Une peine de prison somme toute relative !

Auteur :

Ce mercredi matin, la cour d’appel de Paris a condamné l’ancien maire LR de Levallois-Perret, Patrick Balkany, à cinq ans de prison ferme pour blanchiment de fraude fiscale aggravé. Isabelle Balkany a quant à elle écopée de quatre ans de prison ferme, pour les mêmes faits.

Une condamnation alourdie

Ce mercredi 27 mai, les sulfureux époux Balkany, Patrick et Isabelle, ont été condamnés en appel respectivement à cinq et quatre ans de prison ferme pour blanchiment de fraude fiscale aggravé. Les peines sont donc plus lourdes que celles précédemment requises par le parquet général lors du procès d’appel qui s’est tenu en février dernier, qui demandait cinq ans dont un avec sursis pour l’ancien maire Patrick Balkany et quatre ans dont deux avec sursis pour son épouse et ancienne première adjointe. Les avocats généraux ont, durant le procès, pointé du doigt « un écheveau de sociétés écran et de comptes à l’étranger » ayant pour objectif de « masquer […] un patrimoine occulte ». Un patrimoine qui avait été évalué à environ 13 millions d’euros, comprenant des résidences et villas situées au Maroc, dans l’Eure et aux Antilles. En plus d’une condamnation à de la prison ferme, les juges d’appel ont ajouté dix ans d’inéligibilité, ainsi qu’une amende de 100.000 euros pour chacun des époux.

De retour au tribunal

En septembre dernier, le couple politique phare de Levallois-Perret avait déjà été condamné pour « fraude fiscale », avant de devoir répondre à nouveau devant un tribunal pour « blanchiment aggravé » en octobre. Relaxé des faits de « corruption » et de « prise illégale d’intérêts » qui lui étaient reprochés, Patrick Balkany avait alors décidé d’interjeter appel, à travers la voix de son avocat Éric Dupont-Moretti, pour sa condamnation à cinq ans ferme avec mandat de dépôt. Quant à son épouse, qui avait écopé de quatre ans ferme, elle n’a jamais été incarcérée « au regard de son état de santé ». Son mari, placé en cellule à la prison de la Santé à Paris, sera au final libéré cinq mois plus tard, le 12 février dernier, pour des raisons de santé. Son épouse Isabelle, à la fois inquiète et soulagée, avait alors déclaré à la presse « on rentre à la maison ! ».

Toujours aucune incarcération de prévue

Malgré une condamnation à de la prison ferme, les époux Balkany devraient éviter la case prison. La crise sanitaire liée au coronavirus oblige les prisons à éviter toute saturation. L’âge assez avancé des condamnés jouerait également en leur faveur : Isabelle a 72 ans, Patrick les aura en août, or il est d’usage de ne pas maintenir en détention les individus âgés de plus de 70 ans.  Leur état de santé est, de plus, considéré comme fragile : Patrick Balkany souffre du dos et d’une maladie grave de l’intestin et son épouse Isabelle souffrait au mois de mai d’une pneumonie.

L’incarcération est donc peu probable. La retraite paisible semble plus plausible…

Le Média pour Tous

Vous êtes les garants
de notre indépendance

SOUTENEZ-NOUS
Partagez l'info

Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

S’abonner
Notifier de
1 Commentaire
plus ancien
plus récent Le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
ain
2 mois il y a

justice de riches ….Décidemment ce Covid arrange bien les affaires de quelques coquins ….Quand à l’âge de 70 ans ….alors là tout est permis !!!