Une borne anti-moustique écologique et Made in France fait le tour du monde


Par France Culture

Deux jeunes Arlésiens ont inventé un piège efficace qui tue près de 90% des moustiques dans un rayon de 60 mètres sans le moindre insecticide. Connectées, ces bornes collectent également des données pour mieux lutter contre l’invasion du moustique tigre, vecteur de maladies infectieuses.

L’un est économiste de formation, l’autre est ingénieur. Pierre Bellagambi et Simon Lillamand sont deux amis d’enfance qui ont fait de la lutte contre les moustiques une entreprise florissante. Quand on passe toutes ses vacances en Camargue, les piqûres de moustique, en effet, on connaît bien le problème. Mais c’est après la parution d’un article scientifique du Dr Brigitte Poulin, chef du département Écosystèmes de l’Institut de recherche de la Tour du Valat, à Arles, qu’ils sont interpellés par l’impact catastrophique sur l’environnement des méthodes courantes de lutte anti-moustique à grande échelle. Encore aujourd’hui, le Bti (Bacillus thuringiensis subsp. Israelensis) est le bactério-insecticide le plus utilisé en démoustication en Europe et dans le monde.

Lorsque le Bti a remplacé les insecticides chimiques il y a quarante ans, c’était un pas en avant pour l’environnement. Cependant, l’utilisation inconsidérée du Bti, en particulier dans les zones humides protégées qui n’étaient pas préalablement démoustiquées, est clairement un pas en arrière,

relève la scientifique dans une revue bibliographique entreprise par une équipe de recherche internationale composée d’écologues, d’écotoxicologues, de microbiologistes et d’économistes de quatre institutions européennes constituant l’évaluation la plus actuelle et la plus complète de l’impact du Bti sur l’environnement. On y apprend que la réduction des moustiques et des moucherons non ciblés qui représentent des sources de nourriture importantes peut avoir des répercussions sur les oiseaux et les amphibiens. Bien que le Bti soit actuellement l’agent le plus sélectif et le moins toxique disponible en démoustication, les auteurs réclament un suivi de la persistance et des effets du Bti dans les écosystèmes ainsi qu’une évaluation socio-économique, réalisés par des organismes indépendants et sans conflits d’intérêts. En attendant cette évaluation, ils préconisent des méthodes alternatives de lutte contre les moustiques telles que les répulsifs, les prédateurs naturels ou les pièges à moustiques.

Les deux jeunes Arlésiens comprennent qu’il est urgent de plancher sur une solution propre pour l’environnement d’autant que l’invasion du moustique tigre s’étend en France. Originaire d’Asie, ce diptère est arrivé dans l’hexagone dans le Sud-Est en 2004 a priori par bateau ou par avion, par l’intermédiaire du transport de marchandises où pouvaient se trouver des œufs. Très adaptable, il ne cesse de proliférer, au point qu’il est aujourd’hui présent sur  70% du territoire métropolitain. Un moustique à prendre bien plus au sérieux que celui qui provoque une simple gène car cet insecte peut aussi être vecteur de maladies infectieuses.

LIRE LA SUITE

Vous êtes les garants
de notre indépendance

SOUTENEZ-NOUS

Partagez l'info


Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

S’abonner
Notifier de
1 Commentaire
plus ancien
plus récent Le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Le patou républicain écologiste
21 jours il y a

Désolé d’être pragmatique quitte à en devenir désagréable pour la recherche française, mais vous titrez:borne écologique ….je vous laisse donc méditer la suite. Cette invention à un seul mérite qui est excellent, c’est celui de savoir combien permet d’économiser la nature. En effet, quand la science essaye de concurrencer la nature pour améliorer la qualité de vie des humains ça permet de quantifier l’intéret financier des espèces sauvages qui font le travail gratuitement. Pour info une seule chauve-souris mange 2000 moustiques par soir soit 60000 moustiques par mois… à mettre en balance avec les 7800 moustiques attrapés en un mois… Lire la suite »

©2021 LeMediaPourTous.fr est un média indépendant, financé exclusivement par ses lecteurs | Mentions légales

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account