Source : 20 minutes

PLÉBISCITE Le président et fondateur de l’Union populaire républicaine fait face à une fronde de certains cadres de son parti depuis qu’a été ouverte une enquête pour « harcèlement sexuel » et « agression sexuelle » à son encontre.

Le président de l’Union populaire républicaine  François Asselineau  a été réélu samedi haut la main à la tête du parti souverainiste, lors d’un congrès virtuel convoqué après des accusations et une enquête pour « harcèlement sexuel » et « agression sexuelle ».

La liste du chef de l’UPR, ancien candidat à la présidentielle – 0,92 % des voix en 2017 – et partisan d’une sortie de la France de l’Union européenne et de l’Otan (Frexit), a obtenu la majorité absolue avec 77,7 % des voix exprimées, selon les résultats du scrutin publiés par le parti sur son site.

Une fronde inédite

Le fondateur de l’UPR en 2007 affrontait pour la première fois deux adversaires, dont le chef de file d’opposants Philippe Conte qui réclamait son départ en raison des accusations visant M. Asselineau, et a récolté 17,3 % des voix. Une troisième liste a obtenu 5 %. « La démocratie a parlé », s’est réjoui auprès de l’AFP M. Asselineau, qui aurait préféré que « les débats sur la stratégie du mouvement aient lieu de façon rationnelle et non agressive ».

Il s’est dit par ailleurs « très confiant » sur la suite de la procédure judiciaire le concernant. Philippe Conte a annoncé à l’AFP qu’il allait démissionner du parti ainsi que de « nombreux cadres » désireux, selon lui, de rejoindre la mouvance autour de la revue « Front populaire » de l’essayiste Michel Onfray.

LIRE LA SUITE

Vous êtes les garants
de notre indépendance

SOUTENEZ-NOUS
Partagez l'info

Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

S’abonner
Notifier de
4 Commentaires
plus ancien
plus récent Le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
chabert
27 jours il y a

source avant de partager , merci

Ysengraine
27 jours il y a

Le putsch a fait pshitttt.
Tout le monde aura appris sa leçon et saura en tirer les conclusions. (y compris #FrançoisAsselineau qui doit également se remettre en question, pour différentes raisons).
Les autres partis en embuscade (suivez mon regard…) doivent se réjouir des remous et désertions qui leur profiteront.

LaurentF
26 jours il y a

Reprendre sans aucun apport, bêtement, une brève de 20 minutes, visant à associer le nom de Asselineau à un prétendu scandale sexuel, c’est participer à du journalisme de caniveau.
Si je suis abonné au média pour tous, ce n’est pas pour lire de telles âneries diffamatoires.
Vincent, il est temps, grand temps, de redresser la barre, la tendance éditoriale actuelle me semble s éloigner de plus en plus des objectifs de départ…

F-GJ
26 jours il y a

Pas besoin de quitter l’UPR pour être de l’aventure de Front Populaire, je suis des 2… Par contre oui les putschistes peuvent ne pas être d’accord avec le résultat des votes, mais FA a fondé ce parti, y a mis son temps et son énergie, il a la base avec lui. A la justice de trancher pour le reste.