Les tarifs de l’électricité ont augmenté de 50% en 10 ans, et ça continue !


C'est beau l'ouverture à la concurrence !


Comme le démontre l’UFC-Que Choisir les tarifs de l’électricité ne cessent de bondir en France. L’ouverture à la concurrence n’est pas étrangère à ce phénomène qui se poursuit encore cette année.

+1.61% depuis février dernier, c’est la nouvelle hausse du tarif réglementé de vente de l’électricité qu’ont subi les Français en ce début d’année. Il faut dire que ces augmentations commencent à relever de la mauvaise habitude. En effet, d’après l’UFC-que Choisir, ce même tarif aurait explosé de près de 50% sur les dix dernières années !

Une augmentation trois fois supérieure à l’inflation

Un ménage moyen chauffé à l’électricité aurait ainsi vu passer sa facture de 1019€ en 2010 à 1522€ en 2020, soit une augmentation de 49.4%. Certes l’inflation a fait son œuvre, mais en comparant les chiffres, on s’aperçoit que celui de l’augmentation de l’électricité (hors taxes) sur cette période est plus de trois fois supérieur à celui de l’inflation (12,4%) !

Des prix pour entretenir une concurrence absurde

C’est un véritable scandale qui est au cœur de cette situation kafkaïenne. En effet, le mode de tarification de l’électricité d’EDF est régulièrement revu à la hausse pour rendre ses concurrents plus attractifs. « On impose à EDF d’être plus cher que les offres de marchés pour que les concurrents puissent avoir un espace économique » explique Antoine Autier, employé de l’association.

Une stratégie de privatisation inefficace

Le but inavoué de ce procédé est sans doute d’obliger un maximum de Français à quitter EDF pour un concurrent. Une fois dépourvu d’un maximum de consommateurs, l’État pourrait sans doute plus facilement faire accepter la privatisation du secteur de l’électricité française. Seulement la stratégie ne s’avère pas efficace : moins d’un tiers des abonnés ont quitté EDF.

Retour à la nationalisation !

Le retour à la nationalisation totale et d’un fournisseur unique d’électricité permettrait pourtant de mieux contrôler le coût de cet élément indispensable à nos vies modernes. Certains coûts inférant au privé, comme la publicité s’en trouveraient par exemple supprimé. Par ailleurs, un service public n’a pas vocation à faire du profit, mais justement à rendre service aux citoyens, ce qui fait mécaniquement baisser les prix.

Pour un vrai service public

Partout dans le monde, et quel que soit le domaine, l’ouverture à la concurrence a toujours dégradé la qualité des réseaux et fait augmenter les prix ; ce fut aussi par exemple le cas de la privatisation du réseau ferroviaire britannique. Il serait temps d’ouvrir un véritable débat public, aussi bien sur la privatisation que sur nos modes d’énergie. Et pour cause, dans une vraie démocratie, ne seraient-ce pas aux contribuables de décider ce qui doit être privé ou public ?

Le Média pour Tous

Vous êtes les garants
de notre indépendance

SOUTENEZ-NOUS

Partagez l'info


Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

©2021 LeMediaPourTous.fr est un site de réinformation dont Vincent LAPIERRE est le porte-parole. Pour un journalisme de terrain 100% indépendant. | Mentions légales

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account