrait pas être autorisé à se doter de l’arme nucléaire.

Le nouveau livre de Vijay Prashad, Washington Bullets : A History of the CIA, Coups, and Assassinations, détaille comment les menaces étrangères fabriquées ont historiquement été utilisées par l’Agence pour mener une guerre contre le tiers-monde – afin d’étendre la domination des entreprises américaines.

Dans sa préface, Evo Morales Ayma, l’ancien président de la Bolivie qui a été déposé lors d’un coup d’État soutenu par les États-Unis en 2019, écrit que le livre de Prashad est consacré aux « balles qui ont assassiné les processus démocratiques, qui ont assassiné les révolutions et qui ont assassiné l’espoir. »

Prashad est un éminent analyste politique, auteur d’importantes études sur les interventions impériales, le capitalisme d’entreprise et les mouvements politiques du tiers-monde.

Son dernier livre synthétise la richesse de ses connaissances. On y trouve des révélations personnelles d’anciens agents de la CIA, comme feu Charles Cogan, chef de la division Proche-Orient et Asie du Sud au sein de la direction des opérations de la CIA (1979-1984), qui a confié à Prashad qu’en Afghanistan, la CIA avait « dès le départ financé les pires individus et ce, bien avant la révolution iranienne et bien avant l’invasion soviétique. »

Washington Bullets commence au Guatemala avec le coup d’État de 1954 qui a renversé Jacobo Arbenz, dont le programme modéré de réforme agraire menaçait les intérêts de la United Fruit Company.

Le cabinet d’avocats du secrétaire d’État américain John Foster Dulles, Sullivan & Cromwell, avait représenté la United Fruit, et Dulles et son frère, Allen, le chef de la CIA (1953-1961), étaient de gros actionnaires.

L’ancien directeur de la CIA Walter Bedell Smith est devenu président de la United Fruit après la destitution d’Arbenz, et la secrétaire personnelle du président Dwight Eisenhower, Ann Whitman, était l’épouse du directeur de la publicité de la United Fruit, Edmund Whitman.

Après le coup d’État, le successeur d’Arbenz, Castillo Armas, a déclaré que « s’il est nécessaire de transformer le pays en cimetière afin de le pacifier, je n’hésiterai pas à le faire. »

La CIA a contribué à ce bain de sang en fournissant à Armas des listes de communistes et en lui faisant cadeau de son protocole d’assassinat.

Ce protocole a ensuite été appliqué dans des opérations dirigées contre des nationalistes du tiers-monde tels que Patrice Lumumba au Congo (1961), Mehdi Ben Barka au Maroc (1965), Che Guevara (1967) et Thomas Sankara au Burkina Faso (1987).

LIRE LA SUITE

Vous êtes les garants
de notre indépendance

SOUTENEZ-NOUS

Partagez l'info


Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

©2021 LeMediaPourTous.fr est un média indépendant, financé exclusivement par ses lecteurs | Mentions légales

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account