Une «cellule terroriste» voulait attaquer l’Élysée à la Kalachnikov



Selon des informations du Parisien, des suspects interpellés le 26 avril dans la région parisienne menaient des repérages à proximité de l’Élysée. Reste à déterminer s’ils voulaient attaquer des policiers ou «rentrer dans le bâtiment pour frapper aveuglément», indique le quotidien.

Quatre hommes radicalisés projetaient d’attaquer les forces de l’ordre au début du ramadan et visaient entre autres le palais de l’Élysée, qui avait fait l’objet d’un repérage, a appris l’AFP ce jeudi 2 mai de sources concordantes. Ces informations avaient également été diffusées par Le Parisien qui cite ses propres sources. Selon le quotidien, les quatre individus «envisageaient d’attaquer l’Élysée au fusil d’assaut kalachnikov».

Divers projets ont été évoqués» par les suspects «avec pour point commun les forces de l’ordre», dont celles en position devant le siège de la présidence de la République, a indiqué une source proche de l’enquête interrogée par l’AFP.

Selon une source proche du dossier, le groupe, alors sous surveillance des services de renseignement dans le cadre d’une enquête préliminaire ouverte le 1er février, s’était rendu devant l’Élysée pour observer les patrouilles de police.
«L’enquête vise à déterminer s’ils cherchaient à attaquer des policiers en faction ou s’ils envisageaient de rentrer dans le bâtiment pour frapper aveuglément», indique Le Parisien.

Un commissariat d’Aulnay-sous-Bois a également fait l’objet de repérages, selon une source citée par l’AFP.

Les quatre hommes avaient ensuite cherché à se procurer des armes, ce qui a précipité leurs interpellations le 26 avril, à Paris et en Seine-Saint-Denis. Les enquêteurs pensent que leur action devait coïncider avec le début du ramadan, censé commencer la semaine prochaine.

Selon Europe 1 et Le Parisien, une Kalachnikov a été retrouvée lors des perquisitions. Mardi soir, ces quatre hommes ont été mis en examen par un juge antiterroriste pour «association de malfaiteurs terroriste criminelle» et placés en détention provisoire.

Parmi eux figure un mineur de 17 ans déjà arrêté pour avoir tenté de partir faire le djihad en Syrie en février 2017.

Condamné à trois ans de prison par le tribunal pour enfants de Paris, dont deux ans assortis d’un sursis avec mise à l’épreuve, il avait été placé dans une structure éducative après sa sortie de prison, avait précisé lundi le parquet de Paris.
Selon une autre source proche de l’enquête, le jeune homme «a réussi à dissimuler sa radicalisation persistante et à déjouer la surveillance des éducateurs» pour entrer en contact par voie électronique avec les autres suspects.

Vous êtes les garants
de notre indépendance

SOUTENEZ-NOUS

Partagez l'info


Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

S’abonner
Notifier de
1 Commentaire
plus ancien
plus récent Le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Rene Conso
2 années il y a

Liberte egalite fraternité sont trois valeurs majeures de notre Republique et de toute democratie. Le nier ou l’oublier c’est nier le « vivre enwemble » et même l’humanité : c’esr revenir à la loi de la jungle. Quelle misere morale pour ces pauvres gens !

©2021 LeMediaPourTous.fr est un média indépendant, financé exclusivement par ses lecteurs | Mentions légales

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account