Assange : l’administration Biden annonce continuer les poursuites, des organisations protestent


Par Meriem Laribi pour RT France

Julian Assange ne bénéficiera pas de plus de clémence sous Biden que sous Trump. La nouvelle administration étatsunienne a annoncé qu’elle continuerait à demander l’extradition d’Assange refusée par la justice britannique début janvier.

«Nous continuons de demander son extradition». Pour Julian Assange, la passation de pouvoir entre Donald Trump et Joe Biden ne changera vraisemblablement rien. Le journaliste fondateur de WikiLeaks reste poursuivi par l’administration du président Joe Biden, qui a annoncé continuer à chercher à extrader le citoyen australien du Royaume-Uni vers les Etats-Unis, où il est accusé d’espionnage.

Je trouve que l’état mental de Monsieur Assange est tel qu’une extradition vers les Etats-Unis d’Amérique relèverait de l’oppression

Le nouveau porte-parole du département américain de la Justice, Marc Raimondi, a ainsi déclaré le 9 février que son gouvernement continuerait de contester la décision de la juge britannique formulée le 4 janvier de ne pas extrader Assange en raison d’un risque de suicide.  «Je trouve que l’état mental de Monsieur Assange est tel qu’une extradition vers les Etats-Unis d’Amérique relèverait de l’oppression», avait déclaré Vanessa Baraitser.

La juge britannique avait fixé au 12 février la date limite pour les Etats-Unis afin d’argumenter leur appel contre cette décision.  WikiLeaks a suscité l’ire du gouvernement américain après avoir rendu publics des milliers de pages de rapports et de documents autrefois secrets issus des agences militaires et de renseignement américaines, y compris des descriptions détaillées des capacités de piratage de la CIA. WikiLeaks avait également publié des courriels privés durant la campagne présidentielle de 2016 concernant la démocrate Hillary Clinton, notamment ceux de son directeur de campagne, John Podesta. Selon Clinton et certains de ses partisans, ces révélations ont joué un rôle dans sa défaite électorale face au républicain Donald Trump.

En 2010, Joe Biden qualifiait Assange de «terroriste high-tech»

Aux Etats-Unis, l’idée d’extrader Assange a émergé il y a près de dix ans, lorsque Barack Obama était président et Joe Biden son vice-président. En décembre 2010, Joe Biden, déclarait à propos de Julian Assange : «Je dirais qu’il est plus proche d’être un terroriste de haute technologie qu’un héritier des Pentagon Papers».

Pourtant, lors du procès de Julian Assange qui s’est déroulé en septembre 2020, le lanceur d’alerte Daniel Ellsberg, l’homme à l’origine des Pentagon Papers qui a révélé dans les années 1970 les mensonges des Etats-Unis sur la guerre du Vietnam, est venu défendre le journaliste en disant que le travail de révélation par WikiLeaks de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan ne différait en rien de ce que lui-même avait fait à propos de la guerre du Vietnam.

« L’inculpation de Julian Assange menace la liberté de la presse parce qu’une grande partie des comportements décrits dans l’acte d’accusation sont des comportements auxquels les journalistes se livrent régulièrement et qu’ils doivent adopter pour faire le travail nécessaire pour le public »

Dans la même déclaration de 2010, Joe Biden ajoutait : «Ce type a fait des choses qui ont endommagé et mis en danger la vie et les occupations de personnes dans d’autres parties du monde […] Il a rendu plus difficile la conduite de nos affaires avec nos alliés et nos amis.» Cette même accusation a été portée par les avocats représentants les Etats-Unis lors du procès en extradition d’Assange à Londres. Mais ceux-ci n’ont pas été en mesure d’apporter le moindre élément de preuve pour les étayer.

De nombreux témoins ayant travaillé sur les documents révélés par WikiLeaks ont en revanche attesté du souci constant de Julian Assange de préserver et protéger les vies humaines susceptibles d’être mises en danger par la publication de ces documents lors de leur traitement, en disant que le journaliste australien veillait personnellement à ce qu’ils soient systématiquement expurgés des noms sensibles avant publication.

LIRE LA SUITE

Vous êtes les garants
de notre indépendance

SOUTENEZ-NOUS

Partagez l'info


Cher visiteur, les commentaires sont soumis à modération. Veuillez éviter les commentaires injurieux, appelant à la violence ou à la haine. Ils ne seront pas diffusés sur le site.

Par ailleurs, les commentaires n'engagent que leurs auteurs et en aucun cas le Média pour Tous.

S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

©2021 LeMediaPourTous.fr est un site de réinformation dont Vincent LAPIERRE est le porte-parole. Pour un journalisme de terrain 100% indépendant. | Mentions légales

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account